Ephemeride de la Shoah 15 Avril

Si toutes les victimes du Nazisme n’étaient pas juives,
tous les JUIFS furent des victimes.
NI PARDON – NI OUBLI
15 Avril
1940
En ce jour le ministre de l’intérieur du Reich avait recenser les pensionnaires malade Juifs des établissement thérapeutiques ils  furent soumis à l’euthanasie, sans égard à leur aptitude au travail ou de leurs maladies. Ils commencèrent par les séparer des autres pensionnaires et les réunir dans des asiles.
1941 Les nazis arrêtent les membres du conseil municipal de Salonique (Grèce) et promulguent des ordonnances anti-juives.
1942 100 juifs de Paskuda (Lublin) sont déportés au camp d’extermination de Treblinka. 1943 Les nazis massacrent 600 juifs de Kopyczynce (Ukraine). 1944 Un groupe de prisonniers juifs de Ponary (Lituanie), chargés d’effacer toutes les traces des massacres de masse, tente de fuir. 25 d’entre eux sont tués, 15 parviennent à s’évader.
1945 Les troupes britanniques libèrent le camp de concentration de Bergen-Belsen (Allemagne). Ils y découvrent 40 000 survivants et 13 000 morts, juifs pour la plupart. 1945 17 000 femmes internées au camp de concentration de Ravensbrück (Allemagne) sont envoyées à pied vers l’ouest, sans destination précise.

Frimit Bursztyn, Varsovie, Pologne
15 avril 1918

Frimit était l’un des huit enfants nés dans une famille juive pratiquante parlant yiddish. Les Bursztyn vivaient au coeur du quartier juif de Varsovie où le père de Frimit possédait une boulangerie dans la rue Zamenhofa. En 1920, les Bursztyn s’installèrent dans un appartement confortable de deux chambres, toujours dans le même quartier. Frimit fréquentait l’école publique à Varsovie.

1933-39 : En 1939, six de mes frères et sœurs avaient déjà quitté la maison. Seuls mon plus jeune frère et moi vivions toujours chez nos parents qui nous offraient leur affection sans partage. J’avais terminé mes études et j’avais beaucoup d’amis. Mon père s’était séparé de son commerce et travaillait dans la meilleure boulangerie de Varsovie, la boulangerie Kagan. Rien ne nous avait préparés à l’invasion allemande de septembre 1939. Notre ville fut conquise le 28 septembre.

1940-44 : Notre appartement se trouvait au cœur du ghetto de Varsovie, fermé par les Allemands en novembre 1940. J’ai été déportée le 1er mai 1943 dans le camp de concentration de Majdanek. Là-bas, de la fumée sortait des fours crématoires et emplissait le ciel de nuages qui planaient au-dessus des prisonniers. Mes doigts se sont peu à peu déformés car, jour après jour, avec cinq autres femmes, nous devions pousser un wagon de fumier dans les champs qui entouraient le camp. Si l’on travaillait trop lentement, on nous donnait des coups de nerf de bœuf. Nous déposions le fumier sur ces champs à mains nues.

Au cours des deux années suivantes, Frimit fut déportée dans plusieurs autres camps Nazis. Elle fut libérée du camp de travail de Turkheim le 27 avril 1945. En 1949, elle émigra aux Etats-Unis.

http://www.6millionsdemesfreres.com
Source: http://www.ushmm.org

Publicités
Cet article, publié dans france, histoire, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s