Ephéméride de la Shoah : 29 Septembre

Chaque jour, des années 1942 à 1945, des Enfants, des Femmes et des Hommes ont été raflés, emprisonnés, assassinés, gazés et brulés.
Aujourd’hui, voici la liste des âmes juives qui ont été assassinées.
Voici l’histoire de l’une de ces âmes.

Dezso Rozsa, Budapest, Hongrie 18 mars 1885

29 Septembre
1939  Les Allemands occupent Varsovie où vivent 393 950 juifs, le tiers de la population totale.
Les juifs ont vécu à Varsovie depuis la fin du XIVe siècle. Leur histoire fut mouvementée, la ville ayant appartenu à la Pologne, à la Prusse, à la Russie et finalement à nouveau à la Pologne.
– Au nombre de 5 000, tous les juifs de Wyszkow (district de Varsovie) sont rassemblés quelques jours après l’occupation allemande et chassés de l’autre côté de la frontière germano-soviétique : on les envoie vers l’est, où ils doivent survivre par leurs propres moyens.
1941  Tous les juifs de Kiev (R.S.S. d’Ukraine) et des environs doivent se faire recenser auprès des autorités après que l’armée allemande a occupé la ville le 27 Septembre. Ceux qui se sont rassemblés près du cimetière juif, sur l’ordre des nazis, sont conduits dans le ravin de Babi Yar. Là, selon les
rapports officiels des SS, 33 771 juifs sont fauchés à la mitrailleuse ce jour-là et le lendemain.
1942  Les nazis assassinent 1 000 juifs de la ville de Volozyn (U.R.S.S.). A la suite d’un soulèvement à Serniki (Volhynie, R.S.S. d’Ukraine), 850 juifs sont tués par les nazis. 150 juifs se réfugient dans les bois, où 10 seulement survivront.
– Les nazis assassinent 150 juifs du village de Kobylniki, près de Minsk (U.R.S.S.).
– Un transport de 2 000 juifs quitte le camp de concentration de Theresienstadt pour celui de Maly-Trostinets (R.S.S. de Biélorussie).
– A la suite d’une rafle, les 2 000 juifs restant à Amsterdam, dont les responsables du Conseil juif, sont arrêtés par les nazis et internés au camp de regroupement de Westerbork. Le Conseil juif se trouve ainsi dissous.
1943  A Kiev (R.S.S. d’Ukraine), 325 juifs et prisonniers de guerre soviétiques doivent déterrer et brûler les cadavres des victimes du massacre de Babi Yar en Septembre 1941 afin d’éliminer toute trace des fosses communes où les juifs sont enterrés. Bien qu’enchaînés, ils se révoltent : 311 d’entre eux sont tués le lendemain par les nazis.
– 680 juifs éminents, protégés par le Reichskommissar (commissaire du Reich) en personne, doivent quitter le château de Barneveld (province de Gueldre,
Pays-Bas) : des SS les conduisent au camp de regroupement de Westerbork.
1944  Un transport quitte le camp de concentration de Theresienstadt avec 1 500 juifs déportés au camp d’extermination d’Auschwitz.

Dezso Rozsa, Budapest, Hongrie

18 mars 1885

Dezso naquit au sein d’une famille juive à Budapest. Son père était un ancien violoniste. Deszo obtint un diplôme universitaire d’anglais et devint professeur. Il rédigea un certain nombre de manuels de grammaire pour les collèges. En 1914, il épousa Iren Hajdu, une mathématicienne. Le couple eut deux enfants : une fille, Eva, née en 1918 et un fils, Pal, né sept ans plus tard.

1933-39 : Je crains le pire maintenant que le Premier Ministre Teleki a repris le pouvoir. Il y a dix-neuf ans, en 1920, il avait fait promulguer une loi qui limitait les admissions de Juifs dans les collèges et les universités à six pour cent – mes enfants ont toujours craint d’obtenir des bonnes notes ! A présent, Teleki et d’autres personnes de droite viennent d’adopter une nouvelle loi qui oblige les professeurs des écoles publiques juives à quitter leurs postes. Je dois donc prendre ma retraite anticipée.

1940-44 : J’ai 59 ans aujourd’hui et Pal et moi sommes allés voir Eva. L’an dernier, en 1943, Eva a été arrêtée pour propagande communisme et envoyée en prison. Elle a attrapé la tuberculose et elle a été placée dans un sanatorium à l’extérieur de Budapest. Lorsque nous sommes arrivés, elle nous apprit ce qu’elle venait d’entendre – Les Allemands nous envahissaient ! Elle insista pour que nous partions immédiatement en passant par les bois. Elle craignait qu’en prenant le bus sur la route principale, les Allemands nous arrêtent. Nous nous sommes dit au revoir puis nous avons filé à travers bois.

Plus tard cette année-là, les fascistes hongrois enrôlèrent Deszo dans une section de travail forcé. Il mourut peu de temps avant la fin de la guerre au cours d’une marche forcée depuis Budapest.

http://www.ushmm.org

Publicités
Cet article, publié dans france, histoire, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s