Ephéméride de la Shoah : 12 Octobre

Si toutes les victimes du Nazisme n’étaient pas juives,
tous les JUIFS furent des victimes.
NI PARDON – NI OUBLI.


12 Octobre
1939 Selon une décision de Hitler, les nazis ordonnent qua dans tous les territoires polonais occupés par les Allemands, des conseils Juifs soient créés, destinés à servir de courroie de transmission entre les autorités et les Juifs.
– La Wehrmacht fusille un Juif à Chrzanov (district de Cracovie).
– Les juifs d’Autriche sont déportés en Pologne.
– A l’instigation d’Eichmann, première déportations de Juifs de Vienne et de Prague à Nisko (Pologne)
1941 A Stanislavov (R.S.S. d’Ukraine) les troupes allemandes rassemblent 10.000 Juifs environ dans le cimetière Juif de la ville à l’occasion des grandes fêtes religieuses.
Après avoir dû creuser leurs propres tombes, ils sont fusillés par le S.S.
– Le meurtre en masse des Juifs de Dnieporpetrovsk (R.S.S. d’Ukraine) par les S.S dure deux jours.
– Le président du conseil Juif de la ville de Chortkov (R.S.S. d’Ukraine), Shmuel Kruh, esty fusillé pour avoir désobéi aux ordres donnés par les nazis.
– Plus de 10.000 Juifs sont exécutés dans un cimetière de Stanislawow, en Galicie.
1944 Départ d’un important convoi de déportés Juifs du camp de concentration de Risiera di San Sabba (Italie du nord) crée par les forces d’occupation nazis. sa destination est    inconnue, mais il a sans doute été dirigé vers un camp d’extermination à l’Est.
– Un transport quitte le camp de concentration de Theresienstadt avec 1500 Juifs déportés au camp d’extermination d’Auschwitz

Josef Schoen, Tsikov, Tchécoslovaquie      
12 octobre 1910   

Les parents de Josef étaient des Allemands catholiques. Ils vivaient dans un village de Moravie, près de la ville de Sternberk dans une région habitée par des Allemands connue sous le nom de    Sudètes. A cette époque, la Tchécoslovaquie ne faisait pas partie de l’Empire austro-hongrois. Une fois diplômé d’une école d’apprentissage textile, Josef fut contremaître de six cents employés    dans une soierie à Moravska Trebova.
1933-39 : Après avoir servi dans l’armée tchécoslovaque, je suis devenu Témoin de Jéhovah à Prague, et j’ai refusé tout contact avec les militaires, dans    le respect strict du précepte « Tu ne tueras point. » En 1938, je fus arrêté un court moment pour n’avoir pas répondu à la convocation de l’armée tchécoslovaque. Lorsque les Allemands se sont    emparés de Prague en 1939, je suis parvenu à faire passer en Hollande les presses du bureau des Témoins pour les y réinstaller.
1940-44 : Je travaillais à Vienne dans la résistance pour les Témoins de Jéhovah. Mon travail était dangereux — j’apportais des brochures à nos    congrégations autrichiennes. La Gestapo m’a vite arrêté. Le tribunal m’a condamné à dix ans de prison mais j’ai d’abord été envoyé dans les marais, au nord-est de l’Allemagne. Juste avant la fin    de la guerre, j’ai à nouveau refusé de servir dans l’armée et j’ai participé à une marche forcée vers différentes prisons et différents camps au sud de l’Allemagne. Des centaines de prisonniers y    sont morts.
Josef fut libéré par les troupes américaines en mai 1945, après avoir survécu à une marche forcée vers le camp de concentration de Dachau. Il émigra ensuite au    Canada.

Source: http://www.ushmm.org

http://www.6millionsdemesfreres.com/page.php?art=1174

Publicités
Cet article, publié dans france, histoire, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s