Ephemeride de la Shoah 30 Avril

Si toutes les victimes du Nazisme n’étaient pas juives,
tous les JUIFS furent des victimes.
NI PARDON – NI OUBLI  

30 Avril
1940 Le ghetto de Lodz (Pologne), où 164 000 juifs doivent vivre entassés sur une superficie de 4 kilomètres carrés seulement, est entouré de barrières en bois et de barbelé destinés à l’isoler du reste de la ville.
1941 Le gouvernement pro-nazi de Croatie (Yougoslavie) promulgue à Zagreb ses premières ordonnances raciales. Les juifs ne peuvent plus être fonctionnaires et ils doivent obligatoirement porter l’étoile jaune.
1942 Début de la déportation des juifs de Wloclawek (du côté de Varsovie) au camp de Chelmno. En une semaine, près de 20 000 juifs sont envoyés dans ce camp d’extermination, où ils périssent tous.
1943 Les 400 juifs de la ville de Florina (Macédoine, Grèce) sont conduits par l’armée allemande à la ville de Verria. Ils seront ensuite transportés à Athènes, pour être déportés au camp d’extermination d’Auschwitz.
1944 2 000 Juifs sont transportés de Topolya en Hongrie vers Birkenau.
1945 Marche de la mort : 11 000 déportés de Bergen Belsen, Sachsenhausen et Stutthof sont rassemblés à Lübeck. Il en meurt 1 000 en 3 jours. Les 10 000 survivants sont embarqués sur le « cap Arcona », le « Thielbek » et l’« Athen » et bombardés par erreur par les Anglais le 3 mai. Il en meurt 8 000.

Henri Horn, Nancy, France
30 Avril 1904

Henri Horn était mon grand-père. Il est né le 30 avril 1904 à Nancy. Il était le fils de Joseph Horn, de nationalité russe, et de Sarah Zlotogourockko, de nationalité polonaise.
De son enfance, nous ne connaissons rien. Il s’est marié le 14 avril 1923 avec Marguerite Yvonne Grenier. De cette union naîtra une fille, Denise. Ce mariage a été dissous par jugement de divorce le 20 juillet 1943.
De 1940 à 1944, Henri faisait partie d’un réseau de résistants dans la région d’Avignon. Son nom de combattant devait être  »HUIVI ». Il parlait huit langues.
Mon grand-père était tailleur à Avignon où il habitait au 60 de la rue de la Bonneterie, avec ma grand-mère Clairette et leur fille Jacqueline, née le 11 février 1943.
Henri Horn à 22 ans
Le 8 avril 1944, Henri a été arrêté à son domicile par des agents de la Gestapo, alors qu’il se préparait à aller en région vendéenne pour y rejoindre un autre réseau.
Ma grand-mère était enceinte d’Henriette, qui est née le 13 mai 1944, deux jours avant le départ du convoi 73.
Pendant quelques jours, mon grand-père est resté en prison à Marseille. Puis il a été transféré au camp de Chanzy, et dirigé sur Drancy. Le 15 mai 1944, il a été déporté dans le convoi 73 en tant que prisonnier politique n° 117514878.
Je continue à faire des recherches sur mon grand-père, que je n’ai pas pu connaître mais que j’ai appris à aimer.
Il ne faut pas oublier les hommes de ce convoi n° 73, leur sacrifice pour leur pays, leurs opinons et leur religion. Nous devons continuer nos recherches,  pour que nos enfants puissent se rappeler ce qui s’est passé pendant cette période troublée que fut la Seconde Guerre mondiale.

Source: http://www.convoi73.org/temoignages/050_henri_horn/index.html Vincent FONTANIEU, son petit-fils.

http://www.6millionsdemesfreres.com
Source: http://www.ushmm.org

Publié dans france, histoire | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Ephemeride de la Shoah 29 Avril

Si toutes les victimes du Nazisme n’étaient pas juives,
tous les JUIFS furent des victimes.
NI PARDON – NI OUBLI  

29 Avril
1940
Les nazis commencent à édifier un mur autour d’un quartier de Varsovie, destiné à servir de ghetto. Avec une superficie de 420 hectares, il doit enfermer non seulement les juifs de la ville mais aussi ceux des environs.
1942 A Amsterdam, les nazis remettent 500 000 étoiles jaunes au Conseil juif, qui doit les répartir parmi tous les juifs. Le port en est obligatoire.
1943 Les derniers juifs, au nombre de 330, encore détenus dans le camp de Leczna (province de Lublin) sont déportés au camp d’extermination de Sobibor.
1944 Départ de Drancy, avec 1004 déportés pour le camp d’extermination d’Auschwitz, 904 seront directement envoyé à la chambre à gaze, 37 hommes et 25 femmes survivront à la libération.
1945 Le camp de concentration de Dachau est libéré par l’armée américaine. Plus de 40 000 personnes y ont péri, plus des deux tiers étant des juifs. Les troupes trouvent 50 wagons remplis de corps empilés.

Werner Katzenstein, Wallensen, Germany
April 29, 1922

Werner was raised in the rural German town of Herleshausen, where his family owned a farming supply business. His father sold seeds to local farmers and purchased their grain, while his mother ran the office. After several years of public schooling in Herleshausen, Werner began attending a high school in Eisenach, some 12 miles from their home. The Katzensteins were one of about two dozen Jewish families living in the area.

1933-39: When the Nazis came to power in January 1933, the Katzensteins’ lives were abruptly changed. Werner’s father was arrested, held in “protective custody” for several weeks and then released. The local Nazis also pressured farmers and others to boycott Jewish enterprises. In 1935, Werner’s father was forced to close down his business, and two years later, the family left for the Netherlands, where they operated a farm. After seeking admission to England, South America, and Palestine, the Katzensteins obtained U.S. visas. They arrived in the United States in June 1939.

1940-45:
The Katzensteins bought a farm near Camden, New Jersey, where they raised chickens. Werner worked on the farm, plowing the fields with a team of horses and carrying out other duties. In 1944, he was drafted into the U.S. Army and served on the frontlines in southern France, where he was wounded. After his release from the hospital, he rejoined his unit as it fought its way into the interior of Germany.

When the war ended in May 1945, Werner was transferred to the U.S. military government of occupation in Germany. He returned to Herleshausen, but there were no Jewish families left in his hometown. In 1946, Werner returned to the United States, where he took up farming once again.

http://www.6millionsdemesfreres.com
Source: http://www.ushmm.org

Publié dans france, histoire | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Ephemeride de la Shoah 28 Avril

Si toutes les victimes du Nazisme n’étaient pas juives,
tous les JUIFS furent des victimes.
NI PARDON – NI OUBLI  

28 Avril
1942 Pendant plusieurs jours, 2 000 hommes, femmes et enfants sont déportés du camp de concentration de Theresienstadt  (Pologne). Les hommes en état de travailler sont sélectionnés pour des travaux de bâtiment. Les vieillards, les femmes et les enfants sont internés dans le ghetto de Komarov (Pologne) avant d’être déportés au camp d’extermination de Chelmno, où ils seront assassinés. Seuls 24 de ces 2 000 déportés survivent encore en 1945.
1943 A Auschwitz, un télégramme SS donne pour instruction que 120 femmes soient destinées à des expériences.
1944 11 830 juifs de la ville de Kosice (Tchécoslovaquie) sont rassemblés et installés dans un quartier comprenant onze rues. Par la suite, ce quartier se verra réduit à trois rues seulement. A la fin, les juifs devront vivre dans une briqueterie et dans les quatre prés qui la bordent.
1945 150 juives du camp de concentration de Ravensbrück (Allemagne) sont sauvées à la suite d’un accord conclu entre la Croix-Rouge internationale et les SS : elles partent pour la Suède.
Peter Winternitz, Prague, Czechoslovakia
April 28, 1922

Peter was the oldest of two children born to a Jewish family in the Czechoslovakian capital of Prague, a city with a Jewish community that dated back to the eleventh century. His family lived on Karlova Street in the city’s Karlin district. Peter’s father owned a wholesale business that sold floor coverings.
1933-39: As a boy, Peter was active in a Zionist sports organization, Maccabi Ha-Zair. The group also helped prepare youth to emigrate to Palestine [Aliyah Bet] by training them in agricultural work. In 1937, because of rising antisemitism, Peter and his sister, Lisl, transferred from their German-language school to a Czech public school. On March 15, 1939, German occupation forces entered Prague.
1940-44: In 1941 Peter was sent to the Theresienstadt ghetto. Since he had experience working with animals, he was assigned to tend the SS’ horses. In June 1942 Peter’s family was sent to Theresienstadt, where his mother soon fell ill. Peter tried to smuggle sugar, used for the horses, to his mother, but was caught. He was taken to be punished to a place outside the ghetto from which few were known to return. After a few days, Peter did return, though barely recognizable from beatings. He had been spared to care for the horses.
In September 1943 Peter volunteered to join a transport to Auschwitz on which his family had been placed. He died in

http://www.6millionsdemesfreres.com
Source: http://www.ushmm.org

Publié dans france, histoire | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Ephemeride de la Shoah 27 Avril

Si toutes les victimes du Nazisme n’étaient pas juives,
tous les JUIFS furent des victimes.
NI PARDON – NI OUBLI  

27 Avril
1940 Heinrich Himmler, chef de la police allemande et de la Gestapo, ordonne la création d’un camp de concentration et d’extermination à Auschwitz. Le nom d’Auschwitz deviendra tristement célèbre dans l’histoire du martyre juif. Entre 2,5 et 3,5 millions d’êtres humains seront tués dans ce camp. Les victimes sont surtout juives, mais on compte également des gitans et des ressortissants de plusieurs nations européennes.
1942 400 juifs environ sont transférés au camp de travail de Lublin. Après la liquidation du ghetto d’Izbica, les autres juifs de ce transport seront déportés au camp d’extermination de Maïdanek. Ils y périront tous, à l’exception d’une femme.
1943 196 juifs du camp de regroupement de Westerbork sont déportés au camp de concentration de Theresienstadt.
1944 Début du transfert des Juifs Hongrois dans les chambres à gaz d’Auschwitz. A la fin du transfert, le 9 juillet, ils seront 437 402.
1945 Les SS massacrent à la mitrailleuse 1 000 juifs dans la gare de Marienbad (Tchécoslovaquie). Ils font partie d’un groupe de 2 775 détenus évacués à pied de Rehmsdorf, camp dépendant de Buchenwald, vers le camp de concentration de Theresienstadt. 575 juifs seulement arrivent à destination, 1 200 autres étant morts.

Friedrich-Paul von Groszheim, Luebeck, Allemagne
27 avril 1906

Friedrich-Paul naquit dans la vieille ville marchande de Lübeck située au nord de l’Allemagne. Il avait onze ans quand son père fut tué au cours de la Première Guerre Mondiale. Après la mort de sa mère, sa sœur, Ina, et lui furent élevés par deux tantes âgées. Après avoir obtenu son diplôme, Friedrich-Paul suivit une formation de commerçant.

1933-39 : En janvier 1937, les SS ont arrêté deux cent trente hommes à Lübeck, en vertu du paragraphe 175 du code pénal révisé par les Nazis, qui prohibait l’homosexualité, et j’ai été emprisonné pendant dix mois. Les Nazis utilisaient le paragraphe 175 comme prétexte pour procéder à des arrestations massives d’homosexuels. En 1938, on m’a arrêté à nouveau, humilié et torturé. Les Nazis m’ont finalement libéré mais à la seule condition que je sois castré. J’ai subi cette intervention.

1940-44 : De par la nature de mon opération, je fus déclaré « physiquement inapte » au service militaire en 1940. En 1943, on m’a encore arrêté, cette fois j’étais accusé d’être un monarchiste, un partisan du Kaiser Guillaume II. Les Nazis m’ont incarcéré comme prisonnier politique dans une annexe du camp de concentration de Neuengamme, à Lübeck.

Après la guerre, Friedrich-Paul s’installa à Hambourg.

http://www.6millionsdemesfreres.com
Source: http://www.ushmm.org

Publié dans france, histoire | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Ephemeride de la Shoah 26 Avril

Si toutes les victimes du Nazisme n’étaient pas juives,
tous les JUIFS furent des victimes.
NI PARDON – NI OUBLI  

26 Avril 1938 Allemagne, enregistrement obligatoire de tous les biens et propriétés juives.
1944 Les juifs de la ville de Munkacs (Ukraine) sont rassemblés dans un ghetto installé dans deux briqueteries, privées d’installations sanitaires.
1945 Évacuation du camp de concentration du Stutthof  : les détenus sont transportés par mer jusqu’à Lübeck (Allemagne). Le voyage dure une semaine, de nombreux déportés meurent en cours de route.

Ernst Silten, Koenigsberg, Germany
April
26, 1866

Ernst was one of five sons born to a Jewish family in the Prussian city of Koenigsberg. He studied pharmacy and earned his doctorate in the late 1880s. Ernst spent several years as an apprentice before buying his own pharmacy in Berlin. Later, he also acquired a pharmaceuticals factory and supplied oxygen to hospitals. He married Marta Friedberg and the couple raised two sons.
1933-39: In Berlin, Ernst and his family lived in an apartment above their pharmacy and factory. In 1938 Ernst was forced to sell his business [Aryanization] for well below its market value to an « Aryan » German. Soon after, fearing the Nazis, Ernst’s son Fritz and his family left for Amsterdam. A year later, Ernst sent his wife, Marta, to Amsterdam, where she joined Fritz and his family. Ernst decided to remain in Berlin.
1940-43: Ernst was able to eke out a living in the German capital with the financial assistance of former employees and non-Jewish friends with whom he had done business before the Nazis came to power. Despite warnings from these benefactors that he should hide to avoid deportation, Ernst refused. In 1943 Ernst received a notice that he was to be « relocated in the east, » a Nazi euphemism for deportation.
On March 5, 1943, the Nazis arrested Ernst in his apartment. Rather than be deported, Ernst committed suicide.

http://www.6millionsdemesfreres.com Source: http://www.ushmm.org

http://www.6millionsdemesfreres.com
Source: http://www.ushmm.org

Publié dans france, histoire | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Ephemeride de la Shoah 25 Avril

Si toutes les victimes du Nazisme n’étaient pas juives,
tous les JUIFS furent des victimes.
NI PARDON – NI OUBLI

25 Avril
1942
1 000 juifs sont déportés du camp de concentration de Theresienstadt à Varsovie, où ils sont installés dans une synagogue. Un groupe d’hommes est sélectionné pour être employé à des travaux agricoles au camp de Rembertów. Les autres déportés sont envoyés au camp d’extermination de Treblinka, où ils sont assassinés.
1943 Un nombre inconnu de juifs, surtout des femmes et des enfants, est fusillé dans la forêt de Bikernau, près de Riga (Lettonie).
1944 Un convoi de 160 juifs quitte le seul camp de concentration nazi en territoire italien, Risiera di San Sabba, en direction du camp d’extermination d’Auschwitz.
1945 L’Italie est libérée, mais les Allemands continuent à pourchasser les juifs jusqu’à la dernière minute. Le 25 avril, 6 juifs sont fusillés par les nazis près de Coni (Cuneo).

Mendel Felman, Sokolow Podlaski, Poland
April 24, 1917

One of seven children, Mendel was raised in a Yiddish-speaking, religious Jewish home in Sokolow Podlaski, a manufacturing town in central Poland with a large Jewish population of about 5,000. Mendel’s parents ran a grain business. As a teenager, Mendel liked to play chess, and he completed his public schooling in Sokolow Podlaski in 1931.
1933-39: After finishing middle school, I went to work in my parents’ business. When I was 18, I fell in love with Frieda Altman who was in the same Zionist organization as I, and we became engaged. On September 1, 1939, the Germans invaded Poland and entered our town on September 20. That November, I fled with Frieda and her family to the city of Bialystok in the Soviet-occupied part of Poland. There, Frieda and I got married.
1940-44: In January 1940 the Soviets sent us, along with many other Jewish refugees in Bialystok, east to work camps in Siberia. I was assigned to cut trees in the Ural Mountains. Then Frieda and I were sent to the Crimea to work on a collective farm where I became a tractor driver. But the Germans invaded the USSR in June 1941 and reached the Crimea by September. Knowing what the Nazis were doing to Jews, the Soviets evacuated the Jews to the Caucasus, first to Azerbaijan and then to Armenia.
Mendel and his family returned to the Crimea after the Germans retreated in 1944. After the war, the Felmans returned to Poland, and then emigrated to the United States in 1949.

http://www.6millionsdemesfreres.com
Source: http://www.ushmm.org

Publié dans france, histoire | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Ephemeride de la Shoah 24 Avril

Si toutes les victimes du Nazisme n’étaient pas juives,
tous les JUIFS furent des victimes.
NI PARDON – NI OUBLI

24 Avril
1941 Création d’un ghetto à Lublin : 34 000 juifs y sont entassés. Il leur est interdit d’en sortir. 10 000 juifs seront dispersés dans des ghettos plus petits du côté de Lublin.
1942 Plusieurs centaines de juifs de Kuty, considérés comme trop vieux ou trop malades pour travailler sont déportés. De nombreux déportés meurent au cours des marches forcées. A l’exception de 20 personnes, tous les juifs se trouvant encore à Zablotov sont déportés au ghetto de Kolomyya.
1943 En ce jour, 4 000 juifs sont assassinés à Izbica (du côté de Lublin).
1945 Gazage de 1 441 malades à Mauthausen

Gerda Blachmann, Breslau, Allemagne
24 avril 1923

Gerda était la fille unique d’une famille juive. Ils vivaient à Breslau, une grande ville industrielle située sur l’Oder. Avant la Seconde Guerre mondiale, la communauté juive de Breslau était la troisième plus importante d’Allemagne. Son père travaillait comme vendeur pour une grande société de matériel et de construction. Gerda fréquenta l’école publique jusqu’à l’âge de 9 ans, où elle fut alors admise dans une école catholique de filles.

1933-39 : J’ai marché dans la ville pour voir les ravages d’un pogrom. Les fenêtres des boutiques juives avaient volé en éclats. Les cendres d’une synagogue continuaient à couver. Je suppliai mes parents de quitter l’Allemagne. Plusieurs mois plus tard, ils décidèrent que nous devions fuir. Nous obtînmes des visas pour Cuba et partîmes du port de Hambourg sur le Saint-Louis le 13 mai 1939. Arrivés à Cuba le 27, on nous dit que nos visas n’étaient pas valables. L’entrée nous étant refusée, nous dûmes rentrer en Europe.

1940-44 : Déguisées en fermières, ma mère et moi conduisîmes une charrette de foin derrière la patrouille de la frontière allemande vers une ferme située sur la frontière franco-suisse. Nous descendîmes un petit ravin, traversâmes un ruisseau puis passâmes sous une clôture barbelée qui marquait la frontière officielle. Mais nous fûmes appréhendées par les gardes-frontière suisses et détenues toute la nuit. Le lendemain, nous fûmes mises dans un train avec d’autres réfugiés. Personne ne nous dit où nous allions ni ce qui allait nous arriver.
Gerda fut internée dans un camp de réfugiés en Suisse pendant deux ans, puis travailla à Berne dans une usine de confection de chemisiers jusqu’à la fin de la guerre. Elle émigra aux Etats-Unis en 1949.

http://www.6millionsdemesfreres.com
Source: http://www.ushmm.org

Publié dans france, histoire | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire