Ephéméride de la Shoah : 17 Décembre

Si toutes les victimes du Nazisme n’étaient pas juives, tous les JUIFS furent des victimes.
Plus de 5000 de mes frères, étaient assassinés par jour de 1942 à 1945.
NI PARDON – NI OUBLI.
Aujourd’hui, voici la liste des âmes juives qui ont été assassinées.
Voici l’histoire de l’une de ces âmes.

Paul Matasovski, Bacau, Roumanie 17 décembre 1923

17 Décembre
1939 Les malades mentaux des asiles polonais de Tiegenhof et Koste sont gazés et brûlés. 1942 Les SS fusillent 231 juifs du ghetto de Biala Podlaska (Pologne).
– 557 Juifs sont tués par les SS après un soulèvement dans le camp de travail forcé de Kruszyna (Pologne).
– Les SS assassinent 3 000 juifs du ghetto de Baranovicze (Biélorussie).
1943 Le dernier transport de l’année quitte Drancy (France) avec 850 juifs, hommes et femmes, déportés au camp d’extermination d’Auschwitz. 505 juifs sont gazés dès leur arrivée. 26 seulement, dont 4 femmes, survivront jusqu’à la libération du camp, en 1945.
1945 A Chelmno, le commando qui avait été en charge de démonter le camp les mois précédents, est liquidé par les SS. Ceux-ci les contraignent à porter des bouteilles sur leur tête et jouent alors à la cible.

Paul Matasovski, Bacau, Roumanie
17 décembre 1923

Paul était l’un des trois enfants d’une famille juive. Ils vivaient dans une petite ville à forte population juive du centre de la Moldavie. Le père de Paul, né en Ukraine, avait été en poste en Roumanie pendant la Première Guerre Mondiale et avait choisi d’y rester plutôt que de retourner en Ukraine après la Révolution Russe de 1917.

1933-39 : Notre famille respectait les fêtes juives. J’adorais Pâques, ses repas bien particuliers et l’occasion qui nous était offerte de porter de nouveaux vêtements. A la radio, nous entendions parler des Nazis en Allemagne; dans notre pays, la Garde de Fer antisémite devenait de plus en plus populaire. Un matin de septembre 1939, j’ai vu les premiers signes de la guerre, pour la première fois : des soldats polonais en retraite erraient dans notre rue, affamés et assoiffés.

1940-44 : La Garde de Fer fasciste était arrivée au pouvoir. J’ai été exclu de l’école publique parce que j’étais juif. Mes amis et moi avons refusé de rester passifs. Nous avions construit une radio et écoutions les programmes étrangers, c’était là notre premier acte de résistance. Nous avons aidé la résistance en faisant passer des informations à l’intérieur de pains de savon et en mettant du sable dans les réservoirs des tanks allemands. Nous coupions les fils électriques pour saboter la production de l’usine où je travaillais, contraint et forcé, à confectionner des uniformes pour l’armée allemande.

Soupçonné de sabotage, Paul fut arrêté et torturé par la police roumaine mais fut libéré juste avant que les troupes soviétiques n’envahissent la Roumanie en 1944. Il partit s’installer aux Etats-Unis en 1972.

Emanuel Rosenthal (2 ans) et son frère Avram (5 ans) au ghetto de Kaunas. Tous 2 seront déportés au camp d'extermination de Majdanek ou ils mourront.

Source http://www.ushmm.org

Cet article, publié dans france, histoire, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s