Ephemeride de la Shoah 4 Avril

Si toutes les victimes du Nazisme n’étaient pas juives,
tous les JUIFS furent des victimes.
NI PARDON – NI OUBLI
.

4 Avril
1941
Une lettre du Dr Fritz Mennecke fournit la première preuve qu’on « sélectionne » au camp de Sachsenhausen les détenus invalides pour les envoyer à la mort dans les instituts d’euthanasie.
1942 Un ghetto est créé à Braslav (Biélorussie) : tous les juifs de la ville ainsi que des communautés environnantes, telles Dubinovo, Druya, Druysk, Miory et Turmont, y sont rassemblés. Le ghetto est divisé en deux parties, l’une destinée aux internés valides, l’autre pour ceux qui sont incapables de travailler. Les juifs sont soumis à un régime particulièrement sévère.
1943 Les SS tuent 3 500 juifs à Svieciany (Lituanie).
1944 Le convoi de déportés qui a quitté le camp de Risiera di San Sabba, (Italie), arrive au camp d’extermination d’Auschwitz. La plupart des juifs sont aussitôt gazés, les autres sont destinés au travail forcé. Aucun d’eux ne survivra.
1945 Avec l’avancée américaine en Allemagne, l’armée parvient à libérer certains camps mineurs. Des centaines de corps parsèment le sol. Eisenhower rapporte la vision d’horreur à Churchill.

Judith Gabriel Dichter, Eisenstadt, Autriche
4 avril 1876

Judith, surnommée Julie, était l’un des cinq enfants d’une famille juive pratiquante hongroise établie dans le Burgenland, la province orientale de l’Autriche rattachée à la Hongrie jusqu’en 1921. Elle épousa Tobias Dichter, un voyageur de commerce de Vienne qui était en relation avec son père. Les Dichter s’installèrent dans un appartement du quartier juif de Vienne, Leopoldstadt, où ils élevèrent deux enfants.

1933-39 : Une semaine après l’annexion de l’Autriche,les Allemands se présentèrent chez nous pour emmener mon mari et mon fils. Comme personne ne répondit, ils quittèrent les lieux. Plusieurs mois plus tard, les Allemands confisquèrent le magasin de mon mari et tout ce qu’il contenait.Nous nous sommes empressés d’envoyer nos enfants hors d’Autriche, mais mon mari et moi étions trop âgés pour émigrer et nous ne pensions pas que les Allemands s’en prendraient à des personnes âgées telles que nous.

1940-42 : Nous fûmes déportés au ghetto de Theresienstadt en Tchécoslovaquie. Fin juin, pour la deuxième fois en deux ans, on nous obligea à quitter notre appartement de Vienne. On nous ordonna d’abandonner tous nos effets personnels et on nous fit partir, avec 1 000 autres Juifs dont la plupart était aussi âgée que nous, parmi lesquels se trouvaient de nombreuses connaissances.Au moins nos enfants étaient-ils en sécurité loin d’ici, et Tobias et moi étions restés ensemble. Nous allions être emmenés dans un camp de travail.

Le 19 septembre 1942, Julie et son mari furent déportés à Maly Trostinets, un camp d’extermination allemand situé près de Minsk. Ils furent assassinés peu après leur arrivée.

Source: Le Livre De La Mémoire Juive De Simon Wiesenthal http://www.6millionsdemesfreres.com
Source: http://www.ushmm.org

Cet article, publié dans france, histoire, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s