Ephéméride de la Shoah : 30 août

Chaque jour, des années 1942 à 1945, des Enfants, des Femmes et des Hommes ont été raflés, emprisonnés, assassinés, gazés et brulés.
Aujourd’hui, voici la liste des âmes juives qui ont été assassinées.
Voici l’histoire de l’une de ces âmes.

Alice Lok Budapest, Hongrie

30 Août

1941 De 40 à 50 enfants de l’école maternelle de Jitomir (R.S.S. d’Ukraine) sont fusillés par les SS.

– 600 juifs du ghetto de Vitebsk (R.S.S. de Biélorussie) sont fusillés dans la fosse Ilovsky, un ravin près de la ville. Les enfants sont enterrés vivants.

– Les 8 941 derniers juifs du district de Balti (Bessarabie, U.R.S.S.) sont enfermés dans 3 camps avant d’être déportés en Transnistrie.

– Après que plusieurs juifs ont été assassinés par les SS à Smolensk, un ghetto est créé. Des juifs vivaient dans cette ville depuis la fin du XVe siècle.

1942 400 juifs sont déportés de Kielsztyglov (district de Lodz, Pologne) au camp d’extermination de Chelmno.

– Fin d’une Aktion de sept jours contre les juifs de Szumsk (Volhynie, R.S.S. d’Ukraine), où les SS ont fait 4 500 victimes.

– Les 2 500 habitants juifs de Kock (province de Lublin) sont déportés à Parczew, où ils seront assassinés par les SS en même temps que les juifs de cette ville. Des juifs ont vécu à Kock depuis le XVIIe siècle et y ont compté des érudits célèbres.

– Aidés par la police ukrainienne, les nazis assassinent 1 000 juifs à Wisniewicze (Volhynie, U.R.S.S.).

– Les SS assassinent 700 juifs à Wisznievo (district de Novogrudok, R.S.S. de Biélorussie).

1944 Début de la déportation des internés du ghetto de Lodz (Pologne) au camp d’extermination d’Auschwitz.

Sources www.israelvivra.com

Alice Lok Budapest, Hongrie
7 février 1929

Alice a grandi au sein d’une famille juive à Sarvar, en Hongrie, près de lafrontière autrichienne. Elle avait deux frères plus jeunes et une soeur plusâgée. Son père travaillait pour l’entreprise familiale d’import/export detissage de tapis et était souvent absent, en déplacement dans leurs bureaux deBudapest. Le grand-père d’Alice était le responsable de la communauté et président de l’unedes synagogues de Sarvar.

1933-39 : J’ai eu des relations très particulières avec mon grand-père. Jel’admirais. Les gens savaient qu’ils pouvaient toujours compter sur lui pourquoi que ce soit. Il invitait souvent des orphelins juifs à dîner à la maison.A chaque shabbat, notre maison était ouverte à ceux qui venaient étudier destextes sacrés ensemble. J’adorais écouter les histoires magnifiques que grand-pèreracontait, et il me demandait de lui servir de scribe et de retranscrire seshistoires.

1940-44 : En avril 1944, j’avais alors 15 ans, les Allemands envahirentSarvar et ils y établirent un ghetto. Deux mois plus tard, je fus déportée àAuschwitz avec ma mère, ma soeur et mes frères. A l’arrivée, je fus envoyée dansun camp pour les enfants âgés de 15 ans et moins. J’ai cherché ma soeur Edithpartout et lorsque je pus la localiser, je lui envoyai un message. Par miracle,Edith avait échangé sa place avec quelqu’un de mon camp. Le vendredi soir, pourle shabbat, nous priions dans le seul endroit où nous pouvions nous réunir ensecret : les latrines. D’autres enfants nous rejoignaient pour prier.

Deux jours après la libération, la soeur d’Alice fut transportée dans un hôpital de la Croix Rouge. Elle ne la revit plus jamais. Après la guerre, Alice émigra aux Etats-Unis où elle devint artiste.

Sources http://www.ushmm.org

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Ephéméride de la Shoah : 29 août

Chaque jour, des années 1942 à 1945, des Enfants, des Femmes et des Hommes ont été raflés, emprisonnés, assassinés, gazés et brulés.
Aujourd’hui, voici la liste des âmes juives qui ont été assassinées.
Voici l’histoire de l’une de ces âmes.

Alice Edelstein-Friedmann Hostoun, Tchécoslovaquie

29 Août

1941 3 016 juifs de la ville de Czernovitz (Bukovine, U.R.S.S.) et de ses environs sont assassinés par les troupes allemandes.

1942 Les SS assassinent 1 800 juifs à Zoludek (district de Novogrudok, R. S.S. de Biélorussie).

– Les nazis yougoslaves annoncent à Berlin que la question juive a trouvé sa « solution finale » en Serbie : sur 23 000 juifs, 20 000 ont été tués.

– Les SS assassinent 400 juifs à Byten (R.S.S. d’Ukraine).

– 100 juifs de Sasov et 472 juifs d’Olesko (Galicie orientale, R.S.S. d’Ukraine) sont déportés au camp d’extermination de Belzec, où tous sont tués par les SS.

– Début d’une Aktion sur une grande échelle, qui s’étend sur trois jours, contre les juifs de Tarnopol (R.S.S. d’Ukraine). 4 000 juifs sont arrêtés et déportés au camp d’extermination de Belzec.

– Un sixième transport comprenant 1 000 juifs, dont 179 enfants, quitte le camp de regroupement de Malines (Belgique) pour le camp d’extermination d’Auschwitz. 34 déportés seulement survivront jusqu’à la libération du camp,

en 1945.

Sources www.israelvivra.com

Alice Edelstein-Friedmann Hostoun, Tchécoslovaquie
20 octobre 1919

Alice, née Alice Edelstein, était la plus jeune de deux enfants élevés au sein d’un famille juive de Hostoun, un village de Bohème situé près de Prague. Peu après la naissance d’Alice, son père emmena sa famille s’installer à Vienne. Là-bas, le père d’Alice possédait un commerce de vente de chaussures en gros. Enfant, Alice fréquenta l’école publique et reçut également une éducation religieuse.

1933-39: Après être sortie diplômée d’une école de commerce, j’ai eu du mal à trouver un emploi à cause de la crise économique qui sévissait en Autriche. En 1936, mon père me demanda de venir travailler dans son bureau mais, en 1938 je fus ravie de trouver un autre emploi. Je n’étais en poste que depuis un mois quand les Allemands ont annexé l’Autriche au mois de mars. Les Nazis ont commencé à attaquer les Juifs dans toute la ville. J’ai eu le coeur brisé de quitter mes parents mais je suis partie à Prague pour fuir la terreur Nazie.

1940-44: En mai 1942, j’ai été déportée dans le ghetto de Theresienstadt. A mon arrivée, j’y ai vu mon oncle. Il m’a dit que mon convoi devait partir pour une autre destination et que le seul moyen que j’avais de rester, c’était qu’il me fasse passer pour sa fiancée. C’est ce qu’il fit. Je suis restée et le convoi est parti quelques jours plus tard, personne ne savait où il se rendait. Un an plus tard, j’ai été déportée à Auschwitz, puis, de là, en 1944, avec cinq cents autres femmes, à Hambourg pour dégager les décombres des rues et des usines.

Alice fut finalement déportée dans le camp de Bergen-Belsen dont elle fut libérée par les troupes britanniques le 15 avril 1945. Alice fut le seul membre de sa famille à survivre à la guerre.

Sources http://www.ushmm.org

Publié dans france, histoire | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Ephéméride de la Shoah : 28 août

Chaque jour, des années 1942 à 1945, des Enfants, des Femmes et des Hommes ont été raflés, emprisonnés, assassinés, gazés et brulés.
Aujourd’hui, voici la liste des âmes juives qui ont été assassinées.
Voici l’histoire de l’une de ces âmes.

Alexander Bernstein Karchai, Lituanie vers 1911

28 Août

1942 Au cours d’une Aktion de deux jours, 2 500 juifs du ghetto de Novy Targ (Neumarkt, Galicie occidentale, Pologne) et 1 200 juifs arrêtés à Mikuliuce (province de Tarnopol) sont déportés par les SS au camp d’extermination de Belzec, où ils sont assassinés.

– Les SS assassinent 1 600 juifs à Rafalowka (Volhynie, R.S.S. d’Ukraine).

– 600 juifs de Sobkov (district de Kielce, Pologne) sont déportés par les nazis au centre de regroupement de Jedrzejov.

– 608 internés juifs sont déportés du camp de regroupement de Westerbork au camp d’extermination d’Auschwitz.

– Les SS et la police ukrainienne assassinent 1 800 juifs à Wlodzimierz (R.S.S. d’Ukraine).

– 2 800 juifs sont tués par les nazis à Dabrowica (Volhynie, R.S.S. d’Ukraine) au cours d’exécutions massives. Les juifs résistent et plus de 1 000 fuient dans les bois.

– 2 000 juifs du ghetto de Czortkov (R.S.S. d’Ukraine) sont déportés au camp d’extermination de Belzec. 500 enfants, malades et vieillards sont fusillés sur place.

– La ville de Sarny (Volhynie, R.S.S. d’Ukraine) est « libérée de ses juifs » quand le ghetto est définitivement liquidé. Le cimetière juif est saccagé, les pierres tombales servant à paver les rues. Un petit groupe de juifs parvient à se réfugier dans les bois, où il lutte contre les groupes nationalistes ukrainiens de Bandera, qui collaborent avec les Allemands contre l’U.R.S.S. Après la guerre, 20 de ces partisans juifs reviendront à Sarny.

– 2 000 juifs du ghetto de Skawina (Galicie occidentale, Pologne) et 2 700 juifs du ghetto de Zloczov (Galicie orientale, R.S.S. d’Ukraine) sont déportés au camp d’extermination de Belzec, où tous sont immédiatement assassinés par les SS.

– 1 000 juifs, hommes et femmes, sont déportés du camp de regroupement de Drancy (France) au camp d’extermination d’Auschwitz, où 929 d’entre eux sont aussitôt gazés. 8 hommes seulement survivront lors de la libération du camp par l’armée soviétique, en 1945.

– Des milliers d’internés juifs des camps de Narva, Tallin et Klooga (R.S.S. d’Estonie) sont déportés par mer au camp de concentration du Stutthof près de Dantzig (Gdansk). Des centaines d’entre eux meurent en cours de route.

Sources www.israelvivra.com

Alexander Bernstein Karchai, Lituanie
vers 1911

Alexander était l’un des six enfants d’une famille juive du village lituanien de Karchai. Son père était agriculteur. Dans la ville voisine de Janova, Alexander fréquenta l’école publique. Il étudia également l’hébreu et l’histoire juive dans une école religieuse. En 1925, Alexander s’installa à Siauliai pour y suivre ses études secondaires. Il y vécut avec sa sœur aînée.

1933-39 : Alexander s’inscrivit à l’université de Kovno, dans le département de pharmacologie. Après avoir obtenu son diplôme, il repartit pour Siauliai et obtint un emploi dans une pharmacie de la rue Vilno. En 1939, Alexander épousa Jocheved Todress. Malgré l’invasion de la Pologne par l’Allemagne, la Lituanie était encore un pays libre.

1940-44 : En 1940, les Soviétiques annexèrent la Lituanie. Un an plus tard, les troupes allemandes s’emparèrent de Siauliai et rassemblèrent les Juifs de la ville dans des ghettos. Alexander était l’un des rares pharmaciens du ghetto. Alexander et sa femme embarquèrent dans le dernier convoi qui quitta Siauliai en juillet 1944. Ils furent déportés dans plusieurs camps mais parvinrent au début à rester ensemble. Toutefois, à Kaiserwald, près de Riga, Alexander et Jocheved furent séparés et envoyés dans des camps différents.

Au printemps 1945, Alexander mourut d’une maladie causée par la famine dans le camp de Brabag-Schwarzheide ; il avait 34 ans. On n’eut plus jamais de nouvelles de sa femme, Jocheved.

Sources http://www.ushmm.org

Publié dans france, histoire | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Ephéméride de la Shoah : 27 août

Chaque jour, des années 1942 à 1945, des Enfants, des Femmes et des Hommes ont été raflés, emprisonnés, assassinés, gazés et brulés.
Aujourd’hui, voici la liste des âmes juives qui ont été assassinées.
Voici l’histoire de l’une de ces âmes.

Agnes Mandl Budapest, Hongrie 26 octobre 1918

27 Août

1941  18 000 juifs étrangers qui s’étaient réfugiés en Hongrie sont arrêtés et remis, à la frontière polonaise, aux mains des SS, qui les conduisent à Kamenetz- Podolsk (R.S.S. d’Ukraine). Puis, avec les 5 600 juifs restés dans cette ville et ses environs, ils sont envoyés devant une rangée de cratères de bombes à une quinzaine de kilomètres de Kamenetz-Podolsk, où ils sont fusillés par les SS et des Ukrainiens.

1942  8 000 juifs de la région de Wieliczka (district de Cracovie) sont déportés au camp d’extermination de Belzec.

– 500 juifs sont conduits au camp de travail forcé de Stalowa-Wola et 200 autres au camp de concentration de Plaszow. Wieliczka se trouve ainsi « libéré de ses juifs ». Des juifs y vivaient depuis le XIVe siècle.

– Un convoi de 965 juifs quitte Vienne (Autriche) pour le camp de concentration de Theresienstadt.

– Les SS assassinent 1 800 juifs à Bereznica (Polésie, R.S.S. de Biélorussie).

– Le ghetto de Sarny (Volhynie, R.S.S. d’Ukraine) est surpeuplé, avec ses 14 000 internés, originaires de la ville et des environs. Les nazis entreprennent de le liquider, des milliers de juifs quittent le ghetto pour être fusillés.

Sources www.israelvivra.com

Agnes Mandl Budapest, Hongrie
26 octobre 1918

Lorsque Agnès était adolescente, elle fréquentait la prestigieuse école privée Baar Madas de Budapest, dirigée par l’église réformée hongroise. Bien qu’elle fut la seule étudiante juive, les parents d’Agnès pensaient que l’éducation supérieure qu’elle y recevait était importante pour elle. Le père d’Agnès, importateur de textiles, encourageait sa fille à penser par elle-même.

1933-39 : En 1936, j’étudiais les techniques de l’enseignement avec la Signora Maria Montessori en Italie et décrochais mon diplôme, ce qui me permit d’enseigner. Espérant améliorer mon français, je partis pour la Suisse en 1939.Le 9 septembre, tandis que je nageais avec des amis dans le Lac de Genève, je fis la connaissance de Juifs polonais qui participaient à un congrès sioniste. Soudain,la nouvelle éclata : l’Allemagne avait écrasé la Pologne. Terrorisés et toujours en maillot de bain, les Polonais se précipitèrent pour tenter de joindre leurs familles.

1940-44 : A Budapest, en 1944, je travaillais pour Raoul Wallenberg, un diplomate suédois qui œuvrait pour sauver les Juifs. Au mois de décembre de cette même année, les fascistes ordonnèrent l’exécution des Juifs sur les rives du Danube. Les Juifs furent attachés par groupes de trois et la personne qui se trouvait au centre était abattue ; ainsi, tous les trois tombaient dans le fleuve et s’y noyaient. Wallenberg demanda aux membres de son personnel : « Qui sait nager ? » Je me suis désignée. Nous nous sommes précipités au bord de l’eau et lorsqu’un groupe est tombé, nous avons plongé dans l’eau glacée du fleuve. Nous avons sauvé 50 personnes. Plus tard, je suis tombée malade et suis restée dans le coma pendant un jour et demi.

Après la guerre, Agnès partit pour la Suède puis l’Australie et s’installa aux Etats-Unis en 1951. Par la suite, elle consacra sa vie à écrire sur Raoul Wallenberg et à enseigner ses préceptes et ses actions.

Sources http://www.ushmm.org

Publié dans france, histoire | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Ephéméride de la Shoah : 26 août

Chaque jour, des années 1942 à 1945, des Enfants, des Femmes et des Hommes ont été raflés, emprisonnés, assassinés, gazés et brulés.
Aujourd’hui, voici la liste des âmes juives qui ont été assassinées.
Voici l’histoire de l’une de ces âmes.

Adolphe Arnold Kruth, France 22 août 1897

26 Août

1941 8 000 juifs de la région de Zarasai (R.S.S. de Lituanie) sont conduits dans une forêt près de Dusetai, où ils sont assassinés.

1942  4 000 juifs de la région de Wloszczowa (Pologne) sont enfermés dans le ghetto de la ville puis déportés par les nazis au camp d’extermination de Treblinka.

– En deux jours, 7 000 juifs apatrides sont arrêtés dans la France de Vichy.

– 1 002 juifs, hommes et femmes, sont déportés du camp de regroupement de Drancy (France) au camp d’extermination d’Auschwitz, où 937 d’entre eux sont immédiatement gazés. Seuls 32 hommes de ce convoi survivront jusqu’à

la libération du camp par l’armée soviétique en 1945.

– Les SS assassinent 800 juifs à Rokitno (Polésie, R.S.S. de Biélorussie). En trois jours, les SS et la police ukrainienne tuent 6 000 juifs à Kostopol (Galicie).

– A la suite de deux séries de rafles, les 26 et 28 août, les nazis envoient 11 000 hommes, femmes et enfants juifs de zone occupée au camp de regroupement de Drancy (France), où ils attendent leur déportation vers les camps d’extermination en Pologne.

1943 400 juifs sont déportés de Krimilew (district de Kielce, Pologne) au camp d’extermination d’Auschwitz.

– Le ghetto de Zaviercie (province de Katowice, Pologne méridionale) est liquidé : les internés sont déportés au camp d’extermination d’Auschwitz. 100 juifs sont fusillés pour avoir opposé une résistance passive. 500 juifs restent enfermés dans un camp de travail.

1944 Révolte antinazie à Banska Bystrica et Novaky (Tchécoslovaquie) : de nombreux juifs prennent part aux combats.

1952  Staline avait ordonné des arrestations massives d’artistes juifs et la fermeture de toutes les institutions yiddish. 26 des intellectuels arrêtés, membres du Comité antifasciste juif, qui jouent un rôle important dans la vie culturelle juive, se voient accusés de « nationalisme juif » et de coopération avec l’espionnage occidental, et ils sont exécutés secrètement ce 26 août.

Sources www.israelvivra.com

Adolphe Arnold Kruth, France
22 août 1897

Adolphe naquit de parents catholiques, dans une Alsace alors sous le régime allemand. Orphelin à douze ans, il fut élevé par son oncle qui l’envoya étudier le dessin dans une école artistique à Mulhouse. Il se maria dans le village de Husseren-Wesserling, situé au sud de l’Alsace, et en 1930 le couple eut une petite fille. En 1933, les Arnold s’installèrent dans la ville voisine de Mulhouse.

1933-39: J’ai travaillé à Mulhouse comme conseiller artistique pour l’une des plus grosses imprimeries françaises. Lorsque je ne travaillais pas chez moi ni à l’imprimerie, j’étudiais la Bible, et j’adorais la musique classique. Déçus par l’église catholique, mon épouse et moi avons décidé de devenir Témoins de Jéhovah. Sous le régime français, nous étions libres de pratiquer notre nouveau culte.

1940-44: Les Allemands ont occupé Mulhouse en juin 1940. Le 4 septembre 1941, alors que j’étais dans l’usine, on m’a arrêté parce que j’étais Témoin de Jéhovah et j’ai été emprisonné à Mulhouse pendant deux mois. En janvier, on m’a envoyé au camp de concentration de Dachau où j’ai été battu par les SS et soumis à des expériences médicales sur la malaria. Ma belle-soeur a pu me faire passer clandestinement des textes des Témoins de Jéhovah en les cachant dans des petits gâteaux. En septembre 1944, j’ai été transféré dans le camp de concentration de Mauthausen.

Adolphe fut libéré en mai, à Ebensee, un camp annexe de Mauthausen. Après la guerre, il revint en France où il retrouva sa famille.

Sources http://www.ushmm.org

Publié dans france, histoire | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Ephéméride de la Shoah : 25 août

Chaque jour, des années 1942 à 1945, des Enfants, des Femmes et des Hommes ont été raflés, emprisonnés, assassinés, gazés et brulés.
Aujourd’hui, voici la liste des âmes juives qui ont été assassinées.
Voici l’histoire de l’une de ces âmes.

Adela Litwak, Lvov, Pologne 15 avril 1920

25 Août

1941 A la suite d’une rafle nocturne, plusieurs milliers de juifs du ghetto de Minsk (R.S.S. de Biélorussie) sont conduits hors de la ville et assassinés.
– 5 000 juifs sont assassinés en deux mois et demi, quand les nazis commencent à interner les juifs de Belgrade.
– 350 juifs de Buczacz (district de Tarnopol, R.S.S. d’Ukraine) sont conduits dans les collines à 1,5 kilomètre de la ville pour y être assassinés par les SS. Après ce massacre, un ghetto est créé à Buczacz.
– 1 400 juifs de Tykocin (Tiktin, province de Bialystok) sont conduits devant des fosses creusées à l’avance pour y être tués par les SS et la police polonaise.

200 juifs seulement parviennent à se réfugier dans le ghetto de Bialystok. Par la suite, ils seront tués avec les autres internés du ghetto. La communauté de Tiktin existait depuis le début du XVIe siècle.

1942 1 000 juifs sont déportés du camp de concentration de Theresienstadt (Terezin, Tchécoslovaquie) à Minsk Trostinets, où ils sont aussitôt fusillés par les SS.
– 1 000 juifs de Jedlinsk (district de Kielce, Pologne) sont conduits à Pionka pour y être assassinés par les SS.
– En trois jours, les SS et la police ukrainienne assassinent 3 000 juifs à Maczev (Volhynie, R. S. S. d’Ukraine).

– En deux jours, les SS et la police ukrainienne assassinent 1 200 juifs à Lidvipol (Volhynie).

– Les SS assassinent 1 000 juifs à Ossovo (Volhynie, R.S.S. d’Ukraine).

– Un nouveau convoi de 1 000 hommes et femmes quitte le ghetto de Theresienstadt pour Minsk (R.S.S. de Biélorussie), où ces juifs sont enfermés dans des camions et asphyxiés par les gaz d’échappement. Leurs cadavres sont enterrés à la hâte dans des fosses communes creusées dans les bois environnants.

– 22 hommes vigoureux sont envoyés au camp de travail forcé de Maly Trostinets, où 20 d’entre eux sont tués par les SS. 2 hommes seulement parviennent à fuir et à rejoindre les partisans. L’un d’eux sera tué au combat. L’unique survivant a fait connaître l’histoire de ce convoi.

– Début de la déportation massive des juifs de Miedzyrzec Podlaski (province de Lublin). Au début de la guerre, 12 000 juifs y vivaient. En décembre 1939, les nazis font venir dans la ville 2 000 juifs des environs et 1 000 autres de Slovaquie. Le nombre de juifs atteint ainsi le total de 15 000 âmes, dont le tiers est déporté au camp d’extermination de Treblinka par le premier convoi. Des juifs ont vécu à Miedzyrzec Podlaski depuis le XVIIe siècle.

– 2 000 juifs sont déportés du ghetto de Bochnia (Galicie occidentale, Pologne) au camp d’extermination de Belzec, où ils sont assassinés par les SS.

– Un cinquième convoi, avec 995 juifs dont 232 enfants, quitte le camp de regroupement de Malines (Belgique) pour le camp d’extermination d’Auschwitz.
26 déportés seulement survivront jusqu’à la libération du camp, en 1945.

1943 Les 3 200 juifs restants de Bolechov (R.S.S. d’Ukraine) sont déportés au camp de Stanislavov.

– Les SS et la police ukrainienne assassinent 2 300 juifs à Ratne (Volhynie, R.S.S. d’Ukraine).

– En deux jours, les SS assassinent 3 200 juifs à Berezna (Volhynie, R.S.S. d’Ukraine).

1944 Les derniers juifs du camp de Kielce (Pologne) sont déportés aux camps d’extermination d’Auschwitz et de Buchenwald. Kielce est déclaré officiellement
« purifié de ses juifs ».

Sources www.israelvivra.com

Adela Litwak, Lvov, Pologne
15 avril 1920

Adela était la plus jeune des cinq enfants nés dans une famille juive pratiquante dans la ville industrielle de Lvov. Souvent appelée par son surnom, Putzi, elle avait grandi dans le même immeuble que celui de ses grands-parents paternels et avait appris à parler polonais, allemand et yiddish. Elle fréquenta des écoles publiques et privées de Lvov avant d’obtenir son diplôme d’études secondaires.

1933-39 : Je rêvais de faire une école de médecine. Mais le faible quota de Juifs admis dans les lycées et les universités anéantit pratiquement toutes mes chances de m’y inscrire. En septembre 1939, les problèmes furent bien pires que celui des inscriptions à l’université. Les Allemands avaient envahi la Pologne par l’ouest et les Soviétiques arrivaient par l’est. Ils occupèrent Lvov fin septembre. Même si elle instituait le communisme, la tutelle soviétique nous évitait au moins l’occupation allemande.

1940-44 : Après que les Allemands eurent occupé Lvov en juillet 1941, j’évitais les rafles allemandes et la déportation. Mon beau-frère acheta pour moi une fausse carte d’identité à un Polonais. Je devins Ksenia Osoba, Polonaise catholique, et je quittai Lvov en septembre 1942. Je trouvais du travail à Cracovie comme secrétaire et gouvernante. Les conditions de travail n’étaient pas trop mauvaises mais j’avais toujours peur d’être découverte. Dans le tramway, un jour, je rencontrai une ancienne camarade de classe. Je me glaçai. Et plutôt que de lui parler, je descendis immédiatement. Je ne savais pas si elle allait me dénoncer.

Adela garda sa fausse identité jusqu’à ce qu’elle émigre en Angleterre après la guerre. Elle épousa un survivant de la Shoah. Ils partirent s’installer au Canada puis aux Etats-Unis.

Sources http://www.ushmm.org

Publié dans france, histoire | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Ephéméride de la Shoah : 24 août

Chaque jour, des années 1942 à 1945, des Enfants, des Femmes et des Hommes ont été raflés, emprisonnés, assassinés, gazés et brulés.
Aujourd’hui, voici la liste des âmes juives qui ont été assassinées.
Voici l’histoire de l’une de ces âmes.

Abraham Lewent, Varsovie, Pologne 27 juillet 1924

24 Août

1941 1 500 juifs de Smolewicze (R.S.S. de Biélorussie) sont fusillés sur le mont Gorodichtche.

1942 Les SS assassinent 300 juifs à Czartorysk (Volhynie, Ukraine).
– 1 000 juifs sont déportés par les nazis du ghetto de Warta (Pologne) au camp d’extermination de Chelmno, où ils sont assassinés.
– 1 500 juifs du ghetto de Chorostkov (Galicie orientale, R.S.S. d’Ukraine) sont déportés au camp d’extermination de Belzec et assassinés par les SS.
– Les derniers juifs de Lwow (Lvov, Galicie, R.S.S. d’Ukraine) sont entassés dans un ghetto bordé d’un côté par un quai de chemin de fer et de l’autre par une palissade en bois et des barbelés. De nombreux juifs sont tués par les SS ou meurent de faim et de maladie.
– Les 10 000 juifs restant à Novy Sacz (province de Cracovie) sont déportés, au cours d’une Aktion de quatre jours, au camp d’extermination de Belzec, où ils sont tués par les SS.
– Les internés du ghetto de Krzemieniec (Volhynie, R.S.S. d’Ukraine) sont fusillés, à l’exception de 1 500 jeunes juifs vigoureux, déportés au camp de travail forcé de Bialokrynica. Seuls 14 juifs de Krzemieniec survivront aux persécutions de la guerre.
– Les SS assassinent 2 000 juifs du ghetto de Janov (U.R.S.S.).
– 1 000 juifs, hommes et femmes, sont déportés du camp de regroupement de

Drancy (France) au camp d’extermination d’Auschwitz, où 908 d’entre eux sont gazés dès leur arrivée. 3 hommes seulement survivront jusqu’à la libération du camp par l’armée soviétique, en 1945.
– Un nouveau convoi, avec cette fois 519 déportés juifs, quitte le camp de regroupement de Westerbork pour le camp d’extermination d’Auschwitz.
– 150 juifs sont fusillés par les SS et la Schupo (police de protection) lors de la liquidation du ghetto de Zdunska Vola (district de Lodz, Pologne).

1943 1 001 internés juifs sont déportés du camp de regroupement de Westerbork au camp d’extermination d’Auschwitz.

1944 Le camp de travail forcé de Mielec (Galicie) est liquidé : 1 000 juifs sont fusillés par les SS. Les 2 000 juifs restants sont envoyés à Wieliczka.

Abraham Lewent, Varsovie, Pologne
27 juillet 1924

Abraham est né dans une famille juive de Varsovie, en Pologne. Son grand-père possédait une usine de confection et une boutique que son père dirigeait. La famille d’Abraham vivait dans le quartier juif de Varsovie et il fréquentait l’école juive. La communauté juive de Varsovie était la plus grande d’Europe et constituait près d’un tiers de la population de la ville.

1933-39 : Après le début des bombardements sur Varsovie, le 8 septembre 1939, ma famille avait peu à manger. Les magasins n’étaient plus que décombres ; nous n’avions ni eau ni chauffage. La chasse à la nourriture commençait et, échappant aux bombes allemandes, je parvins à dérober sept bocaux de pickles dans une fabrique voisine. Pendant plusieurs semaines, ma famille vécut de pickles et de riz. A cause du manque d’eau, les incendies qu’avaient provoqués les bombardements se propageaient. Le soulagement arriva lorsque la capitale se rendit.

1940-44 : En avril 1943, j’étais dans le ghetto de Varsovie, dans la zone de travail forcé délimitée par un mur. Pendant l’insurrection du ghetto, nous pouvions apercevoir les flammes mais nous ne pouvions y croire. D’un côté, je voyais des rues en flammes, de l’autre, je voyais les Polonais du quartier non-juif de Varsovie préparer les fêtes de Pâques. Lorsque les nazis rasèrent le ghetto après le soulèvement, mon père et moi fûmes de ceux qui partirent en déportation. Les Polonais se tenaient sur le trottoir, ne quittant pas des yeux les valises que nous portions, et disaient : « Tu pars vers la mort. Laisse-nous ta valise. »

Abraham fut déporté à Majdanek puis dans sept autres camps Nazis, dont Buchenwald. Il fut libéré pendant son transfert vers le camp de Dachau le 30 avril 1945.

Sources www.israelvivra.com    Sources http://www.ushmm.org

Publié dans france, histoire | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire