Ephéméride de la Shoah : 18 Octobre

Chaque jour, des années 1942 à 1945, des Enfants, des Femmes et des Hommes ont été raflés, emprisonnés, assassinés, gazés et brulés.
Aujourd’hui, voici la liste des âmes juives qui ont été assassinées.
Voici l’histoire de l’une de ces âmes.

Eva Brigitte Marum, Karlsruhe, Allemagne 17 juillet 1919

18 Octobre
1941 3500 Juifs de Belgrade sont déportés vers les camps de travail forcé où ils périssent tous.
– Environ 8000 Juifs de Marioupol (Jdanov, R.S.S. d’Ukraine), enfermés dans un camp militaire sont assassinés.
– Selon les rapports officiels, les militaires roumains, aidés par les autorités locales, ont abattu entre le 18 octobre 1941 et le 17 mars 1942, jusqu’à 25 000 juifs et en ont déporté plus de 35 000, dont une bonne partie ont trouvé ensuite la mort
1942 Les S.S. assassinent les 600 derniers Juifs de Zakszuwek (district de Lublin).
– Des S.S. tuent 2 250 Juifs de Nove Miasto (district de Varsovie).
– 1.500 Juifs de Pielancz (district de Kielce, Pologne) sont conduit au centre de regroupement de Staszov.
– 700 Juifs sont déportés du village de siennica (Pologne) au camp d’extermination de Treblinka.
– 800 Juifs de Seciny (district de Varsovie) sont déportés à Treblinka.
1943 Pour la première fois, les nazis déportent 1 015 Juifs de Rome au camp d’extermination d’Auschwitz, 16 d’entre eux survivront.
1945 24 responsables politiques, militaires et économiques allemands sont mis en accusation.

Eva Brigitte Marum, Karlsruhe, Allemagne
17 juillet 1919

Eva Brigitte était la benjamine des trois enfants d’une famille de Juifs allemands. Ils vivaient dans la capitale du Bade, un état longeant le Rhin au sud-ouest de l’Allemagne. Ses amis et camarades de classe l’appelaient Brigitte et sa famille la surnommait « Brix ». Elle grandit au sein d’un foyer laïque et fréquenta les écoles publiques. Son père était un dirigeant local du parti Social-Démocrate.

1933-39 : En 1933, les Nazis arrivèrent chez les Marum et arrêtèrent le père d’Eva parce qu’il était un anti-Nazi actif. Deux mois plus tard, elle le vit soudain « mis en spectacle » dans les rues, dans un camion découvert, publiquement humilié sur le chemin qui le menait vers un camp de concentration. Après cela, Eva refusa de rester à l’école. Après la mort de son père, sa mère et elle émigrèrent en France en avril 1934.

1940-43 : Les Français libérèrent Eva d’un camp d’internement pour les étrangers, mais la situation empira lors de la défaite française en 1940. En 1941, la sœur d’Eva obtint des passages sur un bateau à vapeur et des visas de sortie vers l’Amérique pour elle-même, pour Eva et leur mère, mais Eva était enceinte de neuf mois et les commandants du bateau ne la laissèrent pas monter à bord. Toute seule, abandonnée par le père de son bébé, Eva mit au monde son enfant à Marseille. Incapable de subvenir aux besoins de son fils, elle le plaça lorsqu’il eut un an dans un foyer pour enfants juifs réfugiés à Limoges.

Prise dans une rafle dans le sud de la France en janvier 1943, Brigitte fut déportée à Sobibor, où elle mourut. Son fils survécut et fut emmené en Palestine en 1945.
http://www.ushmm.org

Publicités
Cet article, publié dans france, histoire, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s