Ephéméride de la Shoah : 9 Octobre

Si toutes les victimes du Nazisme n’étaient pas juives,
tous les JUIFS furent des victimes. NI PARDON – NI OUBLI.

9 Octobre
1939
800 personnes, des juifs pour la plupart, dont des femmes et des enfants, sont fusillées par les SS à Dobrcz (district de Bydgoszcz [Bromberg],    Pologne).
1941 Début de la déportation des juifs de Bucovine (R.S.S. d’Ukraine) : les juifs habitant les villes de Radautz, Suczava, Gurahumora, Kimpolung et Dorna Vatra, 40 000 au total,    sont successivement déportés vers les camps de concentration de Transnistrie. Beaucoup d’entre eux meurent en route. Ceux qui sont trop faibles pour marcher assez vite sont fusillés sans pitié.    Les déportations se prolongent le 10 octobre. Le même jour, tous les juifs de Burduyeni (Roumanie) sont déportés en Transistrie.
1942 En deux jours, les SS et la police ukrainienne assassinent 900 juifs à Mylanov (Volhynie, R.S.S. d’Ukraine).
– Ce jour-là et les précédents, les nazis ont arrêté 75 juifs à Rotterdam. Ceux-ci sont envoyés au camp de regroupement de Westerbork et de là déportés vers des camps allemands.
– 1 703 juifs du camp de regroupement de Westerbork sont déportés au camp d’extermination d’Auschwitz.
– Un convoi quitte Vienne (Autriche) avec 1 306 juifs déportés au camp de concentration de Theresienstadt.
– 14 000 juifs environ sont déportés du ghetto de Radomsko (province de Lodz, Pologne) au camp d’extermination de Treblinka, où ils sont assassinés. Lors de l’ultime Aktion, de nombreux jeunes    juifs se réfugient dans les forêts, où ils deviennent des partisans. Le même jour commence la liquidation du ghetto de Przedborz (province de Kielce, Pologne), au cours de laquelle 4 500 juifs    sont déportés à Treblinka.
1943 La capitulation de l’Italie, en septembre 1943, et le partage du pays entre un Sud occupé par les forces alliées et un Nord occupé par les troupes de l’Allemagne nazie font    des juifs de la partie septentrionale des victimes, à leur tour, de la  » solution finale « .
Le 9 octobre, les nazis font une rafle de juifs à Trieste. L’unique camp de concentration créé en Italie se trouve près de la ville. Après la rafle, 600 juifs y sont internés. Par la suite, ils seront déportés vers les camps d’extermination de l’Est, notamment à Auschwitz.
1944 Un transport quitte le camp de concentration de Theresienstadt avec 1 600 juifs déportés au camp d’extermination d’Auschwitz.

Alice Edelstein-Friedmann, Hostoun, Tchécoslovaquie
20 octobre 1919

 Alice, née Alice Edelstein, était la plus jeune de deux enfants élevés au sein d’un famille juive de Hostoun, un village de Bohème situé près de Prague. Peu après la naissance d’Alice, son père    emmena sa famille s’installer à Vienne. Là-bas, le père d’Alice possédait un commerce de vente de chaussures en gros. Enfant, Alice fréquenta l’école publique et reçut également une éducation    religieuse.
1933-39 : Après être sortie diplômée d’une école de commerce, j’ai eu du mal à trouver un emploi à cause de la crise économique qui sévissait en Autriche.    En 1936, mon père me demanda de venir travailler dans son bureau mais, en 1938 je fus ravie de trouver un autre emploi. Je n’étais en poste que depuis un mois quand les Allemands ont annexé    l’Autriche au mois de mars. Les Nazis ont commencé à attaquer les Juifs dans toute la ville. J’ai eu le cœur brisé de quitter mes parents mais je suis partie à Prague pour fuir la terreur    Nazie.
1940-44 : En mai 1942, j’ai été déportée dans le ghetto de Theresienstadt. A mon arrivée, j’y ai vu mon oncle. Il m’a dit que mon convoi devait partir pour    une autre destination et que le seul moyen que j’avais de rester, c’était qu’il me fasse passer pour sa fiancée. C’est ce qu’il fit. Je suis restée et le convoi est parti quelques jours plus    tard, personne ne savait où il se rendait. Un an plus tard, j’ai été déportée à Auschwitz, puis, de là, en 1944, avec cinq cents autres femmes, à Hambourg pour dégager les décombres des rues et    des usines.
Alice fut finalement déportée dans le camp de Bergen-Belsen dont elle fut libérée par les troupes britanniques le 15 avril 1945.
Alice fut le seul membre de sa famille à survivre à la guerre.

Source: http://www.ushmm.org

http://www.6millionsdemesfreres.com/page.php?art=1174

Cet article, publié dans france, histoire, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s