Ephéméride de la Shoah : 12 Septembre

Si toutes les victimes du Nazisme n’étaient pas juives,
tous les JUIFS furent des victimes. NI PARDON – NI OUBLI.

12 Septembre
1939 
La Wehrmacht tue 32 juifs à Kozmice (district de Cracovie).
– La Wehrmacht tue 6 juifs dans le village de Stara Wies (district de Limanowa, Pologne).
– Les nazis assassinent 5 juifs à Mordarka (district de Limanowa, Pologne).
– Les Allemands occupent Grojec (Pologne centrale). Tous les hommes juifs entre quinze et cinquante-cinq ans sont rassemblés sur la place du Marché et conduits à pied jusqu’à Rava Mazoviecka, à 60 kilomètres de là. Ceux qui ne peuvent marcher sont fusillés sur le bord de la route.
– Lors de l’occupation allemande, la ville comptait 5 200 juifs environ, dont les ancêtres vivaient à Grojec depuis le XVIIIe siècle.
– Les SS assassinent 1 200 juifs de Vysoko (Polésie, R.S.S. de Biélorussie) près de la ville. – Le premier jour du Nouvel An juif, 5 000 juifs du ghetto de Stanislavov (Ivano- Frankovsk, R.S.S. d’Ukraine) sont rassemblés et déportés au camp d’extermination de Belzec. De nombreux juifs sont fusillés sur place.
– Le neuvième convoi de 1 000 juifs, dont 228 enfants, quitte le camp de regroupement de Malines (Belgique) pour le camp d’extermination d’Auschwitz. Il y aura seulement 29 survivants parmi les déportés lors de la libération du camp en 1945.

Helene Melanie Lebel, Vienne, Autriche
15 septembre 1911

Aînée de deux enfants nés d’un père juif et d’une mère catholique, Hélène fut élevée dans la foi catholique à Vienne. Son père mourut au combat pendant la Première Guerre mondiale. Hélène avait tout juste 5 ans. Sa mère se remaria quand elle en eut 15. Surnommée Helly par ses proches, Hélène adorait nager et aller à l’opéra. Après avoir achevé ses études secondaires, elle entra en faculté de droit.
1933-39 : A 19 ans, Hélène présenta les premiers signes de maladie mentale. Son état empira au cours de l’année 1934 et, en 1935 elle dut abandonner ses études de droit et son emploi de secrétaire médicale. Après avoir perdu son fox-terrier adoré, Lydi, elle tomba dans une profonde déprime. On diagnostiqua une schizophrénie et elle fut internée dans l’Hôpital Psychiatrique Steinhof de Vienne. Deux ans plus tard, en mars 1938, les Allemands annexèrent l’Autriche à l’Allemagne.
1940 : Hélène était enfermée à Steinhof et elle n’avait pas l’autorisation de rentrer chez elle, bien que son état se fut amélioré. Ses parents avaient tout lieu de penser qu’elle rentrerait bientôt. Mais la mère d’Hélène fut informée au mois d’août que sa fille avait été transférée dans un hôpital de Niedernhart, de l’autre côté de la frontière bavaroise. En réalité, Hélène avait été transférée dans une prison réaménagée à Brandebourg, en Allemagne, où elle fut dévêtue, soumise à un examen physique puis emmenée dans une salle de douche.
Hélène fut l’une des 9 772 personnes gazées cette année là,
au centre d’ « Euthanasie » de Brandebourg.
Selon la version officielle, elle est morte dans sa chambre, d’une « crise aiguë d’excitation schizophrénique. »

Cet article, publié dans france, histoire, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s