Ephéméride de la Shoah : 23 Novembre

Si toutes les victimes du Nazisme n’étaient pas juives, tous les JUIFS furent des victimes.
Plus de 5000 de mes frères, étaient assassinés par jour de 1942 à 1945.
NI PARDON – NI OUBLI.
Aujourd’hui, voici la liste des âmes juives qui ont été assassinées.
Voici l’histoire de l’une de ces âmes.

Max Gutmann, Radauti, Roumanie 23 novembre 1923

23 Novembre
1938 Toutes les sociétés juives sont dissoutes.
1939  Le port de l’étoile jaune devient obligatoire pour les juifs de Pologne.
– Les Juifs du Gouvernement Général sont tenus de porter un brassard.
1941 Un transport quitte Vienne (Autriche) avec 995 juifs déportés à Riga (Lettonie).
1942 850 juifs de Strzygov (Varsovie) sont déportés au camp d’extermination d’Auschwitz.
– 650 juifs d’Oszmiany (Biélorussie) sont fusillés dans une forêt près du domaine d’Agleyby.
– En cinq jours, 10 000 juifs du ghetto de Szydloviec (Pologne) sont déportés au camp d’extermination de Treblinka, où ils sont assassinés quelques heures après leur arrivée. 1943 150 résistants juifs parviennent à fuir de Kovno (Lituanie) dans les bois, où ils se battent contre les SS. Beaucoup d’entre eux seront tués au combat.

Max Gutmann, Radauti, Roumanie
23 novembre 1923

Max grandit dans une famille juive traditionnelle dans la ville de Radauti, en Roumanie. Radauti était un centre de commerce et de travail du bois proche de la frontière ukrainienne. Le père de Max était un membre influent de la communauté juive locale. Il faisait le commerce de grains, de fourrage et de bétail et fournissait des chevaux aux militaires roumains.

1933-39 : Mon poney, Lisa, était abrité dans nos écuries avec les autres chevaux. Le collège que je fréquentais était semi-privé ; il était dirigé par l’Etat mais chaque étudiant devait payer des droits d’inscription. Après l’école, j’étudiais l’hébreu avec un précepteur. En 1938, j’avais quinze ans, j’appris dans les journaux la façon dont les Juifs d’Allemagne perdaient leurs droits et leurs biens. Ma famille craignait que des mesures de ce type ne nous soient imposées en Roumanie.

1940-44 : En juin 1940, mon père fut jeté d’un train par des membres de la Garde de Fer, les fascistes roumains. Il mourut des suites de ses blessures six mois plus tard. Lorsque les Roumains déportèrent les Juifs de Radauti en octobre 1940, nous fûmes envoyés à l’Est dans un ghetto de Transnitrie. Nous vivions à seize dans une seule pièce. Nous nous connaissions tous. Je travaillais aux abattoirs. Lorsque nous jetions les eaux, les peaux et les organes, des centaines de gens affamés se regroupaient et se battaient pour les récupérer. Nous fûmes libérés par les Soviétiques en mars 1944 après trois ans de souffrances.

Après la guerre, Max repartit pour Radauti. En 1958, il partir pour Vienne puis émigra aux Etats-Unis en 1959.

Source http://www.ushmm.org

Cet article, publié dans france, histoire, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s