Ephéméride de la Shoah : 19 Septembre

Si toutes les victimes du Nazisme n’étaient pas juives,
tous les JUIFS furent des victimes. NI PARDON – NI OUBLI.

19 Septembre
1939 
La Wehrmacht assassine 100 juifs du village de Lukov, à l’est de Varsovie. 1941  500 juifs de Lipniszek (district de Novogrudok, R.S.S. de Biélorussie) sont déportés à Ivje, où ils sont soumis au travail forcé. Tous les juifs de la ville de Jitomir (R.S.S. d’Ukraine) qui n’ont pu fuir à temps sont assassinés par les nazis. Leur nombre exact n’est pas connu mais atteint sans doute 15 000 victimes.
1942  Début de la première déportation des 5 000 juifs de Parczew (district de Lublin) au camp d’extermination de Treblinka. Plusieurs centaines de juifs parviennent à fuir dans les bois, où ils forment une unité de partisans commandée par Alexander Sakotnicki, officier juif de l’armée polonaise. Environ 150 partisans juifs survivront à la guerre. Protégés par les rois de Pologne, des juifs ont vécu à Parczew depuis le XVIe siècle.
– Un convoi de 1 000 juifs du camp de concentration de Theresienstadt est envoyé à Minsk Trostinets (R.S.S. de Biélorussie), où les déportés sont fusillés à leur arrivée.
– Environ 3 000 juifs du ghetto de Brody (district de Lvov, R.S.S. d’Ukraine) sont arrêtés et déportés au camp d’extermination voisin de Belzec, où tous sont tués. Des groupes de résistants juifs poursuivent leurs actions sans trêve.
1944  Une Aktion de quatre jours a lieu au camp de travail forcé de Klooga (R.S.S. d’Estonie) : 3 000 juifs environ sont assassinés devant l’avance des troupes soviétiques. Parmi les victimes se trouvent 1 500 juifs de Vilna.
– Un deuxième groupe de 2 500 travailleurs juifs de Hongrie quitte les mines de cuivre de Bor, à 200 kilomètres au sud-est de Belgrade. Au cours de la marche, plusieurs centaines d’hommes épuisés sont fusillés. Après une exécution massive le 7 octobre, les survivants de ce groupe sont déportés dans les camps de concentration allemands de Buchenwald et de Flossenbürg, où presque tous périssent.

Barbara Nemeth Balint, Szentes, Hungary
September 19, 1910

Barbara was born to a middle-class Jewish family in southeast Hungary. Her father had a store that carried grocery and hardware items. Barbara had a sister named Margit and a brother named Desider. In 1928 Barbara married Istvan Geroe and moved to the town of Torokszentmiklos. Her son, Janos, was born there a year later.
1933-39: In 1933 Barbara divorced and returned with 3-year-old Janos to her parents’ home in the town of Szentes. She helped run her parents’ store, which was located on a busy inter-city road. Janos went to live with his father when he was 7 years old. Beginning in 1938, the Hungarian government, which was sympathetic to Nazi Germany, enacted several anti-Jewish laws.
1940-45: Barbara remarried in 1942. Her new husband, Hugo Balint, was a lawyer and a banker from the city of Kaposvar in southwest Hungary. Beginning in 1940, Jewish males were forcibly conscripted into labor battalions for the Hungarian army. German forces occupied the country on March 19, 1944. That summer, Barbara and her husband were deported to the Auschwitz concentration camp in Poland, where Hugo perished. Barbara was deported from Auschwitz to a forced-labor camp in Berlin.
Barbara was liberated in Berlin in 1945 and returned to Hungary. Her son, Janos, survived the war and emigrated to the United States. Barbara died in Budapest in 1980.

Cet article, publié dans france, histoire, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s