Ephéméride de la Shoah : 21 Septembre

Si toutes les victimes du Nazisme n’étaient pas juives,
tous les JUIFS furent des victimes. NI PARDON – NI OUBLI.

21 Septembre
1939 
Reinhard Heydrich présente un plan de création de ghettos en Pologne.
– En Pologne, les nazis ordonnent la dissolution de toutes les communautés de moins de 500 membres : les juifs doivent s’installer dans les ghettos des villes et dans la région s’étendant entre Lublin et Nisko.
1941  Les SS et des volontaires lituaniens assassinent 3 500 juifs à Aishishak (province de Vilna).
1942  En ce jour de Kippour, 1 200 juifs de Suchedniov (district de Kielce, Pologne), 1 200 juifs de Sendziszov (district de Cracovie) et 6 000 juifs de Wegrow (district de Varsovie), où a lieu une Aktion de trois jours, sont déportés au camp d’extermination de Treblinka.
– Cérémonie à la veille de Yom Kippour, d’après une gravure en bois d’Augsbourg (1530)
– Le jour de la fête juive de Kippour, 1 000 juifs du ghetto de Rohatyn (district de Stanislavov, R.S.S. d’Ukraine) et 1 000 juifs du ghetto de Podhaitzy (district de Tarnopol, R.S.S. d’Ukraine), où 3 500 juifs sont internés, sont déportés au camp d’extermination de Belzec. Des juifs ont vécu à Podhaitzy à partir du XVIIe siècle.
– Le jour de Kippour, 600 juifs de la ville de Kamionka-Strumilova (province de Lvov, R.S.S. d’Ukraine) doivent sortir de la ville pour être assassinés à Zabuze, sur la rivière Bug. – Le jour de Kippour, un train avec 2 000 hommes et femmes, dont près de 1 000 juifs étrangers, quitte le camp de regroupement de Pithiviers (France). Le même jour, un convoi avec 713 internés juifs quitte le camp de regroupement de Westerbork. Tous ces juifs sont déportés au camp d’extermination d’Auschwitz.
– Les SS rassemblent une centaine de juifs et les fusillent à Rakov (R.S.S. de Biélorussie) le jour de Kippour.
– Les SS assassinent 700 juifs à Chodel (district de Lublin) le jour de Kippour.
– Au cours d’une Aktion qui s’étend du 21 Septembre, jour de Kippour, au 29 Septembre, 5 convois avec 10 000 juifs au total quittent le ghetto de Theresienstadt, sans doute à destination de Minsk-Trostinets (R.S.S. de Biélorussie). Aucun déporté n’a survécu.
1943  Les SS assassinent les 400 juifs restés à Kobylnik (district de Vilna, R.S.S. de Lituanie).
– 979 internés juifs sont déportés du camp de regroupement de Westerbork au camp d’extermination d’Auschwitz.
1944  2 juifs sont déportés de Vienne (Autriche) au camp de concentration de Theresienstadt.

Ben Stern, Varsovie, Pologne
21 septembre 1921

Ben naquit dans une famille juive de Varsovie. Lorsqu’il eut 7 ans, sa famille s’installa à Mogielnica, ville située à une cinquantaine de kilomètres de Varsovie. Le père de Ben passait la plupart de son temps à étudier des textes religieux. Sa femme tenait le magasin familial de spiritueux. Ben fréquentait l’école publique à Varsovie pendant la journée et recevait une éducation religieuse le soir.
1933-39 :
Dès que je sortais de l’école, je revenais à la maison pour aider au magasin. Un jour, il y eut une énorme manifestation en ville. Les gens scandaient : « N’achetez rien aux Juifs ! » Notre voisin chrétien nous apprit que le prêtre avait encouragé ces propos dans son sermon. J’eus peur d’être contraint au travail forcé lorsque l’Allemagne envahit la Pologne en septembre 1939. Ma famille décida que je devais quitter la ville. J’embarquais dans un train à destination de la Pologne, occupée par les Soviétiques.
1940-44 :
En juillet 1942, je fus déporté du ghetto de Varsovie au camp de concentration de Majdanek. On m’avait affecté au lavage des pommes de terre. Lorsque mes jambes enflèrent gravement, je dus aller à l’hôpital. Les prisonniers malades étaient pourtant les premiers exécutés en règle générale. Le SS responsable de la cuisine me protégea pendant deux semaines et je récupérais. Plus tard, ce même SS surprit un autre prisonnier en train de voler des navets. Fou de rage, il s’empara d’une fourche et la lui planta dans la gorge, le tuant sur le coup. Puis il m’ordonna de nettoyer « le foutoir. »
Ben fut l’un des quelques survivants d’une marche forcée de Buchenwald aux montagnes du Tyrol près de la frontière autrichienne. Il fut libéré par l’armée américaine le 3 mai 1945.

Cet article, publié dans france, histoire, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s