Ephemeride de la Shoah 9 Mars

Si toutes les victimes du Nazisme n’étaient pas juives,
tous les JUIFS furent des victimes.
NI PARDON – NI OUBLI
.

9 Mars
1942 Aktion de la police allemande au camp de Cihrin (district de Berezovca, R.S.S. d’Ukraine). 722 juifs sont rassemblés pour être fusillés sur place.
1944 3 792 hommes, femmes et enfants du  » camp pour familles  » d’Auschwitz II-Birkenau sont gazés et brûlés durant la nuit. Ces juifs provenaient de deux transports de 5 007 déportés du camp de Theresienstadt, arrivés respectivement le 6 et le 8 septembre 1943. Plus de 1 200 d’entre eux étaient morts par suite des mauvais traitements infligés par les gardiens SS et les kapos.
1943 1 150 internés juifs du camp de regroupement de Westerbork sont déportés au camp d’extermination de Sobibor (Pologne).

Ernest Domby, Teplice-Sanov, Tchécoslovaquie
9 mars 1925

Le père d’Ernest, musicien professionnel, se produisait au sein d’un orchestre tsigane. Il était souvent absent plusieurs mois de suite. Chez lui, à Teplice-Sanov, une ville des Sudètes proche de la frontière germano-tchèque, la mère d’Ernest s’occupait de lui et d’Elizabeth, sa soeur cadette, ainsi que de leur grand-mère invalide. Les oncles d’Ernest, Rudolf et Viktor, venaient en aide à la famille.

1933-39 : A Teplice-Sanov, j’ai été exclu du collège parce que j’étais Juif – mon oncle Viktor m’a alors aidé à entrer dans une école privée juive. Quelques jours avant que les Allemands ne gagnent les Sudètes en 1938, notre famille s’est enfuie à Prague où habitait l’un de mes oncles. Nous ne sommes restés que cinq mois à Prague car après, les allemands occupèrent la ville.

1940-44 : En 1942, j’ai été déporté avec ma famille dans le ghetto de Theresienstadt situé au nord-ouest de Prague. Puis j’ai été déporté dans le camp d’Auschwitz. Le soir, notre dîner consistait en une soupe très liquide. D’Auschwitz, j’ai été transféré à Gross-Rosen puis dans le camp de travail de Friedland, un camp annexe de Gross-Rosen. Là-bas, je devais travailler pour contribuer à l’effort de guerre allemand.

En 1945, l’armée soviétique avançant, les gardes du camp désertèrent leurs postes, et Ernest et d’autres prisonniers s’enfuirent vers la forêt. Après s’être cachés quelques heures des troupes allemandes en retraite, ils furent découverts par des soldats soviétiques et reçurent des soins médicaux et de la nourriture.

Ernest émigra aux Etats-Unis avec sa mère en 1946.
Les autres membres de sa nombreuse famille n’ont pas survécu.

Source: Le Livre De La Mémoire Juive De Simon Wiesenthal http://www.6millionsdemesfreres.com
Source: http://www.ushmm.org

Publicités
Cet article, publié dans france, histoire, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s