Ephéméride de la Shoah : 1er Juillet

Si toutes les victimes du Nazisme n’étaient pas juives, tous les JUIFS furent de s victimes. NI PARDON – NI OUBLI.

1er Juillet
1940 3 500 juifs de Zychlin (Pologne) et des environs sont internés dans un ghetto situé sur un terrain marécageux hors de la ville. Un Conseil juif appointé par les nazis doit fournir chaque jour des travailleurs, qui sont souvent arrêtés pour disparaître à jamais.
-Les troupes du 16e régiment d’infanterie roumaine, entrent en Bukovine (Ukraine). A Sakarestie, 36 juifs sont torturés et fusillés. Les morts et les blessés sont enterrés pêle-mêle dans un fossé sous un cadavre de cheval.
1941 Des officiels britanniques conseillent de ne pas tout dévoiler sur le sort fait aux Juifs
– 8 000 juifs sont emprisonnés lors de l’entrée des troupes allemandes à Vilna (Lituanie).
– Avant que les troupes soviétiques n’évacuent Lwow (Ukraine), 2 000 détenus (Polonais, juifs, Ukrainiens) ont été fusillés. Quand les nazis entrent à Lwow, ils accordent trois jours aux Ukrainiens pour s’en prendre à la population juive. Les Ukrainiens et les Polonais pénètrent dans les prisons, y découvrent les victimes et rendent les juifs responsables de la tuerie.
– 2 000 juifs sont tués lors du massacre, qui dure trois jours. Les nazis photographient les crimes qui se commettent sous leurs yeux. – Après l’évacuation de Czernovitz (Bukovine), où vivent 50 000 juifs, par les troupes soviétiques, des bandes pénètrent par effraction dans les maisons juives pour en chasser les habitants. Czernovitz était un centre juif important qui donna naissance à de nombreuses personnalités.
– Les troupes allemandes occupent Riga (Lettonie) où vivent 40 000 juifs. Un détachement spécial, aidé par des fascistes lettons, assassine 400 juifs et en arrête de nombreux autres. La communauté de Riga remonte au XVI e siècle. La ville est célèbre dans l’histoire juive pour ses nombreuses réalisations culturelles.
– Les troupes allemandes occupent Turka (Ukraine), peuplé de 6 000 juifs. – Plusieurs centaines de juifs sont tués à Sambor (Ukraine) où vivent 8 000 juifs, par les troupes d’occupation allemandes et les fascistes ukrainiens. Au début de la Seconde Guerre mondiale, la ville se retrouva sous la domination des autorités soviétiques, qui déportèrent de nombreux juifs vers le centre de l’U.R.S.S. 1942 Anne frank, sa famille et quatre autres amis Juifs, se réfugient dans une cachette, au 263n prinsengraacht, où travaillait son père. – 400 juifs du ghetto d’Opoczno ( Pologne), qui contient 3 000 internés, sont déportés au camp de travail forcé de Skarzysko-Kamienna. 1943 Avec les dernières déportations des juifs de Brno (Tchécoslovaquie), un total de 11 000 juifs a été déporté de cette ville vers des camps de concentration et d’extermination. – La Gestapo fusille un juif à Mochy (Pologne). 1944 Expériences d’inoculation de la tuberculose dans le camp de Neuengamme.
– J’usqu’au 10 Juillet, les juifs déclarés valides par les médecins SS Mengele et Lukas sont transférés du camp d’extermination d’Auschwitz II-Birkenau à des camps de concentration et à des fabriques de munitions situés en territoire allemand. En outre, 4 000 juifs adultes et 80 adolescents de quatorze à seize ans sont employés à déblayer les zones bombardées. Très peu survivront.
–  Les juifs de Bonyhàd (Hongrie) sont déportés à Pecs, un centre de transit, où ils attendent l’étape suivante ou la déportation finale.
– Durant 3 jours, 6 000 juifs de Kaposvar (Hongrie) et des environs sont déportés au camp d’extermination d’Auschwitz. Très peu survivront.
– Un transport de 10 juifs quitte le camp de concentration de Teresienstadt/Therezin (Tchécoslovaquie) pour celui de Bergen-Belsen (Allemagne).
Wilhelm Edelstein, Vienne, Autriche
1er juillet 1914
Wilhelm était l’aîné des deux enfants d’une famille juive vivant à Vienne, capitale des Habsbourg. Peu après la naissance de Wilhelm, la Première Guerre Mondiale éclata. La nourriture était si rare que sa mère partit avec Wilhelm dans sa ville natale de Hostoun, située près de Prague. Après la guerre, ils retournèrent à Vienne où son père était resté pour faire tourner leur commerce de chaussures. Jeune homme, Wilhelm travailla pour son père.

1933-39 : En mars 1938, l’Allemagne annexa l’Autriche. Peu après, les Allemands arrêtèrent Wilhelm parce qu’il était Juif et qu’il fréquentait une femme chrétienne, ce qui était interdit par la loi Nazie. Libéré à la seule condition qu’il quitte l’Autriche sous trente jours, Wilhelm, accompagné d’un ami juif, voyagea jusqu’à la frontière tchécoslovaque. Après plusieurs tentatives, il traversa la frontière illégalement. Wilhelm se rendit à Prague où il séjourna chez des proches.

1940-44 : En 1941, Wilhelm fut déporté dans le ghetto de Theresienstadt, puis à Riga, en Lettonie. On le chargea de diriger un groupe de prisonniers affectés à l’épluchage des pommes de terre dans la « partie allemande » du ghetto réservée aux Juifs du Reich. Il fut ensuite déporté dans plusieurs autres camps pour finir à Troeglitz, un camp annexe de Buchenwald. Là-bas, il se lia avec un villageois chrétien qui vivait hors du camp. Cet homme voyageait souvent vers Vienne et allait chercher du pain chez la tante de Wilhelm qu’il parvenait ensuite à lui faire passer clandestinement.

En mars 1945, Wilhelm fut déporté dans le camp de concentration de Bergen-Belsen. Il y mourut quelques semaines seulement avant la libération du camp par l’armée britannique, le 15 avril 1945.
Cet article, publié dans france, histoire, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s