Ephéméride de la Shoah : 10 Janvier

Si toutes les victimes du Nazisme n’étaient pas juives, tous les JUIFS furent des victimes.
Plus de 5000 de mes frères, étaient assassinés par jour de 1942 à 1945.
NI PARDON – NI OUBLI.
Aujourd’hui, voici la liste des âmes juives qui ont été assassinées.
Voici l’histoire de l’une de ces âmes.

Sarah Judelowitz, Liepaja, Lettonie vers 1899

10 Janvier
1943 6 000 juifs emprisonnés dans le camp de travail forcé de Sandomierz et 2 500 juifs du ghetto de Sandomierz (province de Kielce, Pologne) sont déportés au camp d’extermination de Treblinka, où ils sont gazés.
– Le camp de travail forcé de Kopernik, près de Minsk Mazowiecki (Pologne), est liquidé par les SS. Les juifs se défendent énergiquement. Au cours de la lutte, ils parviennent à tuer plusieurs SS.
– Le ghetto de Bochnia (Pologne) est liquidé. 3 500 juifs sont massacrés par les nazis.
1944 6 juifs sont déportés de Vienne au camp de concentration de Theresienstadt.

Sarah Judelowitz, Liepaja, Lettonie
vers 1899

Sarah, née Sarah Gamper, était l’un des quatre enfants d’une famille juive de Liepaja, une ville portuaire sur la Baltique. Ses parents y tenaient une épicerie. Quand la Première Guerre Mondiale éclata, Sarah étudiait alors le piano au conservatoire en Russie. Pendant la Première Guerre Mondiale, elle servit comme infirmière. Elle revint à Liepaja et, après avoir épousé Herman Judelowitz en 1920, tous deux s’y installèrent.

1933-39 : Sarah et Herman tenaient un magasin de chaussures. En 1935, ils avaient trois filles, Fanny, Jenny et Liebele. Sarah et Herman étaient sionistes et aidaient souvent à collecter des fonds pour que les colons juifs puissent acheter des terres en Palestine.

1940-43 : En juin 1941, les Allemands gagnèrent la Lettonie et occupèrent Liepaja. Au mois de juillet de la même année, Herman fut tué par les Allemands dans un village voisin. Pendant deux ans, Sarah et ses filles parvinrent à éviter la déportation car Fanny bénéficiait du statut protégé d’infirmière. Mais en octobre 1943, elles furent déportées à Kaiserwald, près de Riga. A leur arrivée, les déportés furent répartis en groupes – ceux qui pouvaient travailler allaient d’un côté et les enfants de l’autre. Liebele avait huit ans, et elle fut mise dans le groupe des jeunes. Sarah ne voulut pas l’abandonner, et la suivit.

On n’entendit plus jamais parler de Sarah ni de Liebele.

Source http://www.ushmm.org


Cet article, publié dans france, histoire, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s