Ephéméride de la Shoah : 29 Septembre

Si toutes les victimes du Nazisme n’étaient pas juives,
tous les JUIFS furent des victimes. NI PARDON – NI OUBLI.

29 Septembre
1939 
Les Allemands occupent Varsovie où vivent 393 950 juifs, le tiers de la population totale. Les juifs ont vécu à Varsovie depuis la fin du XIVe siècle. Leur histoire fut mouvementée, la ville ayant appartenu à la Pologne, à la Prusse, à la Russie et finalement à nouveau à la Pologne.
– Au nombre de 5 000, tous les juifs de Wyszkow (district de Varsovie) sont rassemblés quelques jours après l’occupation allemande et chassés de l’autre côté de la frontière germano-soviétique : on les envoie vers l’est, où ils doivent survivre par leurs propres moyens.
1941  Tous les juifs de Kiev (R.S.S. d’Ukraine) et des environs doivent se faire recenser auprès des autorités après que l’armée allemande a occupé la ville le 27 Septembre. Ceux qui se sont rassemblés près du cimetière juif, sur l’ordre des nazis, sont conduits dans le ravin de Babi Yar. Là, selon les rapports officiels des SS, 33 771 juifs sont fauchés à la mitrailleuse ce jour-là et le lendemain.
1942  Les nazis assassinent 1 000 juifs de la ville de Volozyn (U.R.S.S.). A la suite d’un soulèvement à Serniki (Volhynie, R.S.S. d’Ukraine), 850 juifs sont tués par les nazis. 150 juifs se réfugient dans les bois, où 10 seulement survivront.
– Les nazis assassinent 150 juifs du village de Kobylniki, près de Minsk (U.R.S.S.). – Un transport de 2 000 juifs quitte le camp de concentration de Theresienstadt pour celui de Maly-Trostinets (R.S.S. de Biélorussie).
– A la suite d’une rafle, les 2 000 juifs restant à Amsterdam, dont les responsables du Conseil juif, sont arrêtés par les nazis et internés au camp de regroupement de Westerbork. Le Conseil juif se trouve ainsi dissous.
1943  A Kiev (R.S.S. d’Ukraine), 325 juifs et prisonniers de guerre soviétiques doivent déterrer et brûler les cadavres des victimes du massacre de Babi Yar en Septembre 1941 afin d’éliminer toute trace des fosses communes où les juifs sont enterrés. Bien qu’enchaînés, ils se révoltent : 311 d’entre eux sont tués le lendemain par les nazis.
– 680 juifs éminents, protégés par le Reichskommissar (commissaire du Reich) en personne, doivent quitter le château de Barneveld (province de Gueldre, Pays-Bas) : des SS les conduisent au camp de regroupement de Westerbork.
1944  Un transport quitte le camp de concentration de Theresienstadt avec 1 500 juifs déportés au camp d’extermination d’Auschwitz.

Frank Meissner, Trest, Tchécoslovaquie
28 septembre 1923

La ville de Frank, Trest, était située à l’ouest de la Moravie et abritait une petite communauté juive qui comptait soixante-quatre membres en 1930. Frank était quelquefois battu à l’école par des antisémites. Lorsque la fabrique de sabots des Meissner ferma, le père de Frank se tourna vers l’industrie du meuble. Mais, à cause de la récession économique qui suivit la Première Guerre mondiale, il perdit son affaire. Pour aider sa famille, Madame Meissner travailla comme secrétaire.
1933-39 :
Trest était une petite ville et n’avait pas de collège. Aussi étudiais-je pendant la semaine dans la ville voisine pour ne revenir chez moi que le week-end. J’étais un membre actif du mouvement de la jeunesse sioniste et je partis pendant quelques mois à Prague pour suivre un programme de formation sioniste destiné aux jeunes. En octobre 1939, je partis avec un groupe de jeunes Juifs au Danemark où je travaillais
dans des fermes. Je séjournais chez la famille Nielsen et, toutes les semaines, je recevais des lettres de ma famille.
1940-44 : En 1941, j’obtins une bourse pour fréquenter un lycée agricole au Danemark. Puis en 1943, je commençai mes études au Collège Agricole de l’Université de Copenhague. En octobre de cette même année, le président de l’université fut discrètement informé que la Gestapo commençait ses rafles de Juifs. Un ami organisa mon passage en Suède. Lorsque je fus en Suède, j’appris que ma famille de Trest avait été envoyée dans le ghetto de Theresienstadt ; à l’automne 1944, je découvris qu’ils avaient été déportés à Auschwitz. Je rejoignis l’armée tchécoslovaque en exil.
Après la guerre, Frank se rendit à Prague pour retrouver sa famille. En vain. Il acheva ses études universitaires à Copenhague puis s’installa aux Etats-Unis.

Cet article, publié dans france, histoire, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s