Ephéméride de la Shoah : 6 Septembre

Chaque jour, des années 1942 à 1945, des Enfants, des Femmes et des Hommes ont été raflés, emprisonnés, assassinés, gazés et brulés.
Aujourd’hui, voici la liste des âmes juives qui ont été assassinées.
Voici l’histoire de l’une de ces âmes.

Bruna Sevini, Trieste, Italie 22 septembre 1923

6 Septembre
1939  Les nazis occupent Gorlice (Pologne du Sud-Est), où vivent 5 000 juifs. Ils prennent des otages juifs qu’ils gardent longtemps. Des juifs habitent la ville depuis le début du XVIIe siècle.
1941  Les juifs ne peuvent plus quitter les 2 ghettos de Vilna (R.S.S. de Lituanie), où un second Conseil juif se trouve constitué.
1942  Les nazis entreprennent de liquider le ghetto de Wolbrom (province de Cracovie). Tous les juifs sont conduits à la gare. Là, les Allemands prennent 2 000 vieillards et malades qui sont envoyés dans la forêt voisine, où ils sont fusillés et enterrés dans des fosses communes. Les 2 000 juifs restants sont déportés au camp d’extermination de Belzec.
– Les nazis déportent 1 000 juifs du ghetto de Biala Podlaska (Pologne) au camp d’extermination de Treblinka, où ils sont tués quelques heures après leur arrivée.
1943  Les 6 et 8 Septembre, au total 5 007 juifs du ghetto de Theresienstadt sont déportés au camp d’extermination d’Auschwitz (Pologne). Ils sont tous installés dans la partie en construction du camp de Birkenau, dit «camp familial».
Les 8 et 9 mars 1944, les 3 792 déportés encore vivants seront gazés.

Bruna Sevini, Trieste, Italie
22 septembre 1923

Bruna était l’aînée de deux enfants nés dans une famille juive parlant italien installée dans la ville cosmopolite de Trieste. Son père, né à Vienne, avait servi dans l’armée austro-hongroise pendant la Première Guerre mondiale. Il fut naturalisé Italien dans les années 20 après avoir épousé la mère de Bruna. Elevée dans une Italie fasciste, Bruna fréquentait les écoles publiques de Trieste et était fière d’être italienne.

1933-39 : En septembre 1938, je fus surprise de lire sur un mur une inscription anti-juive. Puis les lois raciales furent annoncées. Je fus exclue de mon collège public et mon père fut renvoyé de son emploi. J’entrais alors dans nouvelle école privée, créée par des professeurs juifs ayant perdu leurs postes. Cette école se composait de petites classes dirigées par d’excellents professeurs. Ironie du sort, mes examens et mes diplômes furent tous validés par l’Etat italien.

1940-44 : Nous fûmes heureux d’apprendre la destitution de Mussolini en juillet 1943, mais sa chute laissa place à l’occupation allemande de l’Italie. Nous partîmes vers le sud mais fûmes pris dans une rafle. Dans l’attente de ma déportation vers l’Allemagne, j’assistais à une messe de Noël en prison. L’Evêque de Rimini me dit de ne pas désespérer et de croire aux miracles. Trois jours plus tard, la prison fut touchée lors d’un raid aérien. Nous nous échappâmes vers un couvent au sud de Rimini et découvrîmes que l’évêque avait donné instruction au couvent d’offrir un abri aux réfugiés, sans poser de questions ni demander d’argent.

Bruna fut libérée au couvent par les troupes britanniques le 23 septembre 1944,
le lendemain de son vingt-et-unième anniversaire.

Source http://www.ushmm.org

Publicités
Publié dans france, histoire | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Ephéméride de la Shoah : 5 Septembre

Chaque jour, des années 1942 à 1945, des Enfants, des Femmes et des Hommes ont été raflés, emprisonnés, assassinés, gazés et brulés.
Aujourd’hui, voici la liste des âmes juives qui ont été assassinées.
Voici l’histoire de l’une de ces âmes.

Cedomir Milan Sorak, Sarajevo, Yougoslavie 20 juillet 1920

 

5 Septembre
1939  14 juifs sont brûlés vifs sur un bûcher à Chmielnik (district de Stopnica, Pologne).
Les troupes allemandes occupent Plonsk (province de Varsovie), où vivent 8 200 juifs. La communauté de cette ville existe depuis que la princesse de Masovie invita les juifs à s’y installer. De nombreux juifs occupèrent des positions importantes dans le commerce et les affaires. Beaucoup d’érudits sont nés à Plonsk, dont Rabbi Abraham Yekutiel Lichtenstein et Rabbi Zvi Ezekiel Michaelsohn, ainsi que des militants sionistes célèbres, dont l’ancien Premier ministre d’Israël, David ben Gourion. Quelques juifs seulement ont survécu à l’Holocauste.
– 87 juifs des villages de Chrzanov et de Jaworzno sont fusillés par la Wehrmacht dans la gare de Trzebinia (Pologne).
1942  Les enfants, les vieillards et les malades du ghetto de Lodz (Pologne) sont déportés et assassinés lors d’une Aktion de sept jours.
– 3 200 juifs sont déportés de Sokolka (district de Bialystok) au camp d’extermination de Treblinka.
– 500 juifs de Zydaczow et 500 juifs de Zurawno (Pologne) sont déportés par les nazis au camp d’extermination de Belzec, où ils sont tués quelques heures après leur arrivée.
1943  Au cours d’une Aktion de deux jours, 2 500 juifs sont assassinés à Pilica (district de Kielce, Pologne). Les juifs survivants sont déportés au camp d’extermination d’Auschwitz.
– Deux jours après Yom Kippour, tous les juifs d’Ivanovo (R.S.S. de Biélorussie) sont assassinés. Des juifs vivaient à Ivanovo depuis le XVIIe siècle.
1944  Les internés juifs des camps de concentration de la région de Riga (R.S.S. de Lettonie), dont ceux de Kaiserwald et de Salaspils, sont déportés par mer au camp de concentration du Stutthof, près de Dantzig (Gdansk). Les malades sont fusillés dans les camps ou dans les forêts avoisinantes.

Cedomir Milan Sorak, Sarajevo, Yougoslavie
20 juillet 1920

Cedomir était l’aîné des cinq enfants d’une famille serbe orthodoxe. Les Sorak vivaient dans la ville pluriethnique de Sarajevo, la capitale de la Bosnie. Le père de Cedomir, Milan, était ingénieur aux chemins de fer yougoslaves et sa mère, Andjelija, née en Hongrie, était mère au foyer.

1933-39 : La famille Sorak partit s’installer à Zagreb après que le père de Cedomir fut promu au poste de directeur adjoint du système ferroviaire de Croatie. Cedomir obtint son certificat d’études secondaires en 1938 et s’inscrivit à l’école vétérinaire de l’Université de Zagreb. Cedomir aimait cette grande ville et avait une petite amie croate.

1940-41 : Le 6 avril 1941, lorsque les Allemands envahirent la Yougoslavie, Cedomir se porta volontaire dans l’armée yougoslave. Quatre jours plus tard, les Allemands entrèrent dans Zagreb. Les fascistes croates accédèrent au pouvoir et lancèrent une campagne contre les Serbes, les Juifs et les Tsiganes. Le 27 avril, alors que Cedomir revenait de chez sa petite amie, il fut pris dans une rafle de la police croate et incarcéré dans la prison de la rue Petrinjska. Il fut envoyé successivement à Koprivnica, à Gospic et à Jadovno, des camps de concentration dans le Sud dirigés par des Croates.

A Jadovno, Cedomir fit partie d’un groupe de nombreux prisonniers enchaînés les uns aux autres. Ils furent emmenés au bord d’une fosse profonde hors du camp, frappés à coups de masse puis poussés dans la fosse.

Source http://www.ushmm.org

Publié dans france, histoire | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Ephéméride de la Shoah : 4 Septembre

Chaque jour, des années 1942 à 1945, des Enfants, des Femmes et des Hommes ont été raflés, emprisonnés, assassinés, gazés et brulés.
Aujourd’hui, voici la liste des âmes juives qui ont été assassinées.
Voici l’histoire de l’une de ces âmes.

Ben Stern, Varsovie, Pologne 21 septembre 1921

4 Septembre
1941  1 000 juifs de Zambrow, près de Bialystok, sont assassinés par les nazis au cours d’une Aktion dans la région de Rutki-Kosaki.
1942  Le 3 Septembre, la milice biélorusse encercle le ghetto de Lachva (R.S.S. de Biélorussie) et commence à préparer le massacre de ses 2 000 internés. Les juifs résistent farouchement et incendient leurs maisons. 600 parviennent à fuir, dont 500 trouveront la mort. Les 100 survivants se regroupent dans les bois, où ils deviennent des partisans. Les autres internés du ghetto périssent.
– Un convoi de 1 013 juifs, hommes et femmes, quitte le camp de regroupement de Drancy (France) à destination du camp d’extermination d’Auschwitz. 959 déportés sont envoyés dans les chambres à gaz dès leur arrivée. 28 seulement survivront jusqu’à la libération du camp, en 1945.
– 100 vieillards juifs sont exécutés et 2 000 internés du ghetto de Sambor (province de Lvov, R.S.S. d’Ukraine) sont déportés par les SS au camp d’extermination de Belzec (Pologne).
– 2 000 juifs de Skole (province de Lvov), 2 000 juifs de Chodorov, 3 000 juifs de Lesko (R.S.S. d’Ukraine), 1 000 juifs de Rozdol (Pologne) et 500 juifs de Mikolajov (R.S.S. d’Ukraine) sont déportés au camp d’extermination de Belzec. Les juifs de Chodorov, Rozdol et Mikolajov sont assassinés dès leur arrivée.
1944  2 087 internés juifs sont déportés du camp de regroupement de Westerbork au camp de concentration de Theresienstadt.

Ben Stern, Varsovie, Pologne
21 septembre 1921

Ben naquit dans une famille juive de Varsovie. Lorsqu’il eut 7 ans, sa famille s’installa à Mogielnica, ville située à une cinquantaine de kilomètres de Varsovie. Le père de Ben passait la plupart de son temps à étudier des textes religieux. Sa femme tenait le magasin familial de spiritueux. Ben fréquentait l’école publique à Varsovie pendant la journée et recevait une éducation religieuse le soir.

1933-39 : Dès que je sortais de l’école, je revenais à la maison pour aider au magasin. Un jour, il y eut une énorme manifestation en ville. Les gens scandaient : « N’achetez rien aux Juifs ! » Notre voisin chrétien nous apprit que le prêtre avait encouragé ces propos dans son sermon. J’eus peur d’être contraint au travail forcé lorsque l’Allemagne envahit la Pologne en septembre 1939. Ma famille décida que je devais quitter la ville. J’embarquais dans un train à destination de la Pologne, occupée par les Soviétiques.

1940-44 : En juillet 1942, je fus déporté du ghetto de Varsovie au camp de concentration de Majdanek. On m’avait affecté au lavage des pommes de terre. Lorsque mes jambes enflèrent gravement, je dus aller à l’hôpital. Les prisonniers malades étaient pourtant les premiers exécutés en règle générale. Le SS responsable de la cuisine me protégea pendant deux semaines et je récupérais. Plus tard, ce même SS surprit un autre prisonnier en train de voler des navets. Fou de rage, il s’empara d’une fourche et la lui planta dans la gorge, le tuant sur le coup. Puis il m’ordonna de nettoyer « le foutoir. »

Ben fut l’un des quelques survivants d’une marche forcée de Buchenwald aux montagnes du Tyrol près de la frontière autrichienne. Il fut libéré par l’armée américaine le 3 mai 1945.

Source http://www.ushmm.org

Publié dans france, histoire | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Ephéméride de la Shoah : 3 Septembre

Chaque jour, des années 1942 à 1945, des Enfants, des Femmes et des Hommes ont été raflés, emprisonnés, assassinés, gazés et brulés.
Aujourd’hui, voici la liste des âmes juives qui ont été assassinées.
Voici l’histoire de l’une de ces âmes.

Ceija Stojka, Kraubath sur le Knittelfeld, Autriche 1933

Ceija Stojka, Kraubath sur le Knittelfeld, Autriche 1933

 

3 Septembre
1939  3 juifs sont assassinés par les nazis à Rekszowice (district de Czestochowa, Pologne).
– 80 juifs sont fusillés par la Wehrmacht (l’armée régulière allemande) au cours d’une Aktion de deux jours à Zloczev (district de Sieradz, Pologne).
– Les nazis assassinent 4 juifs à Lelow (district de Wloszczowa, Pologne).
– 150 juifs sont assassinés par la Wehrmacht à Czestochowa, près de Varsovie.
1941  Début de l’internement des juifs de Sarajevo (Bosnie-Herzégovine, Yougoslavie centrale). 3 000 juifs environ sont conduits aux camps de Jasenovac, Loborgrad et Djakovo, où ils sont assassinés en même temps que les juifs des villages voisins.
– Premier gazage exécuté au camp d’extermination d’Auschwitz.
– Première Aktion sur une grande échelle contre les juifs de Dzialoszyce (province de Cracovie) : 1 000 juifs sont tués sur place. 2 convois avec 8 000 déportés partent pour le camp d’extermination de Belzec.
– 1 000 autres juifs sont envoyés au camp de concentration de Plaszow, près de Cracovie. La résistance juive commence à s’organiser à Dzialoszyce. Des juifs y vivent depuis le XVIIIe siècle. Au moment de l’invasion allemande, la communauté compte
7 000 membres, soit 80 % de la population de la ville.
– 500 juifs de Brzozdovce (R.S.S. d’Ukraine), 4 000 juifs de Dzialoszyn (district de Kielce, Pologne) et 2 000 juifs de Bolechov (R.S.S. d’Ukraine) sont déportés par les SS et les policiers ukrainiens au camp d’extermination de Belzec (Pologne).
– Les SS assassinent 1 400 juifs à Lachva (Polésie, R.S.S. de Biélorussie).
1943  Un convoi de 3 000 juifs quitte le ghetto de Bochnia (Pologne) pour le camp d’extermination d’Auschwitz, où les déportés sont tués dès leur arrivée.
1944  1 019 internés juifs du camp de regroupement de Westerbork sont déportés au camp d’extermination d’Auschwitz.

Ceija Stojka, Kraubath sur le Knittelfeld, Autriche
1933

Ceija était l’avant-dernier des six enfants d’une famille de Tsiganes catholiques. La roulotte familiale des Sotjka voyageait avec une caravane qui passait l’hiver dans la capitale de l’Autriche, Vienne, et l’été dans la campagne autrichienne. Les Stojka appartenaient à un clan tsigane appelé les Lowara Roma ; ils gagnaient leur vie comme marchands de chevaux itinérants.

1933-39 : J’ai grandi habituée à la liberté, aux voyages et au dur labeur. Un jour, mon père m’a fabriqué une jupe dans le tissu d’une ombrelle cassée. Lorsque l’Allemagne a annexé l’Autriche en mars 1938, j’avais cinq ans. Notre roulotte était garée pour l’hiver sur un terrain, à Vienne. Les Allemands nous ont ordonné de rester dans notre roulotte. Mes parents ont alors dû la transformer en une maison de bois et nous avons dû apprendre à cuisiner au four et non plus au feu de bois.

1940-44 : Les Tsiganes ont été obligés de se faire enregistrer comme membres d’une autre « race. » Le terrain sur lequel nous étions installés a été clôturé et placé sous surveillance policière. J’avais huit ans quand les Allemands ont emmené mon père ; quelques mois plus tard, ma mère a reçu ses cendres dans une boîte. Ensuite, les Allemands ont pris ma sœur, Kathi. Enfin, ils nous ont tous déportés dans un camp Nazi réservé aux Tsiganes, à Birkenau. Nous vivions à l’ombre de la fumée du four crématoire et nous appelions l’allée qui longeait nos baraquements la « route de la mort » parce qu’elle conduisait aux chambres à gaz.

Ceija fut libérée du camp de Bergen-Belsen en 1945. Après la guerre, elle écrivit et publia des chansons tsiganes sur la Shoah.

Source http://www.ushmm.org

Publié dans france, histoire | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Ephéméride de la Shoah : 2 Septembre

Chaque jour, des années 1942 à 1945, des Enfants, des Femmes et des Hommes ont été raflés, emprisonnés, assassinés, gazés et brulés.
Aujourd’hui, voici la liste des âmes juives qui ont été assassinées.
Voici l’histoire de l’une de ces âmes.

Aron Tabrys, Vilna, Pologne 4 mars 1924

2 Septembre
1939  Les nazis occupent Zaviercie (district de Katowice, Pologne), où vivent 7 000 juifs. Tous les hommes de dix-sept à cinquante ans doivent se rassembler sur la place du Marché, où ils sont torturés durant neuf jours.
– Les nazis créent le camp de concentration du Stutthof près de Dantzig (Gdansk). Plusieurs centaines de notables juifs y sont internés peu après. La plupart périssent rapidement.
1941  1 500 juifs de Zaremby Kasztelanskie (district de Bialystok, Pologne) sont assassinés par les SS près de la ville.
1942  Un convoi, le vingt-septième, dans lequel sont entassés 1 000 juifs, hommes et femmes, quitte la France pour le camp d’extermination d’Auschwitz. Les déportés avaient été internés au camp de Drancy (France) en attendant leur départ vers l’Europe de l’Est. 877 d’entre eux sont gazés dès leur arrivée. 30 hommes seulement survivront en 1945.
– 700 juifs sont tués par les nazis lors d’une révolte dans le ghetto de la ville de Lachva (R.S.S. de Biélorussie). La résistance juive manifeste son activité en permettant à 120 juifs de fuir dans les bois.
– La Gestapo et la police locale pendent 20 juifs à Strzegowo (district de Mlawa, Pologne).
– Après la liquidation du ghetto de Lublin, créé en mars 1941 par les nazis, ceux-ci tuent 2 000 des
4 000 juifs restants. La population du ghetto, qui s’élevait à 34 000 âmes, s’est trouvée réduite par les déportations vers les camps de concentration et d’extermination.
1943  Un cinquante-huitième convoi dans lequel s’entassent 1 000 juifs, hommes et femmes, internés au camp de regroupement de Drancy (France), part pour le camp d’extermination d’Auschwitz. 622 déportés sont gazés immédiatement. 13 hommes et 3 femmes seulement survivront jusqu’à la libération du camp, en 1945.
– 3 500 juifs du ghetto de Przemysl (province de Rzeszow) et 2 000 juifs du ghetto de Tarnov (province de Cracovie) sont déportés au camp d’extermination d’Auschwitz.
– 3 000 juifs de Tarnov sont envoyés au camp de concentration de Plaszov-Cracovie.
– 20 juifs sont déportés de Vienne (Autriche) au camp de concentration de Theresienstadt.

Aron Tabrys, Vilna, Pologne
4 mars 1924

Aron était le second des six enfants nés dans une famille juive de Vilno, une ville connue pour être un centre culturel juif. Ses amis et sa famille le surnommaient Arke. Le père d’Aron subvenait aux besoins de sa famille avec le peu d’argent que sa profession de ramoneur lui rapportait.

1933-39 : Enfant, je fréquentais une école juive puis je suis allé au collège public. Quand j’avais quatorze ans, mon père a eu un accident qui l’a rendu aveugle. J’ai dû commencer à travailler à temps complet pour aider ma famille. J’appartenais à un groupe de résistants communistes parce que je pensais que le communisme était un moyen de combattre l’antisémitisme en Pologne. Notre vie à Vilno fut bouleversée à l’automne 1939, quand les Soviétiques ont occupé la ville.

1940-45 : Les Allemands occupèrent Vilno en juin 1941. Le 6 septembre, j’ai été conduit dans le ghetto de Vilno. J’y ai passé deux ans. Deux semaines avant la liquidation du ghetto, en 1943, j’ai été déporté successivement dans six camps de travail, puis pendant neuf mois dans le camp de concentration de Dautmergen en Bavière. Nous étions un millier de personnes dans des baraquements grands comme des granges. Au milieu de la pièce, il y avait un poêle autour duquel nous nous retrouvions le soir pour essayer d’éliminer par la chaleur le vermine qui infestait nos corps.

Aron survécut aux camps. Il ne pesait que quarante-cinq kilos lorsqu’il fut libéré en mai 1945 lors de son transfert en convoi du camp de concentration de Dachau vers les Alpes.
Il émigra en Amérique en 1949.

Source http://www.ushmm.org

Publié dans france, histoire | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Ephéméride de la Shoah : 1er Septembre

Chaque jour, des années 1942 à 1945, des Enfants, des Femmes et des Hommes ont été raflés, emprisonnés, assassinés, gazés et brulés.
Aujourd’hui, voici la liste des âmes juives qui ont été assassinées.
Voici l’histoire de l’une de ces âmes.

Bertha Wolffberg Gottschalk, Koenigsberg, Allemagne 22 septembre 1866

1 Septembre
1939  L’Allemagne envahit la Pologne. Le Sicherheitsdienst (service secret) se met à l’oeuvre.
– Les nazis occupent Wolbrom (province de Cracovie), où vivent 3 000 juifs. Ceux-ci doivent marcher durant trois jours jusqu’à Zawierce, en étant battus et torturés sur la route. Des juifs vivaient à Wolbrom depuis le XVIIe siècle.
– Au début de la guerre, des notables juifs de Prague sont pris en otages et déportés au camp de concentration de Buchenwald (Allemagne).
1941  Les juifs doivent porter l’étoile jaune (Judenstern) sur tout le territoire du Reich allemand.
1942  Les nazis déportent 5 000 juifs du ghetto de Wloszczowa (Pologne) au camp d’extermination de Treblinka, où tous sont tués immédiatement.
– Un convoi de 1 000 hommes, femmes et enfants juifs quitte le ghetto de Theresienstadt pour Rassika (Estonie). Dès son arrivée, 120 hommes et 75 femmes sont envoyés au camp de concentration de Jagala, où les hommes périront. Les 75 femmes seront envoyées dans une usine de munitions près de Hambourg, où 45 d’entre elles survivront. Les 805 juifs restants du convoi sont déportés à Kalevi-Liva, où ils sont fusillés par des SS et enterrés dans des fosses communes.
– Jakov Kaplan, membre du Conseil juif de Wlodzmierz (Vladimir-Volynskiy, R.S.S. d’Ukraine) se suicide avec sa femme et son fils quand les nazis lui demandent de dresser une liste de 7 000 juifs à déporter.
– Une Aktion débute dans le ghetto de VladimirVolynskiy: 18 000 juifs sont assassinés en deux semaines. 4 000 seulement restent internés dans le ghetto.
– Le Dr Henryk Landsberg, président du Conseil juif de Lwow (Lvov, R.S.S. d’Ukraine) et 11 membres du Conseil sont pendus en représailles du meurtre d’un SS. En outre, 175 juifs sont fusillés. Le Dr Parness, le premier président du Conseil juif, avait été tué lui aussi.
– En deux jours, les SS et la police ukrainienne assassinent 3 500 juifs d’Uscilug (province de Volhynie, R.S.S. d’Ukraine).
– 800 juifs de Mikolasov (district de Stanislavov, R.S.S. d’Ukraine), plusieurs centaines de juifs de Zbarazh (Galicie orientale) et 3 000 juifs de Stryj (district de Lvov) sont déportés au camp d’extermination de Belzec. Les juifs de Zbarazh sont assassinés dès leur arrivée.
– Les SS assassinent 1 700 juifs de Poryck (Volhynie, R.S.S. d’Ukraine).
– Un septième convoi de 1 000 juifs, dont 344 enfants, quitte le camp de regroupement de Malines (Belgique) pour le camp d’extermination d’Auschwitz (Pologne). 15 déportés seulement survivront lors de la libération du camp en 1945.
1943  Au cours d’une Aktion de quatre jours, 8 000 juifs du ghetto de Vilna (R.S.S. de Lituanie) sont déportés dans un camp de travail forcé. Environ 200 résistants parviennent à fuir dans les bois, où ils rejoignent les partisans.
1944 120 juifs italiens, internés dans le camp de concentration de Risiera di San Sabba, La Gestapo et la police locale pendent 20 juifs près de Trieste, le seul de ce genre en Italie, sont déportés au camp d’extermination d’Auschwitz.

Bertha Wolffberg Gottschalk, Koenigsberg, Allemagne
22 septembre 1866

Bertha est née dans une famille juive de la capitale de la Prusse orientale. Son père était employé au conseil municipal de Königsberg. En 1887, Bertha épousa Hugo Gottschalk et le couple s’installa dans la petite ville de Schlawe, au nord de l’Allemagne, dont le moulin à grain appartenait à Hugo. Les Gottschalk élevèrent leurs quatre enfants dans leur maison située près d’un petit ruisseau bordé d’orchidées, avec un grand jardin.

1933-39 : Ma fille Nanny et moi étions parties pour Berlin où Hugo était mort en1934 et nous redoutions l’antisémitisme croissant qui régnait à Schlawe. Nous pensions qu’étant juives, nous attirerions moins les regards dans une grande ville. Mais les nazis avaient mis en place un grand nombre de restrictions pour les Juifs où dernièrement, j’avais dû déclarer mes bijoux et mon argenterie. Ma fille Gertrud avait envoyé ses trois enfants en Angleterre. J’aurais aimé partir moi aussi,mais il était difficile d’obtenir un visa de sortie.

1940-42 : Nanny et moi avions été déportées au ghetto de Theresienstadt en Tchécoslovaquie, où on nous avait affectées dans une pièce sale, bondée et infestée de poux, au deuxième étage d’une maison. Nanny apportait des sacs de sciure que nous brûlions pour réchauffer la pièce. J’avais eu l’occasion de partir en Amérique en 1941, mais j’avais refusé de partir sans Nanny. Mes jours à Schlawe n’étaient plus qu’un lointain souvenir.

Bertha mourut à Theresienstadt le 23 novembre 1942.

Source http://www.ushmm.org

Publié dans france, histoire | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Ephéméride de la Shoah : 31 août

Chaque jour, des années 1942 à 1945, des Enfants, des Femmes et des Hommes ont été raflés, emprisonnés, assassinés, gazés et brulés.
Aujourd’hui, voici la liste des âmes juives qui ont été assassinées.
Voici l’histoire de l’une de ces âmes.

Andras Muhlrad Ujpest, Hongrie

31 Août

1941  3 000 juifs sont conduits hors du ghetto de Minsk (R.S.S. de Biélorussie) pour être assassinés.

1942 560 internés juifs du camp de regroupement de Westerbork sont déportés au camp d’extermination d’Auschwitz.

– Plusieurs centaines de juifs sont déportés de Zbarazh (R.S.S. d’Ukraine) au camp d’extermination de Belzec.

– Au cours d’une Aktion à Skalat (R.S.S. d’Ukraine), 500 juifs sont entassés dans des wagons et emmenés à Tarnopol. De là, ils sont déportés au camp d’extermination de Belzec.

– Un transport de 967 juifs quitte Vienne (Autriche) pour Minsk (R.S.S. de Biélorussie).

– Un train transportant 1 000 juifs, hommes et femmes, quitte le camp de regroupement de Drancy pour le camp d’extermination d’Auschwitz, où 961 déportés sont immédiatement gazés. 18 seulement survivront jusqu’à la libération du camp par l’armée soviétique, en 1945.

1943 1 004 internés juifs sont déportés du camp de regroupement de Westerbork au camp d’extermination d’Auschwitz.

Sources www.israelvivra.com

Andras Muhlrad Ujpest, Hongrie
27 juillet 1930

Dernier de deux enfants, Andras naquit dans une famille juive installée dans la banlieue de Budapest. Son père était pharmacien. Les Muhlrad vivaient dans une grande maison avec le grand-père et les tantes d’Andras. Petit, il jouait souvent avec sa soeur aînée, Eva, et leurs cousins dans la grande cour derrière leur maison.

1933-39: Andras avait 4 ans lorsque sa famille s’installa dans son propre appartement. Il entra à l’école primaire en 1936. Hitler était déjà à la tête de l’Allemagne nazie depuis trois ans. La nuit, son père allumait la radio et écoutait les nouvelles du IIIème Reich. Tout cela semblait si loin de la Hongrie. Le jeune garçon tâchait d’obtenir de bonnes notes. Il savait que seuls quelques bons élèves juifs étaient admis au lycée public chaque année.

1940-44 : Quatre mois avant les 14 ans d’Andras, les Allemands envahirent la Hongrie. Peu après, les Muhlrad durent quitter leur appartement et s’installer avec la famille d’un ami d’Andras, Yannos, dans un bâtiment marqué d’une Etoile de David. Dans un premier temps, la vie était tolérable, mais la situation s’aggrava et ils se retrouvèrent vite à 25 dans l’appartement. Les résidents étaient autorisés à quitter le bâtiment pour se promener quelques heures par jour. Puis, un gendarme prit son poste devant l’entrée. Les résidents passèrent trois jours piégés à l’intérieur, redoutant ce qui allait advenir.

Andras et sa famille furent déportés avec 435 000 autres Juifs Hongrois à Auschwitz au début de l’été 1944. Andras fut ensuite transféré dans un camp en Bavière où il mourut.

Sources http://www.ushmm.org

Publié dans france, histoire, Uncategorized | Laisser un commentaire