Ephemeride de la Shoah 16 Avril

Si toutes les victimes du Nazisme n’étaient pas juives,
tous les JUIFS furent des victimes.
NI PARDON – NI OUBLI

16 Avril
1941
Les nazis occupent Sarajevo, capitale de la Bosnie-Herzégovine (Yougoslavie). Ils attaquent la synagogue Sépharade et les autres sanctuaires sont saccagés et dévastés. Les livres de prière sont brûlés. Des juifs ont vécu à Sarajevo depuis le milieu du XVIe siècle. Leurs activités culturelles, économiques et religieuses y étaient florissantes. Quand les nazis occupent la ville, elle compte environ 10 500 habitants juifs.
1942 Les nazis fusillent 133 juifs au mont Valérien, près de Paris, pour leur participation à la Résistance.
1942  Liquidation du ghetto de Gostynin (Pologne). 2000 juifs environ sont déportés au camp d’extermination de Chelmno. Quelques juifs seulement survivront à l’occupation nazie.

Walter Schnell, Strehlen, Allemagne
16 avril 1904

Walter naquit au sein d’une famille juive dans la ville de Strehlen, en Allemagne, à une trentaine de kilomètres au sud de Breslau. Depuis plus d’un siècle la cristallerie que tenait sa famille était très réputée. Les parents de Walter l’envoyèrent à Berlin au milieu des années 1920 pour étudier le commerce de la porcelaine. Il revint à Strehlen en 1926 pour aider sa famille à gérer l’entreprise.

1933-39 :
En 1937, nous nous sommes installés à Breslau. Après les pogroms allemands de 1938 (la Nuit de Cristal), j’ai été déporté à Buchenwald. Lorsque j’y suis arrivé, on m’a entraîné dans un tunnel où les Nazis nous frappaient à coups de matraque. C’était la panique dans le camp. Certains prisonniers couraient dans tous les sens pendant que les gardes leur tiraient dessus ; d’autres se jetaient tête baissée vers la clôture électrifiée. En décembre, les parents m’ont obtenu des papiers pour aller à Panama. Les Nazis, certains que j’allais quitter le pays, m’ont libéré.

1940-44 : Je n’ai pas pu obtenir de visa d’entrée pour Panama, alors je n’ai eu d’autre choix que de me rendre à Shanghai, le seul endroit pour lequel il n’était pas nécessaire d’avoir un visa. La majorité des Juifs vivait dans un quartier appelé Hongkew. J’y suis resté jusqu’à l’attaque de Pearl Harbor. A cette date les Japonais nous ont regroupés dans un ghetto. Je suis resté à Shanghai pendant quatre ans et de 1941 à 1945 j’ai été l’intendant des Cuisines Juives Générales, un organisme qui fournissait la nourriture à des milliers de Juifs pratiquants. Il y avait plusieurs synagogues à Shanghai, et la communauté juive y était très active. En 1944, les Américains ont commencé à bombarder Shanghai.

Après la guerre, Walter est resté en Chine et continua à travailler dans le secteur de la restauration. En avril 1947, il émigra aux Etats-Unis.

http://www.6millionsdemesfreres.com
Source: http://www.ushmm.org

Publicités
Publié dans france, histoire | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Ephemeride de la Shoah 15 Avril

Si toutes les victimes du Nazisme n’étaient pas juives,
tous les JUIFS furent des victimes.
NI PARDON – NI OUBLI
15 Avril
1940
En ce jour le ministre de l’intérieur du Reich avait recenser les pensionnaires malade Juifs des établissement thérapeutiques ils  furent soumis à l’euthanasie, sans égard à leur aptitude au travail ou de leurs maladies. Ils commencèrent par les séparer des autres pensionnaires et les réunir dans des asiles.
1941 Les nazis arrêtent les membres du conseil municipal de Salonique (Grèce) et promulguent des ordonnances anti-juives.
1942 100 juifs de Paskuda (Lublin) sont déportés au camp d’extermination de Treblinka. 1943 Les nazis massacrent 600 juifs de Kopyczynce (Ukraine). 1944 Un groupe de prisonniers juifs de Ponary (Lituanie), chargés d’effacer toutes les traces des massacres de masse, tente de fuir. 25 d’entre eux sont tués, 15 parviennent à s’évader.
1945 Les troupes britanniques libèrent le camp de concentration de Bergen-Belsen (Allemagne). Ils y découvrent 40 000 survivants et 13 000 morts, juifs pour la plupart. 1945 17 000 femmes internées au camp de concentration de Ravensbrück (Allemagne) sont envoyées à pied vers l’ouest, sans destination précise.

Frimit Bursztyn, Varsovie, Pologne
15 avril 1918

Frimit était l’un des huit enfants nés dans une famille juive pratiquante parlant yiddish. Les Bursztyn vivaient au coeur du quartier juif de Varsovie où le père de Frimit possédait une boulangerie dans la rue Zamenhofa. En 1920, les Bursztyn s’installèrent dans un appartement confortable de deux chambres, toujours dans le même quartier. Frimit fréquentait l’école publique à Varsovie.

1933-39 : En 1939, six de mes frères et sœurs avaient déjà quitté la maison. Seuls mon plus jeune frère et moi vivions toujours chez nos parents qui nous offraient leur affection sans partage. J’avais terminé mes études et j’avais beaucoup d’amis. Mon père s’était séparé de son commerce et travaillait dans la meilleure boulangerie de Varsovie, la boulangerie Kagan. Rien ne nous avait préparés à l’invasion allemande de septembre 1939. Notre ville fut conquise le 28 septembre.

1940-44 : Notre appartement se trouvait au cœur du ghetto de Varsovie, fermé par les Allemands en novembre 1940. J’ai été déportée le 1er mai 1943 dans le camp de concentration de Majdanek. Là-bas, de la fumée sortait des fours crématoires et emplissait le ciel de nuages qui planaient au-dessus des prisonniers. Mes doigts se sont peu à peu déformés car, jour après jour, avec cinq autres femmes, nous devions pousser un wagon de fumier dans les champs qui entouraient le camp. Si l’on travaillait trop lentement, on nous donnait des coups de nerf de bœuf. Nous déposions le fumier sur ces champs à mains nues.

Au cours des deux années suivantes, Frimit fut déportée dans plusieurs autres camps Nazis. Elle fut libérée du camp de travail de Turkheim le 27 avril 1945. En 1949, elle émigra aux Etats-Unis.

http://www.6millionsdemesfreres.com
Source: http://www.ushmm.org

Publié dans france, histoire | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Ephemeride de la Shoah 14 Avril

Si toutes les victimes du Nazisme n’étaient pas juives,
tous les JUIFS furent des victimes.
NI PARDON – NI OUBLI

14 Avril
1942
300 juifs soignés dans l’hôpital psychiatrique principal de Riga (Lettonie) sont conduits dans la forêt voisine de Bikernau pour y être fusillés.
1943 500 détenus juifs du camp de travail forcé de Siedlce (Pologne) sont déportés au camp d’extermination de Treblinka. Un petit groupe parvient à se réfugier dans une forêt voisine, où il résiste aux nazis les armes à la main jusqu’à la fin de 1943.
1944 150 hommes de la communauté de Baja sur le Danube (Hongrie) sont arrêtés et déportés par un commando allemand.

Elsa (Eliska) Skutezka Kulkova, Brno, Tchécoslovaquie
14 avril 1902

Elsa était l’aînée des trois enfants nés dans une famille juive de Brno, la capitale de la Moravie. Son père y dirigeait une compagnie de navigation prospère. En 1920, elle fut diplômée d’un collège germanophone. Elle se maria et partit pour Bratislava, mais son mariage ne dura pas. Elsa repartit pour Brno en 1926. Elle y ouvrit une boutique de chapeaux.

1933-39 : Le 24 mai 1933, Elsa épousa Robert Kulka et le couple s’installa dans la ville natale de Robert, Olomouc. Leur fils, Tomas, naquit un an et un jour plus tard. En 1937, le père d’Elsa mourut. Les Kulka partirent s’installer à Brno pour reprendre l’entreprise familiale. En mars 1939, les Allemands occupèrent la Bohème et la Moravie. Brno fut alors également occupée. Les Allemands imposèrent immédiatement des restrictions à la population juive.

1940-42 : Le 2 janvier 1940, Elsa, Robert, Tomas et la mère d’Elsa, désormais veuve, furent expulsés de leur maison. Cet hiver-là, le frère et la sœur cadets d’Elsa parvinrent à émigrer en Palestine. Le mari d’Elsa, Robert, était quant à lui déterminé à rester à Brno pour sauver l’entreprise familiale. Un an plus tard, Elsa dut se résoudre à vendre l’entreprise à un Allemand pour quelques deux cents couronnes tchèques, soit moins de dix euros. Le 31 mars 1942, Elsa et sa famille furent déportées dans le ghetto de Theresienstadt situé à l’ouest de la Tchécoslovaquie.

Le 9 mai 1942, Elsa fut déportée dans le camp de travail d’Ossowa réservé aux Juifs. Elle y mourut après six mois de travail forcé. Elle avait quarante ans.

http://www.6millionsdemesfreres.com
Source: http://www.ushmm.org

Publié dans france, histoire | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Ephemeride de la Shoah 13 Avril

Si toutes les victimes du Nazisme n’étaient pas juives,
tous les JUIFS furent des victimes.
NI PARDON – NI OUBLI

13 Avril
1941 En ce jour, des nazis d’origine allemande  pillent les biens juifs dans la ville d’Osijek (Hongrie). Ils exigent une contribution de 20 millions de dinars. Les juifs sont ensuite chassés de la ville, dont la synagogue est incendiée et le cimetière juif profané.
1942 250 juifs de Chrzanow (Cracovie) sont déportés vers le camp de regroupement de Turobin.
1943 3 000 juifs du ghetto de Bobrka (Ukraine) sont déportés au camp d’extermination de Belzec.
1944 Départ de Drancy pour le camp d’extermination d’Auschwitz avec un convoi de 1500 déportés, 265 seront directement gazés à leur arrivée, 105 hommes et 70 femmes seront encore vivant à la libération.
1945 5 000 Juifs pris d’Auschwitz pour une marche vers Belsen sont enfermés dans une grange, mise à feu. De Juifs nombreux s’échappent.

Cecilie Klein-Pollack, Yasinya, la Tchécoslovaquie
13 avril 1925

Cecilie était la plus jeune de six enfants née dans une famille religieuse de six enfants dans la ville tchèque de Yasinya. Son père, qui était  Polonais, enseignait les cours privés en mathématiques et en allemand. La famille était propriétaire d’une petite épicerie, la mère de  Cecilie  la dirigeait.

1933-39: Mon père décéda en 1934, alors que j’avais  9 ans. En mars 1939 La Hongrie, qui était favorable à l’Allemagne nazie, annexée par  la Tchécoslovaquie où nous vivions. Un jour, je  parvins enfin  à retrouver ma mère et ma sœur qui furent  arrêtées et emprisonnées à Budapest. Notre citoyenneté de  République tchèque fut révoquée, et  nous fûmes reclassés citoyens  » polonais « , nous furent informés que nous étions expulsés vers la Pologne. Ma mère  pu obtenir  avec succès  une prolongation de six mois pour elle-même, l’une de mes sœurs et moi.

1940-44: Nous sommes restés en Hongrie, en  dissimulant  nos identités. En mars 1944 les allemands occupèrent  la Hongrie et nous avons été déportés avec les juifs hongrois à Auschwitz. En arrivant, ma sœur et moi avons été ordonné de se déshabiller et nos vêtements ont été pris. Nous avons été rasés de la tête aux pieds, entassés dans une douche et brûlés par brûlure et puis mises dans  l’eau glacée. Puis nous avons été jetés comme des chiffons à l’usure. Au dehors il y avait de la fumée et une infâme odeur dans l’air. On nous a dit, « il y a vos mères, sœurs et l pères. Ce sont leur combustion. »

Pendant  l’hiver 1944, Cecilie fut déportée d’Auschwitz  la première  pour plusieurs camps de travail. Elle fut  libérée par l’armée soviétique au printemps de 1945.

http://www.6millionsdemesfreres.com
Source: http://www.ushmm.org

Publié dans france, histoire | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Ephemeride de la Shoah 12 Avril

Si toutes les victimes du Nazisme n’étaient pas juives,
tous les JUIFS furent des victimes.
NI PARDON – NI OUBLI


12 Avril
1941 Les troupes allemandes occupent Belgrade. Première mesure antijuive promulguée : confiscation des biens. Les juifs doivent quitter leurs maisons. Les Yougoslaves d’origine allemande s’emparent des magasins et des appartements juifs. La synagogue ashkénaze est transformée en lupanar, l’autre en garde=meuble pour les biens confisqués.
1942 Début de la première déportation de juifs de Krasnik (province de Lublin) : 2 000 juifs sont envoyés au camp d’extermination de Belzec, où ils périssent tous.
1943 2 000 juifs qui survivent à Brzezany (Ukraine) sont fusillés sur place par les nazis.
1945 La veille de la libération de Vienne (Autriche) par l’armée soviétique, 9 juifs sont découverts et fusillés.

Felicia Karo, Lodz, Poland
April 12, 1926

Felicia grew up in a Jewish family living in a predominantly Catholic neighborhood in the large, industrial city of Lodz. Her father’s side of the family had lived in Poland for 400 years. He was the principal of a Jewish secondary school for boys. Known affectionately by family and friends as Lusia, Felicia attended a bilingual Jewish school in which both Hebraic and Polish subjects were taught.

1933-39: When I was 12 I heard a lot of bad things about the Nazis. A Polish-born German Jewish refugee stayed next door. The Nazis made her leave, she said, and they killed her husband. Hearing her talk upset me. I lent her some of my books and tutored her two little boys in Polish to help out. At school they said that Poland could beat Germany and that there was no need to worry. But in 1939 Germany invaded and occupied Poland.
1940-44: In January 1940 we were forced to move into the ghetto. As Soviet forces approached in August 1944, the SS ordered us survivors to assemble near the rail tracks for « resettlement. » As an incentive, they offered a loaf of bread to those who went willingly. Our dread of « resettlement » outweighed our hunger–some of us hid in my father’s second-floor office. We hoped that no one would notice us, but a child’s cry gave us away. The police came upstairs and ordered us to line up.

Felicia survived deportation to Auschwitz and other camps in Germany. She was liberated by British troops in Bergen-Belsen on April 15, 1945, and emigrated to the United States in 1948.

http://www.6millionsdemesfreres.com
Source: http://www.ushmm.org

Publié dans france, histoire | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Ephemeride de la Shoah 11 Avril

Si toutes les victimes du Nazisme n’étaient pas juives,
tous les JUIFS furent des victimes.
NI PARDON – NI OUBLI

11 Avril

1940 Tous les intellectuels, juifs et polonais, de Zychlin (province de Lodz) sont arrêtés par les nazis et déportés vers plusieurs camps de concentration, d’où aucun ne reviendra.
1941 Les fascistes hongrois occupent la ville de Subotica (Yougoslavie). Quelques jeunes juifs résistent, avant que 250 d’entre eux ne soient fusillés.
1942 250 juifs, qui se trouvaient hors du ghetto, sont arrêtés à Zablotov (Ukraine) pour être déportés vers une destination inconnue.
1945 Libération du camp de Buchenwald. On estime que dans les derniers jours avant la libération du camp, 13 500 personnes sont mortes d’épuisement, de faim, ou ont été tuées.

Betty Leiter Lauchheimer, Aufhausen, Allemagne
11 avril 1883

Betty était l’un des quatorze enfants d’une famille juive pratiquante d’Aufhausen, un village situé au sud-ouest de l’Allemagne. Son père était un négociant en bétail réputé dans la région. Le 8 mai 1903, à vingt ans, Betty épousa Max Lauchheimer, un marchand de bétail et boucher casher. Ils vivaient dans une grande maison près d’un verger dans le village de Jebenhausen. Betty et Max eurent deux enfants, Regina et Karl.

1933-39 : Fin 1938, Betty et Max étaient en visite chez leur fille, à Kippenheim, lorsque la police arrêta Max et leur gendre. Des voyous lancèrent des pierres sur la maison, faisant voler les vitres en éclat. Betty, sa fille et sa petite-fille se cachèrent jusqu’à ce que le calme fut revenu. Plus tard, elles apprirent que les hommes juifs de la ville avaient été déportés dans le camp de concentration de Dachau ; trois semaines plus tard, Max et son gendre revinrent à la maison. Au mois de mai de cette année-là, Max mourut d’une crise cardiaque.
1940-41 : La famille de Regina s’installa chez Betty à Jebenhausen. De nombreuses lois anti-juives avaient été promulguées : les Juifs ne pouvaient plus prendre le bus ; les Juifs devaient porter des étoiles jaunes ; les Juifs ne pouvaient plus se déplacer. Fin 1941, le foyer reçut l’ordre de se déclarer en vue de sa « réinstallation à l’est. » Le gendre de Betty fit appel à la Gestapo locale pour qu’on les épargne, espérant qu’ils l’écouteraient avec sympathie puisqu’il était un vétéran handicapé de la Première Guerre mondiale. Bien qu’ils accédèrent à sa requête, il n’inclut pas Betty. Elle fut contrainte de se déclarer en vue de son transfert.

Betty fut déportée à Riga, en Latvie, au début du mois de décembre. Dans la forêt de Rumbula, près de Riga, Betty fut abattue lors d’une exécution massive de Juifs.

http://www.6millionsdemesfreres.com
Source: http://www.ushmm.org

Publié dans france, histoire | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Ephemeride de la Shoah 10 Avril

Si toutes les victimes du Nazisme n’étaient pas juives,
tous les JUIFS furent des victimes.
NI PARDON – NI OUBLI
.

10 Avril
1941 Les Allemands occupent Zagreb (Yougoslavie). Ils commencent aussitôt à arrêter les juifs. La vie culturelle de la communauté était active dans cette ville depuis le XIIIe siècle. Des artistes, des médecins, des savants et des intellectuels de renom y sont nés.
1942 800 juifs sont déportés de Radziev Kusawski (Varsovie) au camp d’extermination de Chelmno (Kulmhof).
1943 Heinrich Himmler, chef des SS, de la police allemande et de la Gestapo, interdit l’usage du terme codé Sonderbehandlung, « traitement spécial », pour désigner la liquidation des juifs. Il recommande d’utiliser à sa place le terme de Durchschleusung, « filtrage ».

Nathans Alida Wijnberg, Vries, Pays-Bas
10 avril 1887

Alida était l’aîné de huit enfants. Ses parents, juifs religieux, étaient  propriétaires d’une entreprise  de textile dans la petite ville de Vries. Alida aidait  sa famille à  vendre des textiles aux agriculteurs locaux, et  transportait   les marchandises dans une valise attachée au guidon de sa bicyclette. Elle  épousa Samuel Wijnberg, et le couple eu trois fils et une fille.

1933-39 : Les Wijnbergs  vécurent  dans un hôtel casher dans la ville de Zwolle.  Comme c ‘était le seul  hôtel casher  de  la région, de nombreux hommes d’affaires juifs et d’exploitants de bovins y  séjournaient. En plus d’élever sa famille et de  travailler  à l’hôtel, Alida servi en tant que présidente  du groupe local Hadassah sioniste. Le jour du shabbat, elle allait se promener pendant des heures avec son mari et sa fille, Selma.

1940-42 :  Le mari de Alida est décédé en 1941. Elle et ses enfants ont continués à vivre dans  l’hôtel , jusqu’au jour ou il fut confisqué par les Allemands en 1942. Les Wijnbergs ont été transférés dans  une cabane sans salle de bains, ni  douche ou eau chaude. Alida occupait ses journées  à tricoter . Maurits  le fils  d’ Alida et sa femme allèrent se cacher au début de 1942, lors d’une sortie  ils entendirent  que les membres de la famille pourraient être déportés, Selma décida d’entrer dans la clandestinité. Alida  aussi était prête à entrer dans la clandestinité, mais elle fut  capturée par la Gestapo et déportée en Octobre 1942.

Le 12 Octobre 1942, Alida arriva à Auschwitz, où elle péri.

http://www.6millionsdemesfreres.com
Source: http://www.ushmm.org

Publié dans france, histoire | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire