Ephéméride de la Shoah : 20 Juillet

Si toutes les victimes du Nazisme n’étaient pas juives,
tous les JUIFS furent de s victimes. NI PARDON – NI OUBLI.

20 Juillet
1941
2 000 juifs sont arrêtés et 1 075 liquidés à Slonim (Biélorussie) exécutée par la police de sécurité.
1942 3 000 juifs du ghetto de Kovale Panskie (Pologne) sont déportés au camp d’extermination de Chelmno. – Tous les patients juifs des hôpitaux de Belgrade (Yougoslavie) sont assassinés par les SS.
1943 2 209 internés juifs sont déportés du camp de regroupement de Westerbork au camp d’extermination de Sobibor.
1944 Des enfants juifs sont arrêtés lors d’une rafle à Paris, quand les nazis apprennent qu’ils sont cachés dans des familles françaises.

Cedomir Milan Sorak, Sarajevo, Yougoslavie
20 juillet 1920

Cedomir était l’aîné des cinq enfants d’une famille serbe orthodoxe. Les Sorak vivaient dans la ville pluriethnique de Sarajevo, la capitale de la Bosnie. Le père de Cedomir, Milan, était ingénieur aux chemins de fer yougoslaves et sa mère, Andjelija, née en Hongrie, était mère au foyer.

1933-39 :
La famille Sorak partit s’installer à Zagreb après que le père de Cedomir fut promu au poste de directeur adjoint du système ferroviaire de Croatie. Cedomir obtint son certificat d’études secondaires en 1938 et s’inscrivit à l’école vétérinaire de l’Université de Zagreb. Cedomir aimait cette grande ville et avait une petite amie croate.

1940-41 : Le 6 avril 1941, lorsque les Allemands envahirent la Yougoslavie, Cedomir se porta volontaire dans l’armée yougoslave. Quatre jours plus tard, les Allemands entrèrent dans Zagreb. Les fascistes croates accédèrent au pouvoir et lancèrent une campagne contre les Serbes, les Juifs et les Tsiganes. Le 27 avril, alors que Cedomir revenait de chez sa petite amie, il fut pris dans une rafle de la police croate et incarcéré dans la prison de la rue Petrinjska. Il fut envoyé successivement à Koprivnica, à Gospic et à Jadovno, des camps de concentration dans le Sud dirigés par des Croates.

A Jadovno, Cedomir fit partie d’un groupe de nombreux prisonniers enchaînés les uns aux autres. Ils furent emmenés au bord d’une fosse profonde hors du camp, frappés à coups de masse puis poussés dans la fosse.

Cet article, publié dans france, histoire, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s