Ephemeride de la Shoah 23 Avril

Si toutes les victimes du Nazisme n’étaient pas juives,
tous les JUIFS furent des victimes.
NI PARDON – NI OUBLI

23 Avril
1942
Un nouveau transport de 1 000 hommes, femmes et enfants quitte le camp de concentration de Theresienstadt pour Lublin. Là, 350 juifs seront sélectionnés pour être envoyés au camp d’extermination de Maïdanek. Les 659 autres seront détenus dans le ghetto de Piaski : en juin 1942, on les enverra au camp d’extermination de Sobibor.
8 juifs seulement survivent jusqu’à la libération en 1945.

Robert Oelbermann, Bonn, Allemagne
24 avril 1896

En 1919, Robert et son frère Karl fondèrent le groupe de jeunes Nerother Bund dans la région de Cologne. Le groupe comme bien d’autres avait pour but de rapprocher les jeunes de la nature par le camping et la randonnée. De l’intense camaraderie existant chez ces jeunes adolescentes naissaient parfois des relations homosexuelles. le Nerother Bund acceptait ces amitiés, comme un certain nombre d’autres groupes de jeunes allemands à cette époque.

1933-39 : Peu après l’arrivée des Nazis au pouvoir en 1933, ils dissolurent tous les groupes de jeunes indépendants et poussèrent leurs membres à rejoindre les Jeunesses Hitlériennes. Robert refusa et, en secret, conserva ses liens avec le Nerother Bund. En 1936, il fut arrêté, conformément aux dispositions du paragraphe 175 du code pénal révisé par les Nazis qui prohibait l’homosexualité. Robert fut emprisonné avec treize autres membres du Nerother Bund.

1940-41 :
Robert fut l’un des cinquante mille hommes condamnés en vertu du paragraphe 175. En 1941, il fut transféré dans le camp de concentration de Dachau. Comme beaucoup de « ceux du 175 » dans les camps, Robert dut porter un triangle rose d’identification. « Ceux du 175 » étaient rassemblés dans des baraquements séparés, où ils subissaient un traitement particulièrement sévère, et étaient souvent bannis par les autres groupes de prisonniers.

En 1941, à quarante-quatre ans, Robert mourut à Dachau. On ne sait pas comment.

http://www.6millionsdemesfreres.com
Source: http://www.ushmm.org

Publicités
Publié dans france, histoire | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Ephemeride de la Shoah 22 Avril

Si toutes les victimes du Nazisme n’étaient pas juives,
tous les JUIFS furent des victimes.
NI PARDON – NI OUBLI


22 Avril
1941
Les nazis édictent des ordonnances contre les juifs de Skopje (Yougoslavie). A cette époque, la ville compte 4 000 juifs. Des juifs y ont vécu sans doute depuis l’époque romaine.
1942 1 000 jeunes gens sont déportés du ghetto de Javorov (Ukraine) au camp de travail forcé de Janovska.
1945  Sachsenhausen. A la libération, les soldats russes trouvèrent dans le camp de Sachsenhausen 3 000 prisonniers, dont 1400 femmes. Ils étaient presque tous mourants, malades ou complètement affaiblis.

Simone Weil, Ringendorf, France
April 22, 1920

Simone was the oldest of two children born to a Jewish family in the small village of Ringendorf. When she was 3 her family moved to Strasbourg. Her father made his living breeding sheep. Simone and her younger brother were both active in a Jewish scouting organization, Les Eclaireurs Israelites de France (EIF). Simone attended a public secondary school in Strasbourg.

1933-39: In addition to attending secondary school for five days of the week, I also went to a Jewish religious school on the other two days. I began to take on increasing responsibilities in my scouting troop. In 1936, when I was 16, I became the leader of the troop, in charge of 35 girls. Two years later, in 1938, I graduated from secondary school and began to study early childhood education and social work.

1940-44: Early in 1940 I took a teaching job in Paris. When Germany invaded France that May, my family fled to the south. A friend working with OSE, a Jewish aid society, asked me to be a resident social worker in Rivesaltes, an internment camp for foreign-born Jews near the Spanish border. We tried to provide the adults with forged documents, but for each person we managed to get off the trains, the Nazis substituted someone else. But we rescued most of the children in the camp before the deportations began in 1942.

For the remainder of the war, Simone assumed a false name and joined the OSE underground network to hide Jewish children in southern France. In 1949 she emigrated to America.

http://www.6millionsdemesfreres.com
Source: http://www.ushmm.org

Publié dans france, histoire | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Ephemeride de la Shoah 21 Avril

Si toutes les victimes du Nazisme n’étaient pas juives,
tous les JUIFS furent des victimes.
NI PARDON – NI OUBLI

21 Avril
1941
Création du camp de concentration de Semlin près de Belgrade. Jusqu’à la fin de 1942, 15 000 juifs environ seront gazés dans des camions marqués aux insignes de la Croix-Rouge.
1942 300 juifs d’Osymiony (Biélorussie) sont déportés au ghetto de Vilna (Lituanie).
1944 Pendant trois jours,les juifs d’Ungvar (Ukraine) sont rassemblés dans la cour d’une usine. On y entasse également les juifs des environs, soit 25 000 personnes au total, qui doivent attendre leur déportation dans des conditions inhumaines.
1945 Gazage de 684 malades à Mauthausen-Gusen.

Edith Riemer, Berlin, Germany
April 22, 1930

Hela Pinsker and Elimelech Riemer were married in 1928. Two years later the Jewish couple’s only child, Edith, was born. The Riemers lived in a comfortable apartment in Berlin, in a building that also housed offices of the Communist Party of Germany.
1933-39: Hitler banned the Communists, so their offices in our building were shut down. When these offices were later broken into, the Gestapo blamed it on « the Jews. » Though our family wasn’t involved, they said that if the culprit was not found within 72 hours, my family would be punished. My father quickly sent my mother and me to Poland, where my parents were born. We left Berlin with only a little cash from the bank, and Father joined us later.
1940-45: In 1942 my mother was killed in Poland by the Germans. I was smuggled to the Tarnow ghetto to live with an aunt. From Tarnow I was deported to Auschwitz, and was lined up to be gassed. The entrance to the gas chambers had double doors, and as we were being pushed in, I hid, curled up in a ball between the two doors. The German in charge of closing the outside door found and beat me. But since the chamber’s interior door was already sealed, it was too late to put me in the gas chamber.

Edith was assigned to forced labor. In 1945 she was liberated at the Bergen-Belsen camp. The next year she emigrated to Palestine, where she was later reunited with her father.

http://www.6millionsdemesfreres.com
Source: http://www.ushmm.org

Publié dans france, histoire | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Ephemeride de la Shoah 20 Avril

Si toutes les victimes du Nazisme n’étaient pas juives,
tous les JUIFS furent des victimes.
NI PARDON – NI OUBLI

20 Avril
1941
Les juifs de Belgrade doivent se faire recenser et porter obligatoirement l’étoile jaune. 9 145 juifs sont recensés.
1942 Il est interdit aux juifs d’Allemagne d’utiliser les transports en commun.
1943  En l’honneur de l’anniversaire de Hitler, 30 intellectuels juifs, médecins, avocats, ingénieurs, détenus dans plusieurs dépendances du camp de Janovska près de Lwow (Ukraine) sont conduits dans une gorge près des sablières de Piaski pour y être fusillés. 1944 Les juifs doivent s’installer dans le ghetto qui vient d’être délimité à Maramarossziget (Hongrie).

Karl Stojka, Wampersdorf, Autriche
20 avril 1931

Karl était le quatrième des six enfants d’une famille tsigane catholique qui vivait dans le village de Wampersdorf situé à l’est de l’Autriche. Les Stojka appartenaient à un clan tsigane appelé les Lowara Roma et gagnaient leur vie comme marchands de chevaux itinérants. Ils vivaient dans une roulotte et passaient l’hiver à Vienne, capitale de l’Autriche. Les ancêtres de Karl avaient vécu en Autriche pendant plus de deux siècles.
1933-39 : J’ai grandi habitué à la liberté, aux voyages et au dur labeur. En mars 1938, nous avions garé notre roulotte pour l’hiver sur un terrain à Vienne. L’Allemagne a annexé l’Autriche juste avant mon septième anniversaire. Les Allemands nous ont ordonné de ne pas sortir de notre roulotte. Mes parents l’avaient donc transformé en un châlet de bois mais je n’avais pas l’habitude d’être entouré par des murs en permanence. Mon père et ma sœur aînée ont commencé à travailler à l’usine et je suis entré à l’école.
1940-44 :
En 1943, ma famille a été déportée vers le camp Nazi de Birkenau qui comptait des milliers de Tsiganes. Nous étions entourés de fils barbelés. En août 1944, seuls deux mille Tsiganes ont été laissés en vie ; neuf cent dix-huit des nôtres ont été placés dans un convoi à destination de Buchenwald dans le cadre du travail obligatoire. Là-bas, les Allemands ont jugé que deux cents d’entre nous étaient incapables de travailler et nous ont renvoyés à Birkenau. J’étais l’un d’eux ; ils ont pensé que j’étais trop jeune. Mon frère et mon oncle leur ont affirmé que j’avais quatorze ans mais que j’étais nain. J’ai pu rester. Les autres sont repartis et ont été gazés.
Karl fut ensuite déporté dans le camp de concentration de Flossenburg. Il fut libéré près de Roetz, en Allemagne, par les troupes américaines, le 24 avril 1945.
Après la guerre, il retourna à Vienne.

http://www.6millionsdemesfreres.com
Source: http://www.ushmm.org

Publié dans france, histoire | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Ephemeride de la Shoah 19 Avril

Si toutes les victimes du Nazisme n’étaient pas juives,
tous les JUIFS furent des victimes.
NI PARDON – NI OUBLI

19 Avril
1942
1 500 juifs de Ciechocinek (Varsovie) sont déportés au camp d’extermination de Chelmno.
19/04/1943 au 16/05/1943  Révolte du ghetto de Varsovie. Armés de 17 pistolets et de quelques centaines de grenades, les insurgés ouvrent le feu, contraignant les Allemands à la retraite. Le lendemain, le ghetto est bombardé avec des mortiers. Les Allemands tuent tous les malades de l’hôpital de Czyste. La révolte continue jour après jour, avec de moins en moins d’armes. Les insurgés, abandonnés de tous, sont dirigés par Mordéhaï Anielewicz, de l’Hashomer Hatsaïr. Il avait défini la lutte des insurgés comme un combat « non pas pour la vie, mais pour le prix de la vie ». Les Allemands avancent patiemment, passant chaque rue du ghetto par les flammes. Arrivés à bout de forces et de munitions, quand le combat semble sans issue, des insurgés essaient de s’enfuir en utilisant les égouts. Le 3 mai, 21 femmes qui tentaient de s’échapper sont reprises et exécutées. Le 7 mai, Pawel Burskin emmène un groupe de combattants dans le secteur aryen de la ville. Ils sont repris et tués. Le 8 mai, les Allemands ont vidé presque tout le ghetto et la résistance se concentre au quartier général des insurgés, au 18 de la rue Mila. 120 combattants sont bombardés et gazés dans le bunker, parmi eux Mordéhaï Anielewicz et Berl Broyde, les dirigeants de la révolte. En tout 7 000 Juifs sont morts en combattant, 600 ont été tués dans les bunkers, 30 000 ont été déportés. Jusqu’au 12 mai, des petits groupes essayeront de s’échapper du ghetto. Des 400 000 Juifs que comptait le Ghetto de Varsovie à ses débuts, seuls 500 environ ont survécu à la guerre.

1943 Un vingtième transport quitte le camp de regroupement de Malines (Mechelen, Belgique) avec 1631 juifs, dont 262 enfants, déportés au camp d’extermination d’Auschwitz. 150 déportés seulement survivront jusqu’à la libération du camp en 1945. 1944 Les juifs de Nagykanizsa (Hongrie), au nombre d’environ 2 700, sont regroupés dans un ghetto. Les juifs habitaient la ville depuis le début du XVIIIe siècle. La communauté était connue pour ses activités religieuses, culturelles et économiques florissantes.
1945 15 juifs déportés de Hongrie sont fusillés et brûlés à Scheibbs (Autriche).

Abraham Soep,Amsterdam, Netherlands
April 17, 1892

Abraham, known as « Bram, » was born to a religious Jewish family in Amsterdam. After graduating from high school, Bram went into the diamond business with his father. By 1924 he and his wife, Tonie, had three children. Bram served as president of the Amsterdam Jewish community.

1933-39: The Soeps had a large and comfortable home. Bram and his wife often traveled abroad, and each summer the family rented a home near the seashore in Zandvoort. In 1937 Bram’s son Benno joined him in the diamond business.

1940-44: The Germans occupied the Netherlands in 1940. One year later, Abraham was appointed to the Nazi-imposed Dutch Jewish council. The Soeps were deported in 1944 and eventually sent to the Bergen-Belsen camp, where the Germans wanted to use Abraham’s expertise to help set up a diamond factory. When the diamond plan collapsed, the diamond workers were deported to death camps. Only the Soeps and one other family were kept alive in case the Germans still needed their business connections.

As the Soviets advanced, Bram and the other prisoners were loaded onto trains going west. He was liberated en route by Americans in April 1945.

http://www.6millionsdemesfreres.com
Source: http://www.ushmm.org

Publié dans france, histoire | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Ephemeride de la Shoah 18 Avril

Si toutes les victimes du Nazisme n’étaient pas juives,
tous les JUIFS furent des victimes.
NI PARDON – NI OUBLI

18 Avril 1939 La Slovaquie décide d’appliquer sur son territoire les lois antijuives des Allemands.
1942 Un transport de 1 000 hommes, femmes et  enfants quitte le camp de concentration de Theresienstadt. Une partie d’entre eux sera internée dans un camp près du village de Sawit (province de Lublin), où la plupart meurent d’une épidémie de typhus. Les survivants son déportés au camp d’extermination de Sobibor. Seules 3 femmes de ce transport survivent lors de la libération du camp par l’armée soviétique.
1942 Dispersion du ghetto de Lublin vers Sobibor, Belzec, Maïdaneck.
1943 Une révolte éclate dans le ghetto de Javorov (Ukraine). Les nazis en profitent pour massacrer 3 489 juifs. Quelques juifs seulement, cachés dans des abris, parviennent à survivre.
1944 13 000 juifs de Munkacs (Ukraine) doivent quitter leurs maisons pour se rassembler et attendre leur déportation. Nombre d’entre eux doivent rester en plein air, victimes des intempéries

Adela Low, Ulanow, Pologne
18 avril 1924

Adela, connue sous le nom Udl par  sa famille, était l’une des quatre enfants nés dans une famille juive dans la ville polonaise de Ulanow. Son père était un propriétaire terrien et marchand de bétail,  et le transport de veaux de la région de Ulanow pour la vente dans d’autres villes de la région. Dès l’âge de 3 ans, Adela a fréquenté une école religieuse privée pour les filles où elle  appris l’histoire juive et l’hébreu. A 7 ans elle est inscrite à l’école publique.

1933-39: Adela venait d’une famille de bienfaisance; quand sa mère cuit les halots , un pain spécial pour le shabbat juif, Adela et sa soeur Sabina livraient  quelques-uns des pains aux familles pauvres. La ville avait une synagogue en forme de dôme et un artiste local avait peint des scènes représentant les Dix Commandements. La synagogue a été détruite quand les Allemands ont atteint Ulanow en Septembre 1939, peu après l’invasion allemande de la Pologne.

1940-42: Le 4 Octobre 1942, les autorités allemandes ont arretés les Juifs Ulanow à Zaklikow, une ville voisine. Craignant d’être tués, Adela, sa mère et son frère cadet, Moniek, ont embauché un paysan polonais pour  faire la contrebande avec sa voiture à Sandomierz, une ville où la famille avait des parents à faible. Non loin de Ulanow, le wagon a été arrêté par une patrouille allemande. Les Low furent  trahis et remis   aux Allemands.

Après ils furent capturés, Adela, sa mère, et son frère ont été tués et jetés dans un charnier.

http://www.6millionsdemesfreres.com
Source: http://www.ushmm.org

Publié dans france, histoire | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Ephemeride de la Shoah 17 Avril

Si toutes les victimes du Nazisme n’étaient pas juives,
tous les JUIFS furent des victimes.
NI PARDON – NI OUBLI

17 Avril
1942
Les limites du ghetto de Pinsk (Biélorussie) sont réduites. 400 juifs sont fusillés
1943 20 juifs de la ville d’Avignon sont transférés au camp de regroupement de Dran, d’où ils seront déportés au camp d’extermination d’Auschwitz.
1944 Durant la Pâque juive, les SS encerclent la ville hongroise de Nyiregyhaza, où ils arrêtent tous les juifs. En outre, les juifs de 36 communautés environnantes viennent les rejoindre dans un ghetto surpeuplé qui compte près de 18 000 âmes.
1945 Marches de Sachsenhausen et Ravenbruck : 17 000 femmes et 46 000 hommes sont évacués en profondeur du territoire allemand.

Emma Arnold, Strasbourg, France
17 avril 1898

Emma naquit dans une famille catholique à Strasbourg, la capitale de l’Alsace-Lorraine. Son père mourut quand elle avait 8 ans et Emma grandit dans le chalet de sa mère. A 14 ans, elle devint tisserande. Par la suite, elle se maria et partit s’installer avec son mari dans la ville alsacienne de Husseren-Wesserling. En 1930, elle donna naissance à une petite fille. En 1933, les Arnold s’installèrent dans la ville voisine de Mulhouse.

1933-39 : Nous avions choisi de devenir témoins de Jéhovah. J’étais bénie d’avoir un mari aimant et une jolie petite fille. Je m’occupais de la maison et j’enseignais à ma fille la musique, la peinture, le tricot, la couture, la cuisine et le jardinage. Mon mari et moi étudiions la Bible. Nous dispensions à notre fille les préceptes de Jéhovah et lui apprenions l’importance d’obéir à Ses commandements. La vie à Mulhouse était paisible et calme sous le régime français.

1940-44 :
Après l’occupation allemande de notre ville en juin 1940, nous n’avions plus le droit d’être témoins de Jéhovah. La Gestapo arrêta mon mari en 1941 et ils emmenèrent ma fille en 1943. Je suis repartie dans le chalet de ma mère mais j’y fus arrêtée en septembre 1943. Je fus envoyée dans le camp de Vorbruck-Schirmeck en Alsace, puis dans le camp annexe de Gaggenau en 1944. On m’affecta tout d’abord aux travaux de couture et de reprisage puis on m’envoya travailler comme domestique chez une famille SS. Malgré la pression, rien n’entamait ma foi.

Emma fut libérée par l’armée française en 1945. Elle retourna en France où elle retrouva son mari et sa fille.

http://www.6millionsdemesfreres.com
Source: http://www.ushmm.org

Publié dans france, histoire | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire