Ephéméride de la Shoah : 25 août

Chaque jour, des années 1942 à 1945, des Enfants, des Femmes et des Hommes ont été raflés, emprisonnés, assassinés, gazés et brulés.
Aujourd’hui, voici la liste des âmes juives qui ont été assassinées.
Voici l’histoire de l’une de ces âmes.

Adela Litwak, Lvov, Pologne 15 avril 1920

25 Août

1941 A la suite d’une rafle nocturne, plusieurs milliers de juifs du ghetto de Minsk (R.S.S. de Biélorussie) sont conduits hors de la ville et assassinés.
– 5 000 juifs sont assassinés en deux mois et demi, quand les nazis commencent à interner les juifs de Belgrade.
– 350 juifs de Buczacz (district de Tarnopol, R.S.S. d’Ukraine) sont conduits dans les collines à 1,5 kilomètre de la ville pour y être assassinés par les SS. Après ce massacre, un ghetto est créé à Buczacz.
– 1 400 juifs de Tykocin (Tiktin, province de Bialystok) sont conduits devant des fosses creusées à l’avance pour y être tués par les SS et la police polonaise.

200 juifs seulement parviennent à se réfugier dans le ghetto de Bialystok. Par la suite, ils seront tués avec les autres internés du ghetto. La communauté de Tiktin existait depuis le début du XVIe siècle.

1942 1 000 juifs sont déportés du camp de concentration de Theresienstadt (Terezin, Tchécoslovaquie) à Minsk Trostinets, où ils sont aussitôt fusillés par les SS.
– 1 000 juifs de Jedlinsk (district de Kielce, Pologne) sont conduits à Pionka pour y être assassinés par les SS.
– En trois jours, les SS et la police ukrainienne assassinent 3 000 juifs à Maczev (Volhynie, R. S. S. d’Ukraine).

– En deux jours, les SS et la police ukrainienne assassinent 1 200 juifs à Lidvipol (Volhynie).

– Les SS assassinent 1 000 juifs à Ossovo (Volhynie, R.S.S. d’Ukraine).

– Un nouveau convoi de 1 000 hommes et femmes quitte le ghetto de Theresienstadt pour Minsk (R.S.S. de Biélorussie), où ces juifs sont enfermés dans des camions et asphyxiés par les gaz d’échappement. Leurs cadavres sont enterrés à la hâte dans des fosses communes creusées dans les bois environnants.

– 22 hommes vigoureux sont envoyés au camp de travail forcé de Maly Trostinets, où 20 d’entre eux sont tués par les SS. 2 hommes seulement parviennent à fuir et à rejoindre les partisans. L’un d’eux sera tué au combat. L’unique survivant a fait connaître l’histoire de ce convoi.

– Début de la déportation massive des juifs de Miedzyrzec Podlaski (province de Lublin). Au début de la guerre, 12 000 juifs y vivaient. En décembre 1939, les nazis font venir dans la ville 2 000 juifs des environs et 1 000 autres de Slovaquie. Le nombre de juifs atteint ainsi le total de 15 000 âmes, dont le tiers est déporté au camp d’extermination de Treblinka par le premier convoi. Des juifs ont vécu à Miedzyrzec Podlaski depuis le XVIIe siècle.

– 2 000 juifs sont déportés du ghetto de Bochnia (Galicie occidentale, Pologne) au camp d’extermination de Belzec, où ils sont assassinés par les SS.

– Un cinquième convoi, avec 995 juifs dont 232 enfants, quitte le camp de regroupement de Malines (Belgique) pour le camp d’extermination d’Auschwitz.
26 déportés seulement survivront jusqu’à la libération du camp, en 1945.

1943 Les 3 200 juifs restants de Bolechov (R.S.S. d’Ukraine) sont déportés au camp de Stanislavov.

– Les SS et la police ukrainienne assassinent 2 300 juifs à Ratne (Volhynie, R.S.S. d’Ukraine).

– En deux jours, les SS assassinent 3 200 juifs à Berezna (Volhynie, R.S.S. d’Ukraine).

1944 Les derniers juifs du camp de Kielce (Pologne) sont déportés aux camps d’extermination d’Auschwitz et de Buchenwald. Kielce est déclaré officiellement
« purifié de ses juifs ».

Sources www.israelvivra.com

Adela Litwak, Lvov, Pologne
15 avril 1920

Adela était la plus jeune des cinq enfants nés dans une famille juive pratiquante dans la ville industrielle de Lvov. Souvent appelée par son surnom, Putzi, elle avait grandi dans le même immeuble que celui de ses grands-parents paternels et avait appris à parler polonais, allemand et yiddish. Elle fréquenta des écoles publiques et privées de Lvov avant d’obtenir son diplôme d’études secondaires.

1933-39 : Je rêvais de faire une école de médecine. Mais le faible quota de Juifs admis dans les lycées et les universités anéantit pratiquement toutes mes chances de m’y inscrire. En septembre 1939, les problèmes furent bien pires que celui des inscriptions à l’université. Les Allemands avaient envahi la Pologne par l’ouest et les Soviétiques arrivaient par l’est. Ils occupèrent Lvov fin septembre. Même si elle instituait le communisme, la tutelle soviétique nous évitait au moins l’occupation allemande.

1940-44 : Après que les Allemands eurent occupé Lvov en juillet 1941, j’évitais les rafles allemandes et la déportation. Mon beau-frère acheta pour moi une fausse carte d’identité à un Polonais. Je devins Ksenia Osoba, Polonaise catholique, et je quittai Lvov en septembre 1942. Je trouvais du travail à Cracovie comme secrétaire et gouvernante. Les conditions de travail n’étaient pas trop mauvaises mais j’avais toujours peur d’être découverte. Dans le tramway, un jour, je rencontrai une ancienne camarade de classe. Je me glaçai. Et plutôt que de lui parler, je descendis immédiatement. Je ne savais pas si elle allait me dénoncer.

Adela garda sa fausse identité jusqu’à ce qu’elle émigre en Angleterre après la guerre. Elle épousa un survivant de la Shoah. Ils partirent s’installer au Canada puis aux Etats-Unis.

Sources http://www.ushmm.org

Publicités
Cet article, publié dans france, histoire, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s