Ephemeride de la Shoah 9 Février

Si toutes les victimes du Nazisme n’étaient pas juives,
tous les JUIFS furent des victimes.
NI PARDON – NI OUBLI
.

9 Février
1941
A Amsterdam, des nazis, aidés par des soldats allemands, s’en prennent à des juifs qui refusent de se plier à la législation antisémite. Plusieurs jeunes gens résistent. 19 juifs sont arrêtés et déportés, pour la plupart au camp de Mauthausen (Autriche) et au camp d’extermination d’Auschwitz, où ils succombent.
1942 150 juifs non-citoyens néerlandais et 30 enfants juifs de nationalité allemande sont transférés d’Utrecht (Pays-Bas) au camp de regroupement de Westerbork.
1943 1 000 juifs sont déportés du camp de regroupement de Drancy au camp d’extermination d’Auschwitz. 816 d’entre eux sont gazés dès leur arrivée. 28 seulement, dont 7 femmes, survivent jusqu’à la libération d’Auschwitz en 1945.
– 1 184 internés juifs sont déportés du camp de regroupement de Westerbork (Pays-Bas) au camp d’extermination d’Auschwitz.
– Le comité local de l’Union générale des israélites de France (U.G.I.F.) est liquidé sur l’ordre de Klaus Barbie, chef de la Gestapo de Lyon. 86 juifs sont arrêtés et aussitôt déportés à Auschwitz.
– 950 Juifs sont déportés de Berlin, capitale du Reich, au camp d’extermination d’Auschwitz.

Max Liebster, Reichenbach im Odenwald, Germany
February 15, 1915

Max was one of three children born to a Jewish family living in a small town in the Hessian part of Germany. His father was originally from Poland. After eight years of public education, Max completed three years of business school and learned to become a window decorator. In 1929 he found work in Viernheim, a village near Mannheim.
1933-39: I worked for a clothing store where I was in charge of window dressing. Except for the weekends when there were Nazi marches, life was quiet in Viernheim. Right after Germany attacked Poland in September 1939, some friends picked me up for an outing in Pforzheim-Baden. The next thing I knew, a Gestapo agent arrested me because I was Jewish. I was placed in the local prison and my property was confiscated.
1940-44: After four months I was released from prison and sent to the Sachsenhausen concentration camp. There, by chance, I was reunited with my ailing father. When he died in April 1940, the Nazis let me take his body to the crematorium. Between 1941 and 1943 I was interned in the Neuengamme concentration camp. Then I was deported to Auschwitz, where I helped build the Buna synthetic rubber factory operated by I.G. Farben. In January 1945 I was force-marched to Gleiwitz and then transported to Buchenwald.
During the war Max became a Jehovah’s Witness. Liberated by the U.S. Army in 1945, he settled in Aix-les-Bains, France, where he founded a Jehovah’s Witness congregation.

Source: Le Livre De La Mémoire Juive De Simon Wiesenthal
http://www.6millionsdemesfreres.com
Source: http://www.ushmm.org
Cet article, publié dans france, histoire, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s