Ephéméride de la Shoah : 25 Janvier

Si toutes les victimes du Nazisme n’étaient pas juives, tous les JUIFS furent des victimes.
NI PARDON – NI OUBLI.

Terez Spitz Katz, Buj, Hongrie 1865

25 Janvier
1941 250 juifs de Jeziorna (Pologne) sont déportés vers le ghetto de Varsovie.
1943 2 120 juifs du ghetto de Jasionovka (Pologne) sont déportés au camp d’extermination d’Auschwitz.
1944 949 juifs, internés au camp de regroupement de Westerbork (Pays-Bas), sont déportés au camp d’extermination d’Auschwitz.
1945 Le camp de concentration du Stutthof (Pologne) est libéré. On dénombre très peu de survivants.

Terez Spitz Katz, Buj, Hongrie
1865

Mère juive pratiquante de neuf enfants, Terez s’installa avec son mari, Jakab, et ses enfants à Zalkod, une petite ville située au nord-est de la Hongrie. Jakab tenait une épicerie. Terez entretenait l’immense ferme. Elle cuisait du pain noir dans leur cuisinière à bois et mettait en conserve les pêches et les prunes qu’elle allait cueillir avec ses enfants et ses petits-enfants dans les vergers familiaux.

1933-39 : Ma fille aînée, Sadie, est venue d’Amérique nous rendre visite. Elle vient avec nous tous les vendredis lorsque nous prenons la voiture à cheval pour aller à la synagogue de la ville voisine. Nous restons chez des amis puis nous revenons le lendemain à la nuit tombée. Sadie veut que nous repartions à New York avec elle. Lors de son voyage, elle a fait escale à Hambourg. Elle nous dit avoir vu les nazis défiler dans les rues. Elle a peur. Nous lui avons dit de ne pas s’inquiéter. Cela semble si lointain.

1940-44 : Il y a quatre semaines, le 19 mars 1944, les forces allemandes ont occupé la Hongrie. Il y a plusieurs jours, ces sales gendarmes hongrois nous ont ordonné d’abandonner notre maison et la plupart de nos effets et d’aller nous déclarer dans la ville voisine de Nyireghaza. Là-bas, des milliers de Juifs ont été regroupés. Nous devons vivre dans un appartement sordide et qu’on a du mal à nettoyer tant il y a de monde. La nourriture que nous avions rapportée de chez nous fond à vue d’œil et nous nous affaiblissons. Que va-t-il nous arriver ?

Terez, Jakab et près de vingt-cinq de leurs proches firent partie des 435 000 Juifs hongrois déportés à l’été 1944 vers Auschwitz. Terez mourut à soixante dix-neuf ans.

Cet article, publié dans france, histoire, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s