Ephéméride de la Shoah : 7 Octobre

Chaque jour, des années 1942 à 1945, des Enfants, des Femmes et des Hommes ont été raflés, emprisonnés, assassinés, gazés et brulés.
Aujourd’hui, voici la liste des âmes juives qui ont été assassinées.
Voici l’histoire de l’une de ces âmes.

Ema Schwarzova Skutezka, Unicov, Tchécoslovaquie 6 septembre 1876

7 Octobre
1939 48 juifs de Swiecie (Pologne septentrionale) sont fusillés par les nazis au cours d’une Aktion qui dure deux jours.
1941 7 000 juifs du ghetto de Borissov (R.S.S. de Biélorussie) sont fusillés dans un ravin près de l’aéroport au cours d’une Aktion qui dure deux jours.
1942 Les SS assassinent 700 juifs à Lisoviki (district de Lublin).
– 1 600 juifs du ghetto de Koniecpol (Pologne) sont déportés au camp d’extermination de Treblinka. Le même jour, 2 000 juifs de Lagov (Pologne) et des environs sont déportés, eux aussi, à Treblinka, où ils sont tués dès leur arrivée.
1943 Un convoi quitte le camp de regroupement de Drancy (France) avec 1 000 juifs, hommes et femmes, déportés au camp d’extermination d’Auschwitz. 33 juifs seulement survivront jusqu’à la libération du camp, en 1945. Le même jour, un convoi de 21 juifs quitte Vienne (Autriche) en direction du camp d’extermination d’Auschwitz.
– 1 260 enfants juifs du camp de concentration de Theresienstadt arrivent au camp d’extermination d’Auschwitz. Ils sont gazés le même jour. Ces enfants venaient de Bialystok (Pologne) d’où ils avaient été déportés à Theresienstadt le 23 août.
– Le général Jürgen Stroop, responsable de la destruction du ghetto de Varsovie, arrive à Athènes, où tous les juifs doivent se faire recenser et se présenter à la synagogue ; ce recensement représente une première étape vers les déportations de mars 1944. De nombreux juifs se cachent, avec l’aide de l’Eglise orthodoxe grecque, conformément aux instructions de l’archevêque Damaskinos. La communauté juive d’Athènes remonte au VIe siècle avant l’ère chrétienne. Lors de l’occupation allemande, la ville compte 3 000 juifs, mais 3 000 réfugiés de Thessalonique s’ajoutent à ce chiffre.
1944 Environ 2 000 juifs hongrois ayant survécu au travail forcé dans les mines de Bor (Yougoslavie), qu’ils avaient quittées le 19 septembre, doivent s’arrêter à Cservenka (Hongrie), où les SS préparent des exécutions massives afin de libérer les routes pour les forces de l’Axe qui battent en retraite. 1 000 juifs environ sont fusillés le 7 et le 8 octobre, tandis que les autres reprennent leur marche et sont déportés dans les camps de concentration de Buchenwald et de Flossenbürg (Allemagne), où une poignée seulement survivra.
– Au cours d’un soulèvement, le détachement spécial juif du camp d’extermination d’Auschwitz incendie les fours crématoires, tue des SS, coupe les barbelés entourant le camp et prend la fuite. Mais beaucoup de ses membres ont été tués dans le combat contre les SS. On compte très peu de survivants.

Ema Schwarzova Skutezka, Unicov, Tchécoslovaquie
6 septembre 1876

Ema était l’un des deux enfants nés dans une famille juive pratiquante de la petite ville de Lomnice, située en Moravie. Sa mère y tenait une épicerie. En 1901, Ema épousa Eduard Skutecky, un client régulier du magasin de sa mère. Le couple s’installa à Brno où il éleva trois enfants. Eduard dirigeait une compagnie de navigation.

1933-39 : En 1933, les trois enfants d’Ema avaient quitté la maison. Quatre ans plus tard, son époux mourut et Ema partit s’installer chez sa fille aînée, Elsa. Elsa et son mari dirigeaient la compagnie de navigation de la famille Skutezka. En mars 1939, les Allemands occupèrent la Bohème et la Moravie, et Brno tomba sous la tutelle allemande. Les Allemands imposèrent immédiatement des restrictions à la population juive.

1940-42 : Le 2 janvier 1940, Ema, sa fille Elsa, son gendre et son petit-fils furent expulsés de leur maison parce qu’ils étaient Juifs. Cet hiver-là, les deux plus jeunes enfants d’Ema parvinrent à émigrer en Palestine. Un an plus tard, Elsa fut obligée de vendre l’entreprise familiale à un Allemand pour à peine deux cents couronnes tchèques, soit moins de dix euros. Le 31 mars 1942, Ema et la famille de sa fille furent déportées dans le ghetto de Theresienstadt situé à l’ouest de la Tchécoslovaquie.

Le 9 mai 1942, Ema fut déportée dans le camp d’extermination de Sobibor où elle fut gazée. Elle avait soixante-cinq ans.

Source http://www.ushmm.org

Cet article, publié dans france, histoire, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s