Ephéméride de la Shoah : 23 Aout

Si toutes les victimes du Nazisme n’étaient pas juives,
tous les JUIFS furent des victimes. NI PARDON – NI OUBLI.

23 Août
1940
1 000 jeunes juifs entre dix-huit et vingt-cinq ans sont rassemblés par les nazis à Czestochowa (Pologne) et déportés au camp de travail forcé de Ciechanov (province de Lublin). Aucun d’eux ne survivra.
1942 16 juifs, dont 2 femmes et un enfant, sont tués par la Gestapo de Warta (district de Sieradz, Pologne) lors de leur déportation. Les SS fusillent plusieurs centaines de juifs dans le ghetto de Mir (district de Baranowicze, R.S.S. de Biélorussie).
– 2 000 juifs du ghetto de Mordy (Pologne) sont assassinés par les nazis au cours d’une Aktion. – Fin de la déportation la plus importante des 40 000 habitants du quartier juif de Lwow (Lvov, R.S.S. d’Ukraine) au camp d’extermination de Belzec, où tous les déportés sont assassinés par les SS.
– Début de la liquidation du ghetto de Zdunska Vola (district de Lodz, Pologne). 550 juifs sont tués aussitôt par les SS, environ 7 000 sont déportés au camp d’extermination de Chelmno et 1 000 hommes sont envoyés au ghetto de Lodz.
1943 1 260 enfants juifs de Bialystok sont déportés au camp de concentration de Theresienstadt, avant d’être envoyés au camp d’extermination d’Auschwitz.
1944  Libération du camp de concentration de Drancy, près de Paris.  1500 internés sont libérés. Plus de 61 000 juifs ont été déportés de Drancy vers les camps d’extermination à l’Est.

Judith Kalman, Erdobenye, Hongrie
23 août 1927

Judith était l’enfant unique d’une famille juive vivant à Hatvan, une petite ville située à une quarantaine de kilomètres au nord-est de Budapest. Le père de Judith travaillait dans l’entreprise de son frère, un commerce de grains et autres produits agricoles achetés dans des fermes locales. A trois ans, Judith fit sa première récitation publique de poèmes, passion qui la poursuivit pendant toute son enfance.
1933-39 : Nous étions Juifs mais non pratiquants. Nous étions avant tout Hongrois et notre famille était appréciée à Hatvan. Mais à la fin des années 30, tout commença lentement à changer. De nouvelles lois anti-juives nous interdisaient de fréquenter les collèges, les universités et d’exercer certaines professions. Mon père perdit son emploi de bureau et devint maçon. Lorsque je revenais de l’école, les enfants me crachaient dessus et m’insultaient. C’est ainsi que j’appris que j’étais juive.
1940-44 : Les troupes allemandes pénétrèrent en Hongrie le 19 mars 1944 et, quelques semaines plus tard, je fus placée de force, avec des centaines d’autres Juifs, dans l’usine sucrière transformée en ghetto. Un jour, on nous sortit, ma mère et moi du ghetto avec un groupe pour travailler aux champs. A notre retour, on nous obligea à marcher sur le bas-côté de la route et à embrasser le sol immonde où les chevaux nous avaient précédés. Les gens de la ville s’alignaient sur le bord des routes, huant et tapant des mains. Mes soi-disant « amis », dans la foule, riaient et me pointaient du doigt.

En juin 1944, Judith, âgée de 16 ans, fut déportée à Auschwitz. Elle ne pesait que 24 kilos lorsqu’elle fut libérée de Seehausen le 1er mai 1945. Judith émigra aux Etats-Unis en 1948.

Cet article, publié dans france, histoire, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s