Ephéméride de la Shoah : 20 Juin

Si toutes les victimes du Nazisme n’étaient pas juives,
tous les JUIFS furent de s victimes. NI PARDON – NI OUBLI.

20 Juin
1942  Les SS assassinent 600 juifs de Snow (URSS).
– Un ghetto est créé à l’intention des 2 500 juifs survivants de Nadvorna (Ukraine). Il est gardé par la Schutzpolizei allemande, dont les membres y pénètrent de temps en temps pour tuer des internés.
– 996 juifs sont déportés de Vienne (Autriche) au camp de concentration de Theresienstadt.
– Toutes les écoles juives sont fermées.
– A Ravensbruk, le docteur SS Karl Gebhart teste les effets du traitement par la sulfanilamide sur environ 80 prisonniers. Les prisonniers sont volontairement blessés et infectés avec des virus, pour voir l’effet du traitement.
1943 5 500 Juifs sont déportés d’Amsterdam.
– Himmler envoie 100 Juifs au camp alsacien de Natzweiler-Struthof. Tués, leur squelette a été envoyé au musée anatomique de Strasbourg.
– 4 000 internés sont fusillés par les SS quand les Allemands liquident le ghetto de Tarnopol (‘Ukraine). Quelques juifs seulement parviennent à fuir.
– 5 500 juifs sont arrêtés à Amsterdam, puis déportés au camp de regroupement de Westerbork.
Bertha Adler, Selo-Solotvina, Tchécoslovaquie
20 juin 1928
Bertha était la cadette des trois filles nées dans une famille juive parlant yiddish, dans un village situé dans la province orientale de la Tchécoslovaquie. Peu après la naissance de Bertha, ses parents s’installèrent à Liège, une grande ville industrielle de Belgique majoritairement catholique abritant de nombreux immigrants d’Europe de l’Est.

1933-39 : Les parents de Bertha l’envoyèrent dans une école primaire locale, où la plupart de ses amis étaient catholiques. A l’école, Bertha parlait le français. Chez elle, elle parlait yiddish. Parfois, ses parents se parlaient en hongrois, langue qu’ils avaient apprise dans leur enfance. La mère de Bertha, très pratiquante, fit en sorte que Bertha étudie également l’hébreu.

1940-44 : Bertha avait onze ans lorsque les Allemands occupèrent Liège. Deux ans plus tard, les Adler, avec tous les autres Juifs, reçurent l’ordre de se déclarer et Bertha et ses sœurs furent exclues de l’école. Certains de leurs amis catholiques aidèrent les Adler à obtenir de faux papiers et leur louèrent une maison dans un village des environs. Là-bas, le père de Bertha tomba malade un vendredi et fut transporté à l’hôpital. Bertha lui promit de lui rendre visite le dimanche pour lui apporter sa crème à raser. Ce dimanche-là, la famille fut réveillée à cinq heures du matin par la Gestapo. On les avait découverts.

A quinze ans, Bertha fut déportée à Auschwitz le 19 mai 1944.
Elle y fut gazée deux jours plus tard.

Publicités
Cet article, publié dans france, histoire, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s