Ephéméride de la Shoah : 1er Aout

Si toutes les victimes du Nazisme n’étaient pas juives,
tous les JUIFS furent de s victimes. NI PARDON – NI OUBLI.

1er Août
1941
En cette année est créé le ghetto de Bialystok dans deux petits secteurs de la ville séparés par le fleuve Biala. Il est entouré d’une barrière en bois et d’une clôture de barbelés. Comme pour les autres ghettos, l’espace est insuffisant deux ou trois familles s’entassent souvent dans une seule pièce.
– Après l’entrée des Allemands, le 23 juin, 6 000 juifs sont entassés dans le ghetto de Siemiatycze, près de Bialystok. Parmi eux se trouvent 2 000 juifs qui avaient fui la Pologne occidentale et des juifs originaires de petites villes
1942
1 800 juifs sont déportés de Vasilishak (Vilna) à Szczuczyn.
– Environ 1 000 juifs de Cracovie et de Lancut (province de Rzeszow) sont déportés au camp de transit de Falkinia. Les vieillards et les enfants sont fusillés par les SS en traversant la forêt de Nechzioli. Les autres déportés poursuivent leur route vers le camp de Falkinia.
– 5 000 juifs de Bedzin (Pologne) sont déportés au camp d’extermination d’Auschwitz.
1943
Début de la liquidation du ghetto de Kamionka, une banlieue de Bedzin (Pologne), le jour anniversaire de la deuxième déportation des juifs de cette ville. Cela prend deux semaines par suite de la résistance des juifs.
– 600 juifs sont fusillés par la Gestapo lors de la déportation des internés du ghetto de Srodula à Sosnoviec (Pologne).
1944
6 juifs et le bienfaiteur qui les a abrités, Pardo-Roques, sont assassinés par les nazis à Pise (Italie).
– Plusieurs centaines de juifs, venus à pied du camp de travail de Lublin jusqu’à Kielce (Pologne), sont déportés au camp d’extermination d’Auschwitz. 200 d’entre eux sont gazés par les SS dès leur arrivée.
– Un convoi part depuis le  camp de transit de l’Italie, Fossoli di Capri, qui se trouve près de Modène avec des Juifs pour Auschwitz. Le camp de Fossoli di Capri avait été créé par les italiens et placé en mars 1944 sous le commandement des allemands.

Genya Rotenberg, Lodz, Poland
August 1, 1930

Genya and her brother, Nahum, were raised by Jewish parents in Lodz, Poland’s second-largest city and an industrial center. Before the war, one-third of Lodz’s inhabitants were Jewish. Genya’s parents placed emphasis on their children’s education.

1933-39: In 1939, when I was 9, the Germans occupied Lodz. After that, it was forbidden for « Jews, Gypsies and dogs » to be in public places. Since Jews weren’t allowed to go to school, my parents arranged to tutor me secretly at home, but I couldn’t keep my mind on my books. One day, the Germans took my grandfather outside and ordered him to do exercises. He couldn’t do them, so the Germans took a match and burned off his beard.

1940-45: We fled to Warsaw. Later, I escaped through the ghetto’s sewage pipes to a family who hid me. But they were abusive, so I returned to my parents. In 1941 my father was sent to a labor camp for men. Since Mother had disappeared, I dressed as a boy and went with him. In the camp, while the men worked, I’d hide in the bed, holding my breath as officers searched for stragglers. Under the covers, I’d break up my bread ration into meals. I hid this way for weeks until women were brought to the camp.

In 1946, when she was 16, Genya emigrated to Palestine with a group of orphans from the Bergen-Belsen concentration camp. Her father joined her a year later.

Cet article, publié dans france, histoire, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s