Ephéméride de la Shoah : 1er Décembre

Si toutes les victimes du Nazisme n’étaient pas juives, tous les JUIFS furent des victimes.
Plus de 5000 de mes frères, étaient assassinés par jour de 1942 à 1945.
NI PARDON – NI OUBLI.
Aujourd’hui, voici la liste des âmes juives qui ont été assassinées.
Voici l’histoire de l’une de ces âmes.

1er Décembre

Johann (Hansi) Stojka, Autriche 1929

1939 1 018 juifs de Chelm (Pologne) sont déportés à Sokal. 440 d’entre eux sont fusillés sur la route par les SS. Des juifs ont vécu dans cette ville depuis le XVe siècle. Leur vie culturelle était florissante. Des rabbins célèbres en sont originaires.
– L’espace réservé aux juifs de Lodz (Pologne) se trouve réduit : ils doivent quitter leurs maisons au profit d’Allemands de souche.
– Début des déportations des juifs de Wloclawek (Pologne) vers l’est : la plupart sont envoyés à Varsovie. Plusieurs centaines d’entre eux périssent en route.
– Début du transfert des juifs Polonais et de Polonais non juifs des territoires incorporés, des Tziganes du Reich et des Juifs du Reich vers le Gouvernement général, soit 600.000 juifs des territoires et 400 000 du Reich.
1940 Les SS fusillent 600 juifs qui viennent d’arriver à Chelm (Pologne).
1941 300 vieillards et malades juifs sont fusillés dans le ghetto de Riga (Lettonie).
1942 Création d’un ghetto à Stryj (Ukraine) : les juifs de la ville commencent à comprendre ce qui va suivre, et des jeunes gens fuient à travers la chaîne des Carpates en direction de la Hongrie.
– Le ghetto de Sambor (Ukraine), est évacué et liquidé : les internés encore en vie sont transférés dans un camp de travail forcé.
– Liquidation du camp de travail forcé de Karczew (Pologne), où 400 juifs d’Otvock (arsovie) sont internés : tous les juifs qui s’y trouvent encore sont assassinés.
– Les nazis créent un ghetto à Zloczov (Ukraine), où sont internés tous les juifs des villes voisines de Sasov et de Bialy Kamien : beaucoup mourront de faim et d’épuisement.
– Les derniers juifs de Glinyany (Ukraine) sont déportés au ghetto de Przemyslany. Ils y seront massacrés plus tard, en même temps que les juifs de cette ville. 20 juifs seulement survivront à la guerre.
1943 Un transport quitte Vienne (Autriche) avec 25 juifs déportés au camp d’extermination d’Auschwitz.

Johann (Hansi) Stojka, Autriche
1929

Hansi, comme le surnommaient ses proches et ses amis, était le troisième des six enfants d’une famille tsigane catholique. La roulotte familiale faisait partie d’une caravane qui passait l’hiver à Vienne, la capitale de l’Autriche, et l’été dans la campagne autrichienne. Les Stojka appartenaient à un clan tsigane appelé les Lowara Roma. Ils gagnaient leur vie comme marchands de chevaux itinérants.

1933-39 : J’ai grandi habitué à la liberté, aux voyages et au dur labeur. J’avais neuf ans quand nous avons garé notre roulotte pour l’hiver sur un terrain, à Vienne. L’Allemagne a alors annexé l’Autriche en mars 1938. Les Allemands nous ont ordonné de ne pas quitter notre roulotte. Mes parents ont dû la transformer en une maison de bois et mon père et ma sœur aînée sont allés travailler à l’usine. J’ai commencé l’école et notre famille a dû se faire à l’idée qu’il faudrait s’habituer à rester vivre à cet endroit toute l’année.

1940-44 : En 1943, ma famille a été déportée dans un camp Nazi réservé aux Tsiganes, à Birkenau. Un jour, Maman m’a emmené à l’infirmerie car j’étais malade. Elle était terrifiée parce qu’elle avait entendu dire que les prisonniers quittaient l’infirmerie « par la cheminée. » Mais le lendemain, j’en suis sorti et j’ai raconté à ma mère un rêve que j’avais fait : « Une jolie femme en blanc m’entourait de douceur et prenait soin de moi. » Ma mère à levé les yeux au ciel, puis elle a regardé la fumée qui sortait du crématorium et elle a récité des prières de remerciement. L’infirmerie était un lieu de mort, pas de guérison.

Hansi fut ensuite déporté dans les camps de concentration de Buchenwald et de Flossenburg dans le cadre du travail obligatoire. Il fut libéré près de Roetz le 24 avril 1945. Après la guerre, il retourna à Vienne.

Source http://www.ushmm.org

Cet article, publié dans france, histoire, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s