Ephéméride de la Shoah : 22 Décembre

Si toutes les victimes du Nazisme n’étaient pas juives, tous les JUIFS furent des victimes.
Plus de 5000 de mes frères, étaient assassinés par jour de 1942 à 1945.
NI PARDON – NI OUBLI.
Aujourd’hui, voici la liste des âmes juives qui ont été assassinées.
Voici l’histoire de l’une de ces âmes.

Rene Guttmann, Teplice-Sanov, Tchécoslovaquie 21 décembre 1937

22 Décembre
1941 Fin des massacres de masse à Vilna (Lituanie) : 32 000 juifs ont été tués. 900 juifs de Zablotov (Ukraine) sont conduits hors de la ville où ils sont fusillés par les SS et enterrés hâtivement dans des puits. Le même jour, 100 juifs sont fusillés en ville.
– Les massacres débutés en octobre dans le ghetto juif de Vilna, en Lituanie, atteignent le chiffre de 32.000 victimes.
1942 Des enfants juifs sont fusillés par les SS, en même temps que 40 adultes, dans le cimetière de Rava Ruska (R.S.S. d’Ukraine).

Rene Guttmann, Teplice-Sanov, Tchécoslovaquie
21 décembre 1937

René, sa soeur jumelle Renate et leurs parents juifs allemands vivaient à Prague. Peu avant la naissance des jumeaux, les parents de René avaient fui Dresde, en Allemagne, pour échapper à la politique anti-juive du gouvernement nazi. Avant de quitter l’Allemagne pour la Tchécoslovaquie, le père de René, Herbert, travaillait dans une société d’import-export. Sa mère, Ida, était comptable.

1933-39 : Notre famille vivait dans un immeuble de six étages le long de la ligne de tramway n°22, à Prague. Une longue et raide volée d’escaliers menait à notre appartement où ma soeur, Renate, et moi partagions un berceau dans la chambre de nos parents. Une terrasse surplombait la cour. Nous portions des vêtements sur mesure et nous étions toujours bien mis. Nous passions souvent nos journées à jouer dans un parc voisin. En mars 1939, l’armée allemande occupa Prague.

1940-45 : Juste avant mes six ans, ma famille fut déportée à Auschwitz depuis le ghetto de Theresienstadt. Sur mon bras était tatoué le matricule 169061. Là-bas, je fus séparé de ma soeur et de ma mère et placé dans un baraquement avec des garçons plus âgés – beaucoup avaient l’air d’être jumeaux. Quelquefois, on m’emmenait à l’hôpital, même quand je n’étais pas malade, et on me mesurait sous toutes les coutures, on me radiographiait aussi. Une fois, nous, les garçons, avons vu des soldats soviétiques et polonais abattus et jetés dans une fosse, dehors.

René et sa soeur survécurent et se retrouvèrent en Amérique en 1950. Ils apprirent que, faisant partie des « jumeaux de Mengele », on les avait utilisés pour des expériences médicales.

Source http://www.ushmm.org

Cet article, publié dans france, histoire, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s