Ephéméride de la Shoah : 23 Septembre

Chaque jour, des années 1942 à 1945, des Enfants, des Femmes et des Hommes ont été raflés, emprisonnés, assassinés, gazés et brulés.
Aujourd’hui, voici la liste des âmes juives qui ont été assassinées.
Voici l’histoire de l’une de ces âmes.

Bernhard Liebster, Owiecim, Pologne 1882

23 Septembre
1938  La synagogue d’Eger (Cheb, Sudètes, Tchécoslovaquie) est incendiée au cours d’une Aktion. A Marienbad (Sudètes) aussi, la synagogue est incendiée par les nazis (les Allemands occuperont la région en octobre).
1939  20 juifs sont tués et la synagogue incendiée par les nazis le jour de Kippour à Sokolov Podlaski (province de Varsovie), où vivent 4 000 juifs. La communauté remonte au XVIe siècle.
– Le jour de Kippour, les nazis arrêtent le rabbin Mendel Morgenstern de Wegrov (province de Varsovie), où vivent 6 000 juifs, et le torturent à mort. Protégés par les rois de Pologne, les juifs se sont installés à Wegrov au XVIe siècle.
1942  1 800 juifs sont brûlés dans leurs maisons par les SS à Motel (Polésie, R.S.S. de Biélorussie).
– Un train quitte le camp de regroupement de Drancy (France) avec 1 000 juifs, à destination du camp d’extermination d’Auschwitz. 475 déportés sont gazés immédiatement. 30 seulement survivront jusqu’à la libération du camp, en 1945.
– Début d’une Aktion sur une grande échelle, qui dure douze jours, dans le ghetto de Czestochowa, à 205 kilomètres au sud-est de Varsovie. Les nazis parviennent à déporter 40 000 juifs de ce ghetto au camp d’extermination de Treblinka.
– Le même jour, 5 000 juifs du ghetto de Kosov Lacki (Pologne) et 10 juifs de Szydloviec (district de Kielce, Pologne centrale) sont déportés, eux aussi, à Treblinka.
– Un convoi quitte le camp de concentration de Theresienstadt avec 1 980 juifs déportés à destination de Minsk-Trostinets (R.S.S. de Biélorussie), où ils sont fusillés.
– 16 000 juifs de Lodz (Pologne) sont déportés au cours d’une Aktion de sept jours au camp d’extermination de Chelmno (Kulmhof), où ils sont assassinés.
– Tous les internés juifs de plus de cinquante ans et de moins de quatorze ans, 64 personnes au total, sont fusillés lors de la première liquidation entreprise
dans le camp de concentration de Brazlav (Podolie, R.S.S. d’Ukraine) par les Allemands et les gardes roumains du camp.
– 2 100 juifs de Janov Podlaski (district de Lublin), et 1 200 juifs de Konstantinov (R.S.S. d’Ukraine) sont déportés au camp de regroupement de
Biala Podlaska.
– 3 500 juifs de Tuczyn (Volhynie, R.S.S. d’Ukraine) sont conduits hors de la ville pour être assassinés.
– Les SS assassinent 210 juifs à Ostronek (district de Lublin).
1943  Liquidation du ghetto de Vilna (R.S.S. de Lituanie) qui compte 40 000 internés : les hommes sont déportés en Estonie, les jeunes femmes en Lettonie, les vieillards et les enfants au camp de concentration de Maïdanek (Pologne). Les 3 000 juifs restants travaillent à la réparation des véhicules de la Wehrmacht.
– La Gestapo ordonne à tous les internés du ghetto de la ville de Tuczyn, près de Rovno (Volhynie, R.S.S. d’Ukraine) de se rassembler à l’entrée du ghetto. Les juifs, qui savent ce qui les attend, incendient leurs maisons et résistent farouchement. Beaucoup sont tués, mais 2 000 juifs réussissent à fuir dans les bois. Presque tous sont repris par des paysans ukrainiens qui les livrent aux Allemands. 15 juifs de Tuczyn seulement survivront à la guerre.
1944  Nouvelles déportations de juifs de Slovaquie après le soulèvement de Banska Bystrica (Tchécoslovaquie), organisé par la résistance tchèque avec l’aide de parachutistes américains.

Bernhard Liebster, Owiecim, Pologne
1882

Bernhard, né au sein d’une famille juive pratiquante d’Oswiecim, émigra à Francfort, en Allemagne, quand il était jeune homme. Il y épousa Bertha Oppenheimer qui habitait la ville voisine de Reichenbach. Ils s’installèrent à Reichenbach. Bernhard était cordonnier. Le couple eut trois enfants.

1933-39 : Dans un coin de son salon, Bernhard avait ouvert une petite boutique spécialisée dans les chaussures orthopédiques. L’antisémitisme croissait en Allemagne, mais les habitants de Reichenbach vivaient en bonne intelligence avec leur voisins juifs, même après les pogroms qui frappèrent le pays [Nuit de Cristal] en novembre 1938. Lorsque l’Allemagne entra en guerre en septembre 1939, le fils de Bernhard, Max, fut arrêté pendant une sortie à Baden.

1940 : La Gestapo arrêta Bernhard pendant l’hiver 1940 au cours d’une campagne destinée à « nettoyer » Reichenbach de ses habitants juifs. Bernhard fut envoyé dans le camp de concentration de Sachsenhausen, près de Berlin, au nord de l’Allemagne. Son fils Max y fut également emprisonné quelques semaines plus tard. Max découvrit son père dans les baraquements, gisant derrière un tas de paille. Les jambes enflées et infectées, de l’eau dans les poumons, Bernhard était sur le point de mourir.

Bernhard mourut à Sachsenhausen en mars 1940. Il avait cinquante-huit ans.

Source http://www.ushmm.org

Cet article, publié dans france, histoire, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s