Ephéméride de la Shoah : 11 Novembre

Chaque jour, des années 1942 à 1945, des Enfants, des Femmes et des Hommes ont été raflés, emprisonnés, assassinés, gazés et brulés.
Aujourd’hui, voici la liste des âmes juives qui ont été assassinées.
Voici l’histoire de l’une de ces âmes.

Frederick Dermer, Vienne, Autriche 1925

11 Novembre
1938 Peu avant la proclamation de l’ « indépendance  » de la Slovaquie, les bandes organisées attaquent les synagogues de la capitale, Bratislava (Pressburg). Ces antisémites battent tous les juifs qu’ils y trouvent et empêchent les étudiants juifs de pénétrer dans l’université. Au début de la guerre, 17 000 juifs environ vivent dans la ville.
– Il est interdit aux juifs de posséder ou de porter une arme.
1939 Les nazis arrêtent 600 juifs à Ostrov Mazoviecki (province de Varsovie) et les conduisent dans une forêt voisine, où ils les mettent à mort.
– Les nazis déportent tous les membres du Conseil juif de Lodz (Pologne) au camp de Radogoszcz.
1942 Les SS assassinent 100 juifs à Berezov (Polésie, Biélorussie).
– 1 000 juifs du ghetto de Slutsk (R.S.S. de Lituanie) sont assassinés. Des juifs vivaient dans la ville depuis le XIIIe siècle. Le jour de l’invasion allemande, la communauté s’élevait à 9 000 âmes environ.
– 900 juifs de Jastary (province de Vilna, Lituanie) sont déportés au camp d’internement de Keilbasin.
– 1 000 juifs sont déportés de la ville de Leczna (province de Lublin) au camp d’extermination de Sobibor où tous sont tués.
– 45 juifs quittent le camp de regroupement de Drancy (France), déportés au camp d’extermination d’Auschwitz. 599 sont gazés dès leur arrivée. 2 hommes seulement survivront jusqu’en 1945.
– A cette date, 15.000 juifs de Belgique ont été déportés.
1943 300 juifs meurent d’épuisement au cours d’un appel qui dure une journée entière au camp de concentration de Theresienstadt.
– Un groupe de juifs est arrêté par les forces d’occupation nazies au cours d’une rafle à l’église du Carmine à Florence. Ils sont déportés vers les camps d’extermination de l’Est.
– Un convoi quitte Vienne (Autriche) avec 91 juifs déportés au camp de concentration de Theresienstadt.

Frederick Dermer, Vienne, Autriche
1925

Frederick naquit dans une famille juive de Vienne, la capitale de l’Autriche. Son père était mort lorsqu’il était bébé et sa mère et lui s’étaient installés dans un appartement avec son grand-père, veuf. Quand il était petit, Frederick fréquentait une école publique de Vienne.

1933-39 : Frederick était un gamin exubérant. Un jour, alors que son grand-père le gardait, il utilisa un abat-jour en soie comme « parachute » et sauta du haut de la penderie. Ce fut la dernière fois que son grand-père le garda. Frederick avait 13 ans quand l’Allemagne annexa l’Autriche. Craignant les nazis, la mère de Frederick, ainsi que la famille de sa tante, organisèrent leur fuite vers la Belgique via les Pays-Bas.

1940-42 : Réfugiés illégaux à Bruxelles, les Dermer furent accueillis par la communauté juive. Pour aider sa mère, Frederick travaillait clandestinement dans une maroquinerie, fabriquant des mallettes et des ceintures. Les Allemands occupèrent la Belgique en 1940. En 1942, Frederick reçut l’ordre de se présenter pour effectuer son « service. »

Frederick fut déporté immédiatement après s’être présenté. Il mourut à l’âge de 17 ans.

Source http://www.ushmm.org

Cet article, publié dans france, histoire, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s