Ephéméride de la Shoah : 14 Juin

Si toutes les victimes du Nazisme n’étaient pas juives, tous les JUIFS furent de s victimes. NI PARDON – NI OUBLI.

14 Juin
1938 Décret-loi ordonnant l’enregistrement des entreprises industrielles appartenant à des Juifs.
1940 Le premier transport venant de Cracovie arrive au camp d’extermination d’Auschwitz avec 700 déportés juifs.
1942 Le ghetto de Tarnov (Cracovie) est divisé en deux parties : « A » pour les juifs soumis au travail forcé, « B » pour leurs familles. Ces dernières meurent littéralement de faim.
– Au ghetto de Dzisna (Biélorussie), la plus grande partie des internés juifs est conduite aux sablières de Piaskowe Gorki pour y être fusillée par les SS. 2 000 juifs environ parviennent à fuir mais presque tous sont repris et fusillés. Les survivants réussissent à rejoindre la 4ème brigade de partisans de Biélorussie, qui combat l’ennemi allemand.
– 450 juifs de Dorohoi (Roumanie) sont déportés en Transnistrie, puis vers les camps de concentration allemands sur l’autre rive du Bug.
– 996 juifs sont déportés de Vienne (Autriche) à Izbica (Pologne). 1944 1 800 juifs sont déportés de l’île de Corfou (Grèce) au camp d’extermination d’Auschwitz.

Chil Meyer Rajchman, Lodz, Pologne
14 juin 1914

Chil était l’un des six enfants d’une famille juive qui vivait dans la ville industrielle de Lodz. Sa mère mourut avant la Seconde Guerre mondiale, laissant son père seul pour élever la famille. Le père de Chil ne pouvait assumer financièrement la subsistance de la famille. Aussi, Chil, en sa qualité d’aîné, dut travailler pour aider sa famille à survivre.

1933-39 : Le 1er septembre 1939, les Allemands envahirent la Pologne. Je m’enfuis de Lodz avec ma plus jeune sœur vers Pruszkow, une petite ville située à une quinzaine de kilomètres au sud-ouest de Varsovie. Là-bas les restrictions imposées aux Juifs étaient moins nombreuses. Il y avait un ghetto, mais il n’était pas clôturé. Trois fois par semaine, on nous emmenait dans un camp de travail ferroviaire – nous étions souvent battus. Lorsque les nazis liquidèrent les brigades ferroviaires, je fus déporté dans le ghetto de Varsovie.

1940-45 : Après plusieurs mois passés dans le ghetto de Varsovie, je fus tout d’abord transféré dans la région de Lublin puis, en 1942, dans le camp d’extermination de Treblinka. Lorsque je suis arrivé là-bas, j’ai entendu un garde demander : « Qui est barbier ? ». N’ayant rien à perdre, je répondis : « Moi. » On me donna des ciseaux puis on me dirigea vers les chambres à gaz. Soudain, une porte s’ouvrit de l’autre côté de la cellule et des gardes vociférants poussaient des femmes nues dans la pièce et les obligeaient à s’asseoir. Je leur coupais les cheveux en cinq coups de ciseaux, jetais les mèches dans une valise et quittais la chambre avant qu’elles soient gazées.

En août 1943, Chil s’échappa de Treblinka au cours d’une insurrection.
Puis il se cacha jusqu’à la libération par l’armée soviétique, le 17 janvier 1945.

Source www.ushmm.org
http://www.6millionsdemesfreres.com

Cet article, publié dans france, histoire, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s