Ephéméride de la Shoah : 24 Septembre

Chaque jour, des années 1942 à 1945, des Enfants, des Femmes et des Hommes ont été raflés, emprisonnés, assassinés, gazés et brulés.
Aujourd’hui, voici la liste des âmes juives qui ont été assassinées.
Voici l’histoire de l’une de ces âmes.

Coenraad Rood, Amsterdam, Pays-Bas 12 août 1917

24 Septembre
1941  Le lendemain du Nouvel An juif, les internés du ghetto de Vilkaviskis (R.S.S. de Lituanie) sont conduits hors de leur ghetto pour être assassinés par les SS.
1942  En deux jours, 1 200 juifs sont déportés de Sterdyn (district de Lublin) au camp d’extermination de Treblinka.
– Un convoi quitte Vienne (Autriche) avec 1 287 juifs à destination du camp de concentration de Theresienstadt.
1943  L’officier SS Herbert Kappler inflige aux juifs de Rome (Italie) une amende de 50 kilos d’or, à livrer dans les trente-six heures. Il prend 200 juifs en otages et menace de les tuer si ses exigences ne sont pas satisfaites. Le 24 Septembre, grâce à Pie XII qui en offre une bonne partie, les juifs de Rome
livrent cette énorme quantité d’or.

Coenraad Rood, Amsterdam, Pays-Bas
12 août 1917

Coenraad naquit dans une famille juive d’Amsterdam dont les racines néerlandaises remontaient au XVIIe siècle. Diplômé de l’école publique, Coenraad suivit une formation de pâtissier. Mais après avoir terminé sa formation à l’âge de 13 ans, il décida, pour des raisons de santé, de changer de profession et commença à étudier le métier de tailleur.

1933-39 : J’ai terminé mon apprentissage de tailleur en 1937. J’avais 20 ans. Puis j’ai travaillé un an comme infirmier dans un foyer juif pour handicapés. C’est là que j’ai rencontré Bep, une infirmière. Elle voulait que je reprenne mon métier de tailleur pour assurer notre avenir commun. En 1931, j’ai ouvert une boutique de tailleur à Amsterdam et, en septembre de cette même année, je commençais à travailler pour les militaires, en guise de service militaire.

1940-44 : Les Allemands envahirent les Pays-Bas en mai 1940. En 1942, je fus déporté. J’ai passé les trois années suivantes dans 11 camps de travail allemands différents. J’y vis tous mes amis néerlandais périr d’une mort atroce. Dans le camp d’Annaberg, un jeune homme de 16 ans est venu vers moi. Il avait de vieux chaussons élimés aux pieds. Il m’offrit d’échanger sa soupe contre mes chaussures. Comme j’en avais deux paires, je lui en donnais une sans contrepartie. « Idiot, » me dit un autre homme, « ce garçon sera mort dans une semaine et quelqu’un d’autre prendra tes chaussures. »

Sur les 81 membres de sa famille déportés par les Nazis, Coenraad fut un des sept survivants. Sa femme Bep survécut en se cachant et ils se retrouvèrent après la guerre.

Source http://www.ushmm.org

Publicités
Cet article, publié dans france, histoire, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s