Ephemeride de la Shoah 11 Décembre

Si toutes les victimes du Nazisme n’étaient pas juives,
tous les JUIFS furent des victimes.
NI PARDON – NI OUBLI.

11 Décembre
1939  En trois jours, 15 000 juifs sont expulsés de Kalisz pour être déportés vers les villes de Cracovie, Varsovie et Rzeszow (Pologne). – Pendant deux jours, les juifs de Poznan (Pologne) sont déportés vers Ostrov Lubelski et d’autres villes. Poznan est officiellement déclaré « purifié de ses juifs », bien que de petits groupes soumis au travail forcé s’y trouvent encore. 1941 Environ 1 200 juifs du ghetto de Ciechanov (Pologne) sont déportés au ghetto de Nove Miasto. Les SS en fusillent un certain nombre sur la route. – Un navire, « Le Struma », part de Roumanie pour la Palestine avec à son bord 769 émigrants. Le « Struma » est coulé par une mine le 12 février 1942. Un seul survivant. 1942 Loi contre les juifs: Toute personne de race juive est tenue de se présenter dans un délai d’un mois au Commissariat ou à la Gendarmerie de son domicile pour faire apposer la mention « JUIF » sur sa carte d’identité et sur sa carte individuelle d’alimentation.

Pavol Kovac, Trencin, Czechoslovakia
December 6, 1938

As a boy, Pavol lived with his parents in the city of Martin in Slovakia. His father taught at the local agricultural college. The Kovacs, who were non-practicing Jews, were among the few Jewish residents in the town.
1933-39: When I was born, almost nine months before the outbreak of World War II, my parents decided to have « Roman Catholic » listed under the entry for religion in my birth certificate. They took this step to protect me, despite the fact that for generations Jews in our region had enjoyed freedom and equality.
1940-44: For me, a small child, life in Martin was quiet. German soldiers never occupied the town. As a professor of agriculture in the local college, my father was treated as a very important man. He was so highly respected that the entire Kovac family, including my mother’s parents, did not have to wear the yellow Star of David like the other Jews. Only in August 1944, when the Germans began fighting Slovak rebels [Slovak National Uprising], did we go into hiding.

Liberated by Soviet troops in April 1945, Pavol’s family moved to Bratislava. In 1981 Pavol left communist Czechoslavakia for the United States. He became a citizen in 1986.
Source: Le Livre De La Mémoire Juive De Simon Wiesenthal
http://www.6millionsdemesfreres.com
Source: http://www.ushmm.org
Cet article, publié dans france, histoire, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s