Ephéméride de la Shoah : 1er Septembre

Si toutes les victimes du Nazisme n’étaient pas juives,
tous les JUIFS furent des victimes. NI PARDON – NI OUBLI.

1 Septembre
1939 
L’Allemagne envahit la Pologne. Le Sicherheitsdienst (service secret) se met à l’oeuvre.
– Les nazis occupent Wolbrom (province de Cracovie), où vivent 3 000 juifs. Ceux-ci doivent marcher durant trois jours jusqu’à Zawierce, en étant battus et torturés sur la route. Des juifs vivaient à Wolbrom depuis le XVIIe siècle.
– Au début de la guerre, des notables juifs de Prague sont pris en otages et déportés au camp de concentration de Buchenwald (Allemagne).
1941  Les juifs doivent porter l’étoile jaune (Judenstern) sur tout le territoire du Reich allemand.
1942 
Les nazis déportent 5 000 juifs du ghetto de Wloszczowa (Pologne) au camp d’extermination de Treblinka, où tous sont tués immédiatement.
– Un convoi de 1 000 hommes, femmes et enfants juifs quitte le ghetto de Theresienstadt pour Rassika (Estonie). Dès son arrivée, 120 hommes et 75 femmes sont envoyés au camp de concentration de Jagala, où les hommes périront. Les 75 femmes seront envoyées dans une usine de munitions près de Hambourg, où 45 d’entre elles survivront. Les 805 juifs restants du convoi sont déportés à Kalevi-Liva, où ils sont fusillés par des SS et enterrés dans des fosses communes.
– Jakov Kaplan, membre du Conseil juif de Wlodzmierz (Vladimir-Volynskiy, R.S.S. d’Ukraine) se suicide avec sa femme et son fils quand les nazis lui demandent de dresser une liste de 7 000 juifs à déporter.
– Une Aktion débute dans le ghetto de VladimirVolynskiy: 18 000 juifs sont assassinés en deux semaines. 4 000 seulement restent internés dans le ghetto.
– Le Dr Henryk Landsberg, président du Conseil juif de Lwow (Lvov, R.S.S. d’Ukraine) et 11 membres du Conseil sont pendus en représailles du meurtre d’un SS. En outre, 175 juifs sont fusillés. Le Dr Parness, le premier président du Conseil juif, avait été tué lui aussi.
– En deux jours, les SS et la police ukrainienne assassinent 3 500 juifs d’Uscilug (province de Volhynie, R.S.S. d’Ukraine).
– 800 juifs de Mikolasov (district de Stanislavov, R.S.S. d’Ukraine), plusieurs centaines de juifs de Zbarazh (Galicie orientale) et 3 000 juifs de Stryj (district de Lvov) sont déportés au camp d’extermination de Belzec. Les juifs de Zbarazh sont assassinés dès leur arrivée.
– Les SS assassinent 1 700 juifs de Poryck (Volhynie, R.S.S. d’Ukraine).
– Un septième convoi de 1 000 juifs, dont 344 enfants, quitte le camp de regroupement de Malines (Belgique) pour le camp d’extermination d’Auschwitz (Pologne). 15 déportés seulement survivront lors de la libération du camp en 1945.
1943 
Au cours d’une Aktion de quatre jours, 8 000 juifs du ghetto de Vilna (R.S.S. de Lituanie) sont déportés dans un camp de travail forcé. Environ 200 résistants parviennent à fuir dans les bois, où ils rejoignent les partisans.
1944
120 juifs italiens, internés dans le camp de concentration de Risiera di San Sabba, La Gestapo et la police locale pendent 20 juifs près de Trieste, le seul de ce genre en Italie, sont déportés au camp d’extermination d’Auschwitz.

Maria Terez Halpert Katz, Hajdunanas, Hungary
September 1, 1893

Also known by her Yiddish name, Tobe, Terez was raised in a religious Jewish family. Her father and two brothers were rabbis. Though Terez was a promising student, she didn’t pursue an advanced education because her traditional family wanted her to marry. So Terez married Menyhert Katz and moved to the town of Kisvarda [in Hungary]. There, she raised five daughters and one son; two other sons died.

1933-39:
Terez’s twin sons died when they were 8 months old, and she was convinced that their death was a result of the antisemitic malevolence on the part of the hospital staff. She wanted to emigrate to the United States, but her religious husband considered it too secular a country. After two years, Terez persuaded her husband to try and obtain immigration papers for the family.
1940-44: By the time the visas came through, Hungary was at war with America. In April 1944 Terez and her children were moved into Kisvarda’s ghetto. On May 28 Hungarian gendarmes, supervised by Germans, ordered them to be ready to travel at 4 a.m. the next day. Terez bought what food she could find–even ham forbidden by Jewish law–because no one knew the destination or length of the trip. Terez distrusted the Nazis who said they would be treated well, but felt good would prevail and urged her children to survive.

Terez was gassed when she arrived at Auschwitz on May 31, 1944. She was 50 years old.

Cet article, publié dans france, histoire, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s