Ephemeride de la Shoah 15 Janvier

Si toutes les victimes du Nazisme n’étaient pas juives,
tous les JUIFS furent des victimes.
NI PARDON – NI OUBLI.

15 Janvier
1942 1 000 juifs sont déportés du camp de concentration de Theresienstadt au ghetto de Riga (R.S.S. de Lettonie). Dès leur arrivée, 924 d’entre eux sont conduits dans une forêt voisine, où ils sont fusillés.
1943 27 juifs vivat à Bilgoraj (province de Lublin, Pologne) sont pris et fusillés par les SS. Dans les forêts qui entourent la ville, un groupe de jeunes résistants juifs lutte sans répit contre les occupants allemands. Ils parviennent néanmoins à survivre jusqu’à la fin de la guerre.
1944 Un vingt-troisième transport quitte le camp de regroupement de Malines avec 625 juifs, dont 62 enfants, déportés au camp d’extermination d’Auschwitz, en même temps que 351 gitans, dont 12 seulement survivront jusqu’à la libération du camp en 1945.

Rev. Marian Jacek Dabrowski, Niewodowo, Pologne
15 janvier 1905

Marian fut élevé dans une famille catholique à Niewodowo, une ville située dans la province du Bialystok, en Pologne, près de Lomza. Sa famille y vécut sous la coupe tsariste jusqu’en 1918, date à laquelle la Pologne reconquit son indépendance. Après le lycée, Marian rejoignit l’Ordre des frères capucins. Après avoir étudié pendant huit ans en France et en Italie, il revint en Pologne enseigner la philosophie aux étudiants de son ordre.
1933-39 : Lorsque l’Allemagne envahit la Pologne en septembre 1939, je me trouvais dans notre monastère, situé près de Grodno. Trois semaines plus tard, lorsque les troupes soviétiques, envahissant la Pologne par l’est, atteignirent Grodno, nous évacuâmes le monastère. Je repartis pour Lomza. Nos nouveaux dirigeants soviétiques rejetaient la religion, affirmant qu’elle exploitait le peuple ouvrier. Je remettais leurs dires en cause dans mes sermons. Lorsque j’appris que les Soviétiques étaient sur le point de m’arrêter, je m’enfuis vers la Pologne occupée par les Allemands.
1940-45 : En 1941, les Nazis m’arrêtèrent à Varsovie. J’appris que mon arrestation n’avait pas de motif particulier, mais qu’étant un Polonais instruit, les nazis ne pouvaient pas me faire confiance. Je fus détenu dans la prison de Pawiak puis déporté à Auschwitz. Là-bas, le commandant nous intimait l’ordre de travailler dur. Un interprète était chargé de traduire en polonais. Moi, je comprenais l’allemand. Lorsque le commandant hurlait que nous ne serions libérés que par la cheminée du crématorium, l’interprète traduisait par : « Vous surmonterez toutes les épreuves. »

Le Révérend Dabrowski fut déporté à Dachau où il fit l’objet d’expériences sur la malaria. Il fut libéré le 29 avril 1945 par les troupes américaines et émigra aux Etats-Unis en 1949.

Source: Le Livre De La Mémoire Juive De Simon Wiesenthal
http://www.6millionsdemesfreres.com
Source: http://www.ushmm.org
Publicités
Cet article, publié dans france, histoire, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s