Ephéméride de la Shoah : 9 Janvier

Si toutes les victimes du Nazisme n’étaient pas juives, tous les JUIFS furent des victimes.
Plus de 5000 de mes frères, étaient assassinés par jour de 1942 à 1945.
NI PARDON – NI OUBLI.
Aujourd’hui, voici la liste des âmes juives qui ont été assassinées.
Voici l’histoire de l’une de ces âmes.

Yakob Braun, Wloclawek, Pologne vers 1886

9 Janvier
1942 Début de la déportation vers l’est des internés du ghetto de Theresienstadt. 1 000 hommes, femmes et enfants sont déportés à Riga (Lettonie) et 400 juifs environ au camp de concentration voisin de Salaspils, où ils sont assassinés.
– 1 100 juifs sont massacrés par les SS à Klodawa (Pologne), 1 800 autres sont déportés au camp d’extermination de Chelmno.
1945 Les patients juifs de la polyclinique de la Charité à Budapest sont jetés brutalement hors de leur lit par les membres de la brigade fasciste hongroise des Croix fléchées. on les conduit sur les bords du Danube pour les fusiller.

Yakob Braun, Wloclawek, Pologne
vers 1886

La ville de Yakob, Wloclawek, était située sur la Vistule. Lui et son frère Abraham étudiaient l’hébreu et l’allemand en plus du polonais. Yakob rencontra sa fiancée Machla par l’entremise d’un marieur juif et, après leur mariage, ils s’installèrent à Lodz. Yakob dirigea l’entreprise familiale de textiles jusqu’en 1938 où il investit dans l’immobilier. Il devint propriétaire d’un immeuble d’habitation dans lequel sa famille et lui vivaient également.

1933-39 : Lorsque les nazis expulsèrent les Juifs polonais d’Allemagne en 1938, Yakob constitua une organisation d’entraide à Lodz pour dispenser des soins médicaux subventionnés aux nouveaux réfugiés. Pendant l’occupation de Lodz par les Allemands en 1939, les agents de la Gestapo vinrent le contrôler régulièrement. Un jour, ils emmenèrent Yakob pour un interrogatoire dans leurs bureaux situés dans une école juive réquisitionnée. Sa famille, terrifiée, fut remplie de joie lorsqu’ils l’autorisèrent à rentrer chez lui.

1940-44 : Yakob se cacha dans une petite pièce avec sa femme et ses enfants tandis que les Allemands emmenaient les Juifs à l’extérieur de Lodz et les abattaient « pour l’exemple ». Ils firent ce qu’ils purent pour ne pas se faire prendre mais ils finirent par être déportés dans un ghetto de la ville voisine de Piotrkow Trybunalski. Lorsque les hommes et les femmes furent séparés pour le travail, ils perdit toute trace de sa femme et de ses trois filles.

Yakob fut déporté à l’automne 1944 dans le camp de concentration de Buchenwald et mourut plus tard dans le camp de Bergen-Belsen.

Source http://www.ushmm.org


Cet article, publié dans france, histoire, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s