Ephéméride de la Shoah : 29 Décembre

Si toutes les victimes du Nazisme n’étaient pas juives, tous les JUIFS furent des victimes.
Plus de 5000 de mes frères, étaient assassinés par jour de 1942 à 1945.
NI PARDON – NI OUBLI.
Aujourd’hui, voici la liste des âmes juives qui ont été assassinées.
Voici l’histoire de l’une de ces âmes.

Lidia Lebowitz, Sarospatak, Hongrie vers 1934

29 Décembre
1939 2 500 juifs environ, toute la communauté de la ville de Pulavy (Lublin), sont déportés à Opole Lubelskie, d’où ils seront envoyés en mai 1942 au camp d’extermination de Sobibor. 1940 Les nazis créent un ghetto dans la ville de Glovno (Pologne) : les habitants juifs doivent quitter leurs maisons pour s’y installer.
1944 Les membres juifs du mouvement de résistance Bajczy-Zslinszky sont arrêtés et tués à Budapest par des fascistes hongrois, les Croix fléchées. Le même jour, les croix fléchées forcent l’entrée de plusieurs immeubles sous protection suédoise, d’où ils font sortir plus de 100 juifs, hommes et femmes, pour les fusiller.

Lidia Lebowitz, Sarospatak, Hongrie
vers 1934

Cadette de deux sœurs, Lidia naquit dans une famille juive installée à Sarospatak, petite ville au nord-est de la Hongrie. Les parents de Lidia possédaient une mercerie prospère. A cette époque, les vêtements prêts à porter étaient encore rares à la campagne. Les gens de la ville et les fermiers locaux achetaient du tissu chez Lebowitz puis l’emportaient chez le tailleur ou la couturière.

1933-39 : Lidia avait 2 ans lorsque sa tante Sadie, qui avait émigré aux Etats-Unis plusieurs années auparavant, vint rendre visite à ses deux enfants, Arthur et Lillian. Tous les cousins s’amusaient ensemble dans la ferme de leurs grands-parents. Lors de sa traversée depuis l’Amérique, le navire de Tante Sadie avait fait escale à Hambourg, en Allemagne, et elle avait vu les nazis défiler dans les rues. Elle s’inquiétait de ce qui pourrait arriver à sa famille, à Sarospatak.

1940-44 : En 1944, les forces allemandes occupèrent la Hongrie. Un mois après l’invasion, les gendarmes hongrois, agissant sur ordre des nazis, expulsèrent Lidia et ses parents de chez eux. Les Lebowitz passèrent trois jours entassés dans la synagogue parmi des centaines d’autres citoyens juifs. Puis ils furent tous transférés dans la ville voisine de Satoraljaujhely, où quelques 15 000 Juifs furent parqués dans un ghetto établi dans le quartier tsigane de la ville. Les habitants du ghetto avaient bien du mal à trouver à manger.

Le ghetto fut rasé en mai et juin 1944. Tous les juifs furent déportés dans des wagons de marchandises vers Auschwitz. On ne retrouva jamais Lidia et ses parents.

Source http://www.ushmm.org

Publicités
Cet article, publié dans france, histoire, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s